Vous  êtes dans
archives 2

Recherches sur ce site


 
Traduction de nos textes, gratuitement
Free Online Translation  SYSTRAN®'s on-the-fly translations!
 

Vendredi 19 mai 2000
Vingt ans après...    Par Michel C. Auger — Canoë
Depuis 1980, le Canada a tout essayé. La manière forte et le "Plan B" autant que les manifestations d'amour, les négociations constitutionnelles à 11 hommes en complet bleu derrière des portes closes et des négociations en public avec tous les lobbies du monde qui étaient représentés.

La seule chose que le Canada aura refusé d'essayer, c'est le changement que les Québécois voyaient dans la promesse de Pierre Trudeau.

Et vingt ans après, cela demeure, pour le meilleur et pour le pire, le grand chantier inachevé de la politique canadienne.

L'effet Trudeau    Pierre O'Neill    LE DEVOIR, Le samedi 20 mai 2000
Dans cette guerre froide entre deux frères ennemis, c'est la promesse de renouveler le fédéralisme qui s'est avérée l'arme de la victoire.
(...)
Pour Pierre Trudeau, la priorité des priorités consistait à infliger une défaite à René Lévesque et à anéantir toute velléité souverainiste du Québec.
(...)
«À la suite d'un NON, nous allons mettre en marche immédiatement le mécanisme de renouvellement de la Constitution et nous n'arrêterons pas avant que ce soit fait. Nous mettons notre tête en jeu, nous, députés québécois.  [...] Nous mettons nos sièges en jeu pour avoir du changement.» Il n'en fit rien, mais sa promesse a eu un impact médiatique d'une telle puissance que le camp du OUI ne s'en est jamais remis.
(...)
On y apprend notamment que le gouvernement fédéral a dépensé 11 millions de dollars pour inciter les Québécois à voter NON, soit le triple du montant total permis aux deux comités officiels du OUI et du NON. En fait, le gouvernement Trudeau a mené une campagne parallèle illégale à celle du comité officiel du NON, violant l'esprit et la lettre de la loi québécoise sur les consultations populaires.
(...)
«Je ne peux m'empêcher de penser à tous ces tenants du OUI qui se sont battus avec tant de conviction et qui doivent ce soir remballer leur rêve et se plier au verdict de la majorité. Et cela m'enlève le goût de fêter bruyamment la victoire.»

ÉDITORIAL  Le référendum, vingt ans après : le Québec face à lui-même
Bernard Descôteaux, Paule des Rivières, Jean-Robert Sansfaçon, Serge Truffaut, Michel Venne
LE DEVOIR,  Le samedi 20 mai 2000
Pendant vingt ans, après cette invitation, d'autres rendez-vous avec l'histoire eurent lieu. La plupart furent manqués. Le Canada se dota d'une nouvelle Constitution et d'une charte des droits que le Québec n'appuya jamais. Il y eut le «beau risque»  de 1984, Meech, Charlottetown, le référendum de 1995. Nous avons eu l'accord du 24 Sussex Drive sur l'Union sociale canadienne et un avis de la Cour suprême puis, finalement, une loi inique, la C-20, vulnérable et futile pourtant, mais dont la finalité est d'inhiber les Québécois dans leur quête légitime autant que pragmatique de reconnaissance et d'affirmation politiques.
(...)
Le 2 mai, dans The Globe and Mail de Toronto, l'historien Michael Bliss constatait l'existence de deux Canada, l'ancien (formé du Québec et des Maritimes) et le nouveau, formé de l'Ontario et de l'Ouest. Désormais, le nouveau Canada dominerait la politique canadienne et tiendrait entre ses mains la destinée du Canada dont les politiques, déjà, sont infléchies pour satisfaire à ce nouveau rapport de force. Les électeurs sont désormais majoritairement à l'ouest de l'Outaouais où, nous apprend Bliss, les velléités autonomistes du Québec ne sont plus un enjeu, ni même une préoccupation.

L'adoption de la loi dite «sur la clarté» à Ottawa les a rassurés sur l'impossibilité technique que l'indépendance du Québec survienne un jour. Enfin, ils ont le sentiment profond que le Québec n'a pas de cause: son économie va bien, sa culture et sa langue sont protégées et le French power est encore bien visible à Ottawa. Ainsi confortablement installés dans la fédération canadienne, les Québécois n'ont aucune raison de la quitter, croient-ils, ce qui leur permet de dormir en paix et de s'occuper de leurs propres affaires, de leurs propres intérêts, dont la poursuite ne saurait être freinée par nous.

Le Québec est ainsi renvoyé à lui-même.

Le jour des révélations... malgré la défaite annoncée  Pierre O'Neill  LE DEVOIR  20 mai 2000
Pour l'autre camp, le référendum, avec ses avant, pendant et après, a aussi démontré quelque chose: la volonté patiente des Québécois de voir le Canada changer, se renouveler. «Les Québécois voulaient et veulent toujours un "bargaining power"», estime le sénateur libéral Jean-Claude Rivest. Et pour Claude Ryan, chef du camp du NON en 1980, les suites du référendum ont dévoilé le vrai visage de Pierre Trudeau alors que «ce qui nous intéressait surtout, c'était une réforme du fédéralisme, en particulier une révision du partage des compétences».
(...)
Cette longue tirade était-elle «hypocrite et malhonnête», comme le disaient les libéraux?  Claude Morin ne la reniera jamais. Il va même plus loin: «L'inclusion d'un deuxième référendum dans la question de 1995 aurait permis au OUI de l'emporter.» Jean-Claude Rivest abonde un peu dans le même sens en traitant la question de 1980 de «très soft». Et Claude Ryan avoue aujourd'hui l'erreur des siens:

Le référendum, vingt ans après: accroître la liberté du Québec   Bernard Descôteaux, Paule des Rivières, Jean-Robert Sansfaçon, Serge Truffaut, Michel Venne  LE DEVOIR, Le mardi 23 mai 2000
Comme le disait vendredi dernier le chef du camp du NON de 1980, Claude Ryan, «au lieu de s'éteindre, la conscience qu'ont les Québécois de former un peuple distinct voulant être reconnu et accepté comme tel retrouve vie chaque fois qu'on pense l'avoir enterrée. Tant que cette aspiration n'aura pas trouvé satisfaction au sein du fédéralisme canadien, elle tendra à s'exprimer dans l'option souverainiste».
(...)
L'entêtement des Québécois à vivre en français sur le continent américain relève de la résistance à l'uniformité, non pas, comme le colportent certains, d'un refus de l'universel et de la démocratie. Il s'agit bien au contraire d'une démarche cosmopolite qui a pour finalité aussi de préserver la diversité des cultures dans le village planétaire.
(...)
Ce n'est pas pour rien que l'appui à la souveraineté augmenterait considérablement (de 41 à 53 % selon un récent sondage Léger et Léger) si on pouvait donner aux électeurs la garantie que cette option assurerait la survie de la langue française en Amérique.

Document transmis lors du congrès du Parti Québécois
Le Québec,    Un nouveau pays pour un nouveau siècle

Avant-propos de monsieur Bernard Landry,  président du Comité de réflexion et d'actions stratégiques sur la souveraineté du Québec  Un Québec transformé  Une partie du document transcris par le rédacteur de Québec un Pays
CHAPITRE 1
Le nouveau pays : la 15e économie du monde
CHAPITRE 11
Le nouveau pays : une nouvelle capacité d'agir
CHAPITRE 111
Le plan A : quel plan A ?
CHAPITRE 1V
La fin des mythes fédéralistes
Premier mythe :
Le projet souverainiste est illégitime
Deuxième mythe :
Jamais le gouvernement du Canada ne négociera l'accession du Québec à la Souveraineté
Troisième mythe :
Des négociations… peut-être, mais sur le renouvellement du fédéralisme
Quatrième mythe :  Le veto fédéral
Cinquième mythe :
La clarté de la question et de la majorité
CHAPITRE V
Une tentative fédérale de museler la démocratie
CHAPITRE V1
L'avenir du français et de la culture québécoise
CONCLUSION
 

REQUIEM POUR UNE SÉRIE CULTE  Robert Laplante, Directeur  L'Action nationale
Le tort de Scully, c'est de s'être fait prendre. 15.5.00
On n'a pas fait beaucoup de cas de ce qui faisait l'intérêt d'une agence de propagande comme le Bureau d'information du Canada pour ce genre d'émission. La mise en valeur de grands Canadiens dans une mise en scène servie par un interprète présenté comme une éminence du jet set n'est pas une affaire, à première vue, susceptible d'améliorer la communication entre  le gouvernement du Canada et les citoyens.  Le BIC aurait-il manqué à sa mission? Ce serait là chose plus grave que l'omission de M. Scully de mentionner le tribut d'un organisme qui flambe chaque année,  selon les chiffres officiels, 20 millions de dollars à la santé du contribuable.  Pourquoi diable le BIC s'intéresse-t-il à cela? Une réponse exhaustive nous entraînerait fatalement dans les analyses fines de la propagande médiatique.

LA MANIÈRE FORTE   Robert Laplante, Directeur  L'Action nationale
À voir se multiplier les intrusions dans les domaines de compétence du Québec, à en juger par l'indifférence sinon la désinvolture avec laquelle, la question de la place et du rôle du seul État français d'Amérique est désormais considérée comme un particularisme régional agaçant, force est de constater que le respect est une valeur canadienne à géométrie variable. Le Canada respecte la différence mais n'a aucun scrupule à tout mettre en oeuvre pour neutraliser son expression lorsqu'il s'agit de la différence québécoise.

Stéphane Dion vous parle par la voix de Robert-Guy Scully   20 millions de dollars par année que le Bureau d'information du Canada consacre, à lui seul,  pour parler aux Québécois   Le double jeu d’Ottawa : la SSJBM réagit en plaçant une grande publicité dans Le Devoir    .pdf

Au-delà de l'utopie    Une loi pour l'élimination de la pauvreté     Thérèse Jean  (CSN)
La pauvreté, affaire de fatalité? Il s'en trouve de plus en plus pour y voir plutôt l'oeuvre de choix budgétaires et économiques qui peuvent être influencés. À ce jour, le projet de loi cadre pour éliminer la pauvreté a reçu l'adhésion de plus de 160 000 personnes et 1100 organismes. Le 13 mai, à l'occasion d'un rassemblement devant l'Assemblée nationale, le Collectif pour l'élimination de la pauvreté, dont la CSN fait partie, l'adoptera de manière symbolique. Ce geste sera le résultat de deux années intenses de consultation, de débats et de travail terrain. Utopique ou réaliste, l'idée s'enracine.

Un Québec sans pauvreté et une loi-cadre pour rêver logique   Vivian Labrie - Collectif pour une loi sur l’élimination de la pauvreté, 02.00

Adobe lance des produits en français au Québec - Les logiciels de graphisme et d'éditique les plus utilisés seront disponibles en français au Québec

Le Dimanche, 7 mai 2000 est proclamé La Journée du Citoyen

Montreal Springs Back From 30-Year Decline  By Steven Pearlstein  Washington Post Foreign Service Tuesday , April 25, 2000 ; E01
Cet article parle d'un dynamisme économique remis en marche comme on a rarement vu depuis trente ans.

Parti Québécois de Montréal-Centre : Congrès National  5, 6 et 7 mai 2000

Les 10 plus grands mythes sur le français au Québec (Voir le document pour la démonstration de chacun des points)

1- " Les transferts linguistiques des allophones se font majoritairement vers le français." - FAUX
2- "Les nouveaux arrivants se francisent massivement." - FAUX
3- " Il n’y a pas de problème parce que la proportion de francophones selon la langue d’usage à la maison a  augmenté légèrement depuis 1971." - FAUX
4- " La minorisation des francophones sur l’île de Montréal n’a pas d’importance puisque des milliers de banlieusards  francophones viennent y travailler tous les jours." - FAUX
5- " L’île de Montréal est constituée de 80 % de francophones."    - FAUX
6- " Le déclin du français sur l’île de Montréal est dû à l’exode des francophones vers la banlieue. " - FAUX
7- " Les francophones du Québec ne se font pas assimiler. "    - FAUX
8- " La loi 86 concerne uniquement la réglementation sur l’affichage commercial." - FAUX
9- " La loi 101 n’a été établie que pour faire du français la langue d’usage public." - FAUX
10- " Si 23 ans d’application de la loi 101 n’ont pas suffit à  assurer la survie du français au Québec, il n’y a rien à  faire." - FAUX

Défense de la langue française    « Oui, j'ai une patrie : la langue française »
Albert Camus    l'association Défense de la langue française nous rassemble.
Créée en 1958, selon les dispositions de la loi de 1901, l'association Défense de la langue française rassemble une partie de ceux qui, pour reprendre les termes de leur président Jean Dutourd, de l'Académie française, considèrent que le français est notre trésor.

Depuis plus de dix siècles, des hommes parlent notre langue, en France et hors de France. Durant des siècles, le français a été à l'origine des plus grandes réalisations humaines dans le domaine de la pensée et de l'action qui en découle qu'il s'agisse des lettres, des sciences ou des arts. C'est qu'avant d'en être le véhicule, la langue est le moyen même de la pensée. Aussi peut-on affirmer que, grâce à ses qualités de clarté, de simplicité, d'harmonie, la nôtre est un remarquable instrument qu'il nous appartient de protéger.

Pétition
Nous, soussignés, appuyons sans réserve l'initiative des 32 députés de l'Assemblée nationale, telle que décrite dans l'article cité:
 «Le gouvernement Bouchard doit instaurer son régime d'assurance-chômage pour mettre fin au système canadien qui constitue un « vol qualifié » envers le Québec et ses travailleurs, soutient une lettre ouverte endossée par près de la moitié des députés du Parti québécois.

Pour Roger Paquin, le choix est simple. "Nous n'aimons pas le régime canadien. Organisons le nôtre. Appelons les partenaires patronaux et syndicaux à la table du gouvernement et élaborons notre programme d'assurance-chômage. (...) d'ici à ce que le Québec soit souverain, dans le meilleur intérêt des nôtres, nous devons comme gouvernement national occuper tout l'espace juridictionnel qui nous revient », ce qui est le cas pour « le domaine du travail et des assurances."»

Lettre ouverte au gouvernement
32 députés du PQ veulent en finir avec le « vol qualifié » du régime canadien.
Michel Corbeil, Le Soleil 22.4.00
QUÉBEC - Le gouvernement Bouchard doit instaurer son régime d'assurance-chômage pour mettre fin au système canadien qui constitue un « vol qualifié » envers le Québec et ses travailleurs, soutient une lettre ouverte endossée par près de la moitié des députés du Parti québécois. Le rédacteur de la missive est le député de Saint-Jean, Roger Paquin.
(...)
Sa missive affirme que « d'ici à ce que le Québec soit souverain, dans le meilleur intérêt des nôtres, nous devons comme gouvernement national occuper tout l'espace juridictionnel qui nous revient », ce qui est le cas pour « le domaine du travail et des assurances ».

CESSER DE SE FAIRE VOLER   Robert Laplante,  Directeur de L'Action nationale, 17.1.00
En cessant immédiatement de verser leurs cotisations à Ottawa, Québec mettrait fin à un  manège absurde qui le rend complice d'une extorsion dont il est la première victime.

Texte transmis par Jean-Yves Durocher sur AGQ

J'inclus le fichier du texte du NYT d'hier, dans mon édition, soit celle de la Nouvelle-Angleterre, c'est la nouvelle qui fait la manchette du relevé des informations internationales.

Les choix éditoriaux du NYT ne se font pas à la légère.  Encore moins le style utilisé.

Pas un mot de la réaction des Tyler et Johnson de ce monde.  Seulement le relevé de cette phrase lapidaire du juge Bellavance:

Avant que Rome ne brûle
Drôle de semaine... J'ai vu un ministre libéral, au bord d'une larme, ébranlé par son impuissance. J'ai rencontré un organisateur de l'Alliance canadienne désespérément à la recherche de Québécois «ministrables». J'ai entendu le président d'un institut de recherche promettre de mieux faire connaître le Québec au Canada anglais.  Beaucoup de bon monde, plein de bonnes intentions, mais paralysé par un «Néron» prêt à brûler sa capitale...
Michel Vastel, Unimédia

Paul Martin, Hugh Segal, Peter White, ce sont là de généreux Canadiens pour le Québec. Et il en est légion d'autres. Le problème est que, paralysés par un Jean Chrétien qui pratique
de plus en plus la politique de la terre brûlée, ils arriveront peut-être trop tard aux affaires de l'État...      «Et Néron, déclamant des poèmes, regardait sa capitale brûler.»

Dossier noir du Canada face au Québec
Prenant l'exemple de nos compatriotes soit le congrès juif canadien et B`n Braith qui réagisent dès qu'ils sont mis en cause nous, les Québécois et les Québécoises ne permettront plus les intolérances à l'égard du Québec, de son peuple, de sa langue et de ses institutions...

Le Chef de paille  (on parle de Jean Charest)  Robert Laplante, Directeur, L'Action nationale
Jean Charest est un homme en laisse. Il doit sa nomination à un conglomérat d'intérêts et de groupes qui l'ont utilisé pour chercher à mettre le Québec à sa place. Avant d'être chef de son parti, il est chargé d'un mandat qui ne lui vient pas des citoyens québécois qui ont choisi de militer dans le Parti libéral du Québec. En l'acceptant comme un sauveur inespéré, le Parti s'est laissé mettre en tutelle. La marge de manoeuvre du chef du Parti libéral du Québec est désormais celle qu'on accorde à un homme de main. Il doit faire de la politique en
faisant semblant d'avoir un point de vue. Inconditionnellement fédéraliste, le Parti libéral qu'il dirige, celui que soutient un certain monde des affaires, ne peut travailler que sur l'emballage et ne peut chercher qu'une chose: tenter de manoeuvrer pour contenir ou détourner l'affirmation du Québec.

Les 18 journaux du Québec

Les 40 ans de la Révolution tranquille    Gérald Leblanc, La Presse
L’an 2000 marque le 40e anniversaire de la Révolution tranquille, amorcée par l’élection du gouvernement libéral de Jean Lesage le 22 juin 1960.  Nous vous proposons une analyse des principales réformes qui ont changé ses mœurs politiques et donné naissance à de grandes institutions comme Hydro-Québec et la Caisse de dépôt et placement.

L'État comme sauveur
«Les Canadiens français doivent se servir de leur État pour sortir de l'asservissement» - René Lévesque

La Révolution bureaucratique  André Pratte  La Presse
L'Équipe du tonnerre a doté le Québec d'un État moderne...   pour le meilleur et pour le pire

Les trente jours qui ébranlèrent la province de Québec
(NDLR: Le 6 août 1960, un mois après l'assermentation du gouvernement de Jean Lesage, Le Devoir publie cet article, désormais célèbre, qui illustre l'ampleur des changements amorcés dès les premiers jours de la Révolution tranquille.)

Des bons pères aux experts  Gérald Leblanc

Les courriels des Chefs-d'État du monde

Déclaration commune des Premiers Ministres français et québecois,  Paris, 6 avril 2000
Les deux Premiers Ministres ont réitéré l'importance qu'ils attachent à une pleine participation des jeunes à la société et conviennent d'approfondir dans le domaine de la formation professionnelle, de l'insertion et des échanges franco-québécois.

Ils sont convenus que la prochaine des rencontres alternées de Premiers Ministres ait lieu en 2001 au Québec avec pour thème la jeunesse.

Une demi-victoire dans le ciel de France  pour Louise Beaudoin  La Presse, le 7 avril 2000

La CONSTITUANTE et le journal  LE  DEVOIR
Demande de participation de la part de tous adresse pour faire parvenir un texte : redaction@ledevoir.com

La communauté juive commencera à célébrer la Pâque juive ce 20 avril.  Le congé religieux et ses traditions.

« Quand les pauvres séduisent les banques »  et « Le regard intéressé de Wall Street »  par Jean-Loup Motchane, avril 1999.

La Révolution tranquille, et après ?   Silvia Galipeau , LE DEVOIR, Le lundi 3 avril 2000
Avec la Révolution tranquille, on s'est créé un État,  est-ce qu'il ne serait pas prudent de le garder?», a lancé samedi le vice-premier ministre Bernard Landry,

Avec la mondialisation, «les décisions qui affectent la vie de tous les jours ne seront prises ni à Québec, ni à Ottawa, elles seront prises autour de tables où iront s'asseoir les nations, et le Québec n'y est pas»,

«Le jour où il y a un consensus convenable [...] sur le fait que notre groupe humain forme une nation et bien il doit décider - et c'est étonnant qu'il ne l'ait pas déjà fait - de se comporter comme tel.»

((Il faut lire également l'intervention du) politologue Kenneth McRoberts, professeur à l'université York,

Les vaches grasses !   par Robert Bertrand, 2000/03/30
Depuis quelques années, nous observons les fusions de compagnies qui sont de plus en plus grosses et qui poursuivent leurs fusions pour devenir encore plus grosses.
(...)
Nos PME seraient-elles une réponse et une assurance d'une croissance souple, adaptée, et continue ?

Devant la Commission des institutions  Jean-Marc Rioux AGQ 6567 25/03/2000
Nos spécialistes universitaires en sciences politiques dans nos Université québécoises pourraient être mis à contribution..,  principalement nos spcécialistes constitutionnalistes..D'autre part, l'Assemblée constituante peut se faire de la même manière que les consultations du Printemps 95 pré-référendaire sur un Projet bien articulé

Réponse de Robert Bertrand à l'intervention de Jean-Marc Rioux  Devant la Commission des institutions  2000/03/25
Suivant ma perception des choses, les députés veulent jouer à fond leur rôle qui n'en est plus un seulement de "voter des lois" toutes préparées par d'autres (les fonctionnaires) mais veulent intervenir avec le peuple pour faire avancer des causes qui leur tiennent à coeur.
Texte  sur AGQ 6572

Devant la Commission des institutions  Robert Bertrand   sur ce site

sur AGQ  6550
Quelques suggestions sur la Constituante, Et dans notre for intérieur on croit en une Constitution du Québec.  Qui donc peut en présenter une ?   Et l'on croit dans une réforme électorale ? Qui donc peut réaliser un tel document ?

Kosovo, histoire d'une crise  Dossier par LE MONDE DIPLOMATIQUE
Un an après, quel est le bilan de l'opération ? Si les Albanais du Kosovo voient prendre fin dix ans de répression serbe et si les réfugiés, chassés pour la plupart après les bombardements, ont pu regagner leurs foyers, plus de 200 000 Serbes et Tziganes du Kosovo ont été, à leur tour, contraints de quitter la province. Mais M. Slobodan Milosevic est toujours au pouvoir à Belgrade et la guerre a fragilisé la région, aggravé une situation économique déjà déplorable - sans que le « plan Marshall » promis ne voie le jour - et fait planer la menace de déstabilisations internes et régionales.

Finir la besogne    par Robert Laplante, Directeur,  L'Action Nationale, 20.03.00
Jean Chrétien ne veut pas seulement soumettre le Québec à un ordre constitutionnel qui le nie et le minorise à jamais.  Il veut battre le Parti Québécois. Il veut le sortir du jeu. À n'importe quel prix. On se souviendra qu'au cours des années 70, la police fédérale n'avait pas ménagé ses efforts pour saboter le parti politique légitime en voie d'émergence. La crise d'Octobre, les actes illégaux commis par des agents de la GRC, les déclarations répétées des Libéraux fédéraux cherchant à faire l'amalgame entre les séparatisses et les terroristes, tout cela n'était qu'affaire de méthode.

Anglicisation de la tv ethnique du QC -- Alerte --  Robert Bertrand   AGQ 6534
Si personne n'intervient ni ne proteste, l'anglais deviendra la langue de communication de la télévision ethnique, puissant moyen d'intégration s'il en est.

Téléphoner par Internet...
Tout savoir pour réduire le coût des communications téléphoniques en adoptant Internet. Retrouvez un dossier complet sur l'équipement, les différentes voies, les connexions, l'utilisation des passerelles, le paramétrage sur VNUnet.fr  Toute l'actualité sur les nouvelles technologies en temps réel
.
Il faut refaire l'unité  par John Hogan AGQ 6509
Les voies qui mènent à la souveraineté se multiplient au gré des stratégies qui nous sont offertes, est-ce là un excès, une espèce de «stratégite » aiguë et galopante dont il faut confiner à la quarantaine ceux qui en sont atteint ?

Le déboisement (sur le site de Nichole Ouellette)
La part du Québec dans le  déboisement de la planète se fait d'abord par une armée de bûcherons.  Datant des années 1930 les photos de chantiers d'André Cloutier illustrent à merveille certains textes de la Flore laurentienne (1935) la situation décrite par Marie-Victorin s'explique d'elle-même en observant ces images de la même époque

Un régime public et universel d'assurance-médicaments pour 2002
Dans le mémoire qu'elle a présenté aujourd'hui à la Commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) réitère sa position en faveur de la mise sur pied d'un régime public et universel d'assurance-médicaments d'ici 2002. Aux yeux de la centrale syndicale, il  s'agit du meilleur moyen de contrôler les coûts, d'atteindre l'équité, de mutualiser les risques et de garantir l'accessibilité aux médicaments, pour toutes les Québécoises et tous les Québécois.

La Francofête sur le site de la CSN
La dictée de Bernard Pivot  La force des mots Cours de français en milieu de travail
Un beau cadeau : un poème de Claude Gauthier, intitulé  «La langue maternelle»

Les 100 meilleurs sites 1999
Cette année encore, l'équipe de Guide Internet vous présente sa sélection des meilleurs sites québécois.

Le niveau d'eau des Grands Lacs pourrait baisser davantage
TORONTO (PC) - Le niveau d'eau des Grands Lacs pourrait descendre cet été plus bas qu'il ne l'a jamais fait en près de quatre décennies.

L'évolution de l'appui à la Souveraineté  entre 1995 et 1999 : une nouvelle approche.  Gilles Gagné et Simon Langlois

Le recul de la souveraineté est concentré dans le groupe social le plus souverainiste;  sanction d'un gouvernement ou déclin de l'option?  Gilles Gagné et Simon Langlois  Les deux auteurs sont professeurs à l'Université Laval

Nouvelles pages Québec un Pays (Q.u.P.)  Jean-Luc DION  AGQ 6288
Je viens de faire une brève visite au site de notre ami Robert Bertrand et j'en reviens éblouis par la qualité et la variété des renseignements qu'il nous offre sur un des plus grands hommes du 20e siècle, Charles De Gaulle
(...)
Nous savons que le Général-Président De Gaulle a joué un rôle de premier plan dans la prise de conscience de notre identité nationale et dans l'accès du Québec à la scène internationale.
D'autre part, la vie de Charles De Gaulle est une source d'inspiration pour tous ceux qui, comme nous, luttent pour la reconnaissance nationale et le développement de tout le potentiel d'un peuple moderne ouvert au monde entier.

Les tribunaux dans le monde.
S'ouvrir à ce qui existe pour faire notre travail !

QUÉBEC un Pays rend hommage au Général Charles de Gaulle
 «Dans l'Histoire du monde, les plus grandes actions des plus grands peuples sont leurs luttes pour la liberté.»  Charles de Gaulle, 1941-07-14

L'adresse électronique de l'ombudsman de la SRC.  AGQ 6284

"Naissance de la Culture Française :   Trésors de la Bibliothèque nationale de France".
Introduction
Les souverains, les abbés et les clercs: (fin VIIIe siècle - fin XVe siècle)  En route vers l'absolutisme: (fin XVe siècle - après le milieu du XVIIe siècle)  La monarchie absolue et son déclin: (après la seconde moitié du XVIIe siècle - fin du XVIIIe siècle) De l'Empire aux régimes démocratiques: (de 1799 à nos jours)

Québec et ses gens  Voici ce que l'on dit, à ceux qui veulent venir visiter le Québec !
La population québécoise possède des origines à la fois amérindiennes, françaises et anglaises.  C'est sans doute ce qui explique pourquoi les gens d'ici sont si accueillants et chaleureux.

Un SALUT et un HOMMAGE à Marcel Pepin

Les jeux de la francophonie se tiendront en français à Ottawa et à Hull  par Guy Levasseur  AGQ 6259 sous le titre : Enfin une victoire contre Ottawa ( mais on la cache )
La conférence des ministres de la jeunesse et des sports des pays d'expression française (CONFEJES), réunie hier à Beyrouth, a approuvé la suggestion du Québec, représenté par le ministre Gilles Baril.

Les autochtones recrutés dans les Forces Armées canadiennes  Guy Levasseur  AGQ 6211
Alors que les Cris du nord du Québec s'apprêtent à déchirer les ententes signées avec le gouvernement du Québec et à reprendre unilatéralement possession de "leur" territoire, le site internet des Forces Armées Canadiennes nous annonce un programme de recrutement des autochtones au sein des FAC.

19 patrouilles armées couvrent le nord du Québec  Guy Levasseur  AGQ
Il s'agit en fait de miliciens autochtones armés par le Canada, pour assurer entre autre  la souveraineté canadienne dans le grand nord.

République du Québec - suggestions  Denis Wolfshagen  AGQ  6253
Manon écrivait :
Peu importe que les Chrétien et Dion soient des fédérastes...  Il faut penser à ceux du peuple qui sont fédéralistes sans même savoir pourquoi et ne pas les insulter pour les fermer encore plus.  Denis: Vous avez raison. Il y a bien des façons de convaincre, mais le mépris n'en est pas une.   (...)
Au mépris des Québécois. Ces gens croient, par exemple, qu'on doit encadrer la démocratie québécoise parce qu'elle serait naturellement (congénitalement) déficiente. Le " grand frère fédéral " serait ici le tuteur nécessaire, ou encore le garde-fou qui empêche les hordes tribales de faire de tomber dans leurs travers primaires.  (...)
Mais il n'y a pas que des Stéphane Dion et des Jean Chrétien. Il y a beaucoup de fédéralistes qu'il faut amener à reconsidérer réellement leur position.

Pour les suites d'une suggestion  Robert Bertrand  AGQ 6208
Ne faut-il pas reconnaître que les représentants officiels du Canada qui défendent les positions Canadiennes contre les positions traditionnelles Québécoises, que ces dits représentants, nous connaissent bien ?  (...)
Ceux devant qui nous faisons face, ce sont les nôtres.  Les nôtres avec qui nous ne partageons pas les idées principales soit la défense du Canada tout en ignorant les demandes traditionnelles du Québec, et les droits que nous nous reconnaissons de PEUPLE, de NATION, et même de PAYS.  (...)
Ce qui reste fondamental, à mes yeux, c'est que les Québécois, quoi qu'on leur fasse, demeure Québécois.  (...)
Depuis le premier référendum, le reste du Canada s'est unifié. Il reste la partie Québécoise à embrigader dans leur Canada. Et c'est ce que nos compatriotes cherchent à faire actuellement.
(...)
Leurs principaux porte-parole nous connaissent. Et nous, connaissons-nous vraiment le reste du Canada pour offrir une argumentation de taille égale ?

Pour les suites d'une suggestion  Denis Wolfshagen --  AGQ 6206
Ceci montre que la discussion proposée par M. Frappier est extrêmement pertinente. Elle est au coeur de la question de la stratégie qu'il faut adopter pour défendre le Québec et ses institutions, sa volonté propre et son droit de décider.   (...)
Bref, on voudrait croire que la souveraineté a ses ressorts dans des fantasmes qu'il conviendrait tout simplement de "guérir ". Cela évite de considérer que cela puisse venir de la situation réelle des Québécois, cela évite de considérer que ces aspirations soient enracinées plus profondément que dans des égarements intellectuels (ceux que Cité-Libre croit devoir sans cesse traquer).  (...)
La force de la souveraineté, sa capacité de sans cesse émerger ne vient pas de la persistance d'idées, ni même de celles des militants.  Elle vient de la situation réelle du Québec. Cela, il me semble, devrait encourager à poursuivre : la force des aspirations québécoises tient à ce qu'il est.  (...)
Il faut être assez patients pour choisir en toute occasion les voies démocratiques, mais assez impatients pour travailler à promotion de l'idéal du pays que nous voulons et pour le proposer.
(...)
Il faut répondre, montrer en quoi la souveraineté peut répondre à ces idéaux, ou au moins au fait que ces idéaux fédéralistes ne se réaliseront jamais au Canada.

Suggestions  Marcel Vaive -- AGQ 6195
............................
Quand on nous abreuve de tromperies  Robert Bertrand, 2000/03/08  AGQ 6177
Quand on nous abreuve de tromperies de toutes parts, ne faut-il pas demeurer vigilant et critique en regard de toutes les publications qui appartiennent et qui sont contrôlées par une vision canadienne qui a un objectif précis : démolir la société québécoise.
............................
Savez-vous combien de pays SOUVERAINS ont été acceptés au sein des Nations Unies depuis 1990?   Québec Central
............................

Dossier concernant les hôpitaux anglophones du Québec par Alain Thivierge,  (1)  De 1642 à 1966

1840: L'Acte d'Union. "qui est votée au Parlement de Londres le 23 juillet 1840 et entre en vigueur le 10 février 1841."   (2)

1931: "L'Ontario et le Québec s'opposent au rapatriement de la Constitution (l'Acte de l'Amérique du Nord britannique) à un point tel que ce projet reste en plan. Les dirigeants des deux provinces craignent qu'une constitution canadienne donne trop de pouvoirs au gouvernement fédéral." (3)

Suite...1971: L'Hôpital <Maisonneuve-Rosemont est né de la fusion de l'Hôpital Maisonneuve et de l'Hôpital Saint-Joseph de Rosemont. (4)

Le Jewish...: c'est un hôpital de soins actifs et d'enseignement universitaire de 637 lits affilié à l'Université McGill. ...qui accueille une moyenne de 23 000 patients par année, est l'un des hôpitaux les plus fréquentés au Québec. (!!!)... On dénombre, en moyenne, 50 000 visites par année au Service de l'urgence de l'hôpital.Plus de 3 500 bébés naissent chaque année à l'Hôpital Général Juif.  (5)

Marche mondiale des femmes  Une marche paisible... pour déranger par : Lucie Laurin
Au Québec, 17 comités régionaux et 70 comités locaux représentant plus de 360 groupes de femmes travaillent à l'organisation de la marche. Les revendications québécoises, au nombre de 20, touchent l'instauration de programmes pour éliminer la pauvreté et la violence faite aux femmes, la redistribution de la richesse, l'élimination de la discrimination envers toutes les femmes et l'établissement de lois pour le respect des droits des femmes.

Sommet du Québec et de la jeunesse  Le défi a été relevé  Jean-Pierre Larche
Dans la cour des grands, les jeunes s'en sont bien tirés.
Malgré tout, en plus d'avoir obtenu des engagements prometteurs, les jeunes peuvent s'enorgueillir d'une autre grande réussite, celle de s'être montrés solidaires du début à la fin.

Semaine de la langue française et de la francophonie
Invitation au grand public à nous soumettre des textes.  du 18 au 26 mars 2000
Impératif français vous invite à lui faire parvenir des textes courts sur la langue, la culture française et la francophonie en général

Les Vacances de Monsieur Dubuc  Robert Laplante, Directeur de L'Action nationale,  28.02.00
La Presse vient de nous gratifier d'une série d'épîtres sur la lassitude. Monsieur Alain Dubuc prend des vacances.  L'éditorialiste est fatigué. Fatigué de l'impasse constitutionnelle, fatigué de la politique canado-québécoise, fatigué de la question québécoise. Le pauvre homme a du mal à faire de la prose pour Paul Desmarais et à le faire en essayant d'avoir le sentiment de faire oeuvre utile. Il a toute notre compassion.

Réinventer notre avenir :  Des idées pour sortir du cul-de-sac   Alain Dubuc, La Presse.
Le Québec est dans un cul-de-sac, prisonnier d'un débat qui le paralyse depuis trente ans. Bien des Québécois, conscients que cette impasse est un frein à notre développement, voudraient passer à autre chose. C'est pourquoi La Presse vient de publier une série de huit éditoriaux, signés par l'éditorialiste en chef Alain Dubuc, qui explore des solutions pour tourner la page et sortir du cercle vicieux dans lequel nous nous trouvons.

Dans ces éditoriaux, Alain Dubuc montre que les Québécois devront changer de façon radicale leurs façons de faire, mettre de côté leurs vieilles batailles, dépoussiérer leurs symboles, réinventer un nationalisme de gagnants, oublier la politique traditionnelle pour consacrer toutes leurs énergies à bâtir un Québec fort pour le XXIe siècle.

1- Tourner la page
Pour sortir du cercle vicieux, il faut  rompre de façon radicale avec les traditions politiques qui ont mal vieilli

2. La fin d'un rêve
Rien ne permet plus de croire qu'une victoire de la souveraineté puisse encore être vraiment possible

3- Le mur canadien
Principales victimes de la fermeture canadienne, les fédéralistes modérés du Québec sont aussi piégés par leur passé

4- Penser en gagnants
Nostalgique, le nationalisme québécois ne correspond plus à ce que le Québec est devenu

5- La grande illusion
La bataille pour les pouvoirs: une croisade où le Québec est devenu l'esclave de ses demandes traditionnelles

6- S'affirmer autrement
Il faut mettre au point une stratégie d'affirmation unilatérale pour que le Québec n'ait pas à négocier son identité

7- Une nouvelle révolution tranquille
La vraie stratégie gagnante consiste à changer de terrain de bataille pour renforcer le Québec

8- Les voies de l'avenir
Si le Québec choisit bien ses priorités et y consacre ses énergies créatrices, le XXIe siècle lui appartiendra

La montée de l'extrême droite autrichienne:  la réaction des internautes (I)
Dans le journal Libération.  Vous pouvez participer au débat.

La conquête du territoire de l'âme  Robert Laplante, Directeur de L'Action nationale,  21.02.00
La légitimité véritable des actions du comité de la Fête du Canada et celle des défenseurs du Clarity Bill tiennent de la même logique. Il ne s'agit pas tant de réussir à vaincre : jeter du sable dans l'engrenage suffit. Produire la confusion, réduire la cohésion et polluer le territoire de l'âme, voilà les objectifs politiques immédiats.

Appel du Comité européen pour le respect des cultures et des langues en Europe ( C.E.R.C.L.E. )
Pour une Europe humaniste, plurilingue et riche de sa diversité culturelle

Symbolisme du drapeau canadien :  éducation à faire par Alain LaBonté, 21 février, 2000   AGQ 5767
Il repense au parti libéral (Pearson, Trudeau, le logo du parti), puis décide de peindre les bandes en rouge... en même temps, il voit dans sa tête la pendaison de Louis Riel, les émeutes contre la conscription, les morts et leur sang qui coule dans les rues. De discrètes gouttes de peinture rouge coulent du drapeau en même temps, pour former deux petites flaques par terre.

L’ennemi du bien n’est pas toujours le mal.  Jean-Yves Durocher, 18 février, 2000 23:21  AGQ 5674
Disons-le donc franchement, l'écueil numéro un à l'accession du Québec à l'Indépendance a un nom : le Parti Québécois.

De persistantes impunités  Laurent Laplante, (DIXIT)  Québec, le 17 février 2000
Le vieil adage se confirme dans tous les contextes : le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument.  Jusqu'à l'impunité inclusivement.

Le fétichisme des moyens : Robert Laplante, Directeur de L'Action nationale, 14.02.00
Ce dont il faut convaincre les Québécois, ce n'est pas de l'opportunité d'un référendum mais bien de la nécessaire souveraineté.  Il faut mettre en évidence le coût et les conséquences quotidiennes pour les Québécois et les Québécoises  d'un fédéralisme qui les condamne au statut de minoritaire et les enferme dans une incapacité chaque jour plus grande de faire valoir leurs intérêts collectifs.

Anglicisation des raisons sociales :  Faire fi des exigences du marché !
Jean-Paul Perreault, Président, Impératif français

Essai collectif du comité de réflexion de la SSJB-Saint-Hubert  Manuel de réflexion

Pourquoi une Société Saint-Jean-Baptiste

Brève histoire de la Société Saint-Jean-Baptiste (1660-1941)

Objectifs et Moyens  ---  La langue

Criminellement responsables  Robert Bertrand,  AGQ 5505
Tant le Gouvernement Fédéral que les groupes aidés dits minoritaires, entendons ici, l'Alliance-Québec, sont criminellement responsables des faussés que l'on trouve entre les etchnies au Québec et les deux groupes concourent ensemble à défendre des points de vues qui sont totalement faux.  Les racistes s'incarnent dans les agirs des représentants Fédéraux
qui ne respectent pas la réalité québécoise.

Plate-forme des jeunes de la CSN    Nous revendiquons!
Nous, jeunes travailleuses et travailleurs, affirmons que la société se doit de traiter équitablement ses jeunes. Elle doit leur donner la possibilité de se développer et de devenir des citoyennes et citoyens à part entière et ceci dans toutes les régions du Québec.

La politique, les élections et les référendums aux États-Unis  Les candidats, les partis politiques américains, les institutions politiques américaines, les médias, et les lois sur les référendums.
Page préparée pour votre information par le rédacteur de Québec un Pays 2000/02/10

Le prochain référendum  par Robert Bertrand, 2000/02/06  AGQ 4980

Je suis entièrement d'accord avec la position que vous proposez dans votre mémo 4980 "Le prochain référendum".  par Guy Levasseur  2000/02/06   AGQ 4982

Je suis tout à fait d'accord! Nous aurions dû en savoir plus. par Manon B.  2000/02/06   AGQ 4986

La politique et les élections aux États-Unis  Dossier de Québec un Pays

Les erreurs administratives (celles de Chrétien)AGQ 4742  Robert Bertrand, rédacteur, Québec un Pays 2000/02/02
Juste un milliard de dollars...  Quand on a des surplus volés aux travailleurs et que l'on trouve que de "petites erreurs administratives" comme celles-là.  On devrait vraiment ne rien dire de plus !  Pourquoi faudrait-il s'en excuser ?

Alors, la question fondamentale ne serait-elle pas de savoir si c'est nécessaire d'avoir des journaux au Québec ?  Et combien en avons-nous besoin ?

Le PQ remet la souveraineté sur les rails
Le Parti québécois a accouché d'un plan d'action qui fait de l'an 2000 la « dernière étape » devant mener le Québec à la souveraineté.  Intitulé Mobiliser nos forces pour un pays, ce plan
sera présenté samedi aux militants péquistes réunis à Laval.  Jean-Marc Salvet,  Le Soleil, Le mercredi 2 février 2000
 

Le train est en marche
Robert Laplante, Directeur, L'Action nationale. 31 janvier, 2000
Par les normes nationales, par le contrôle des budgets et par un pouvoir de dépenser qu'aucune règle constitutionnelle ne limite, le gouvernement d'Ottawa transforme chaque jour davantage les provinces en agences de livraison de services et de gestion de problèmes locaux.

Quicktime des meilleurs moments du feu d'artifice de la Tour Eiffel pour le nouvel an 2000

La ridicule campagne de la SSJB aux USA!   Pierre Cloutier  AGQ 4137
Voilà le genre d'erreur que l'on fait lorsqu'on a pas encore compris les bases de la révolution de l'information et que l'on fonctionne encore avec les valeurs et critères dépassés de l'ère industrielle.

La superbe et intelligente campagne de la SSJB dans le NYT   Jean-Yves Durocher  AGQ 4187
Mais je sais que le projet que vous proposez c'est au minimum, en comptant sur du presque bénévolat 750,000$ par année, ne vous inquiètez pas je sais compter et mes calculs sont sérieux.  En passant, j'oubliais le 2 à 3 millions de promotions de départ, un détail.

Comportement internautique des Canadiens et des Québécois  par Alain Labonté 2000/01/14 AGQ 4125
Le taux canadien de branchement des foyers rejoint l'américain 43% des adultes canadiens disposent d'un accès Internet à la maison au mois d'octobre 1999. Ce pourcentage s'avère similaire à celui que l'on observait aux États-Unis quelques mois plus tôt, soit en
juillet et août 1999, et bien supérieur à celui qu'enregistraient alors le Royaume-Uni (24%), l'Allemagne (18%) et la France (10%). Au Québec, toutefois, la proportion d'adultes utilisant Internet à partir du foyer ne se chiffre qu'à 29% en octobre 1999, alors qu'elle s'élève à 48% pour le reste du Canada.

Salle des Nouvelles du Ministère des Communications du Québec

La langue internationale n'est pas l'anglais    Guy Levasseur
Le langage international en devenir, c'est "0" et "1" ie, le langage numérique. (Raoul Duguay)

Sommet de la jeunesse : Les quatre points à défendre  Nicolas Bérubé, Montréal
1) La conciliation travail-famille
«Dis-moi où tu travailles, je te dirai dans quel contexte se passe ta grossesse.»
2) La formation des jeunes décrocheurs
Qu'advient-il des jeunes qui décrochent avant d'avoir obtenu un diplôme de secondaire V - au bas mot, un jeune sur trois?
3) Les jeunes non syndiqués
«La première chose à faire est d'améliorer les lois sur les normes du travail :  elles sont complètement désuètes....
4) La fonction publique et les jeunes
«Actuellement, le gouvernement donne les mêmes responsabilités à un
stagiaire qu'à  un employé régulier, mais avec un salaire amputé de 40 %»,

page consacrée à des articles de
L'honorable Antonio Lamer,   ex-juge en chef de la cour suprême

L'année de tous les dangers   Robert Laplante, Directeur, L'Action nationale
Coincée entre l'âpreté de sa condition et l'urgence de ses problèmes, la société québécoise va traverser cette année une période cruciale. C'est le supplément d'âme qui fera la différence. Ce supplément ne lui viendra pas de ses comptables mais bien de ses rêveurs et de tous ceux et celles qui voient dans l'année de tous les dangers les plus grandes occasions de dépassement. C'est un moment précieux dans l'histoire d'un peuple.

À   LA   UNE

ARCHIVES   1

ARCHIVES   2

ARCHIVES   3

 

Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  |