Vous  êtes dans
À la Une 
archives

 
 
Traduction de nos textes, gratuitement
Free Online Translation
SYSTRAN®'s on-the-fly translations!
 
 
 

 
 
Pour Libération, des universitaires, des chercheurs, des artistes et des consultants originaires de plus de 40 pays appartenant au "Groupe d'études et de recherches sur les mondialisations" décryptent les mots et expressions de la mondialisation.
  AdolescentAfriqueAgriculturesArchipel planétaireArgent
  ChangerCommunautarismeConflitsCulture
  DébatDrogueDroit cosmopolitiqueDroits de l'homme
   Économie solidaireÉducationEstEthiqueEthniquesEtranger (l'...)
  Femmes  Fractures
   Humanités
  IdentitésIntellectuelsInterculturel
  JeuxJustice
   MondeMondialisation ou globalisation?MonnaieMP3
  Nord
   ONG
   PartagePatrimoine mondial de l'humanitéPauvretés
   PlébéienPoésiePublic et privé
  Réfugiés et déplacés
  Société civile
  TerritoiresTravail
  Université
  Village mondial
  Zapatisme

 

Différents éditoriaux de Bernard Frappier dans La Bataille du Québec :   www.Vigile.net

Une impasse surréaliste !   À Québec, le pouvoir souffre d'une maladie qui
a un nom:   «la dépendance au consensus»  Bernard Frappier,  Vigile   4.2.01
 


    MP3 de la Fête nationale du Québec

    Loco-Locass

   Bozo et Raymond Lévesque

   Gilles Pelletier sur les Plaines d'Abraham

Fusions municipales : Montréal  et Québec décision du juge  Maurice E. Lagacé, J.C.S.

L'anti sémitisme   -- Toute l'Histoire  ---
«l'Industrie de l'Holocauste»   livre de Norman Finkelstein

Brouillage sur l'Holocauste  Eric Hazan
est éditeur et traducteur. Il a cosigné ce texte avec le collectif éditorial de la Fabrique:  Alain Brossat, Stéphanie Grégoire, Olivier Lecour   8 mars 2001
(Libération)

Avec ou sans Finkelstein, le Congrès juif mondial est critiqué aux États-Unis
(Le Monde)

L'Holocauste à l'américaine    Le livre de Novick, qui étaye celui de Finkelstein, analyse la Shoah dans la conscience américaine.
(Libération/livres)

Polémique et curiosité en Allemagne   LE MONDE   15.02.01  BERLIN
de notre correspondant
Il y a d'abord le discours rationnel.  Les historiens allemands estiment
qu'ils n'ont rien à  dire sur l'ouvrage de Norman Finkelstein, L'Industrie de
l'Holocauste, unanimement qualifié outre-Rhin de mauvais travail
scientifique et considéré comme un livre-règlement de comptes avec le
Congrès juif mondial

L' acharnement de nos Anglos  Jean R. Lapointe AGQ 19542
Cela peut s'expliquer fondamentalement que par leur incapacité d'accepter d'être dirigés, d'être gouvernés par des Canadiens français, par des descendants des conquis de 1760

Que peuvent-ils se permettre maintenant ?   Robert Bertrand AGQ 19554
Ils ont été capable de brûler un Parlement pour qu'ils ne soient pas sous le contrôle "de la canaille"...

" Brésil Patrie des Peuples   Centre International d'Amitié Franco Brésilien"
"Amitié Québec - Brésil ?" Conférence débat du Mercredi 20 juin 2001 à 19 heures Patriotisme et Souveraineté

Invités : Paul Cliche, candidat souverainiste indépendant aux partielles de Mercier, Serge Roy, Ex-Président du Syndicat de la Fonction Publique
du Québec (SFPQ) et Jean-Claude Dupuis, Maistre ès Art en Histoire
Au Centre-Ville de Québec Info
Centre de Conférence de Québec, snc.   Organise des rencontres/causeries

Analayse des divers groupes de manifestants au Sommet des Amériques
par ATTAC-QUÉBEC
Constater l'évolution de la démarche des manifestants et les divers
objectifs

La "chicane"   Lettre à Monsieur Landry par :  Manon Berthelet
AGQ 19130
 

Monsieur le Président des États-Unis d'Amérique,
Monsieur le Président de France,
Monsieur le Premier Ministre du Canada,

president@whitehouse.gov;
pm@pm.gc.ca;
webmestre@www.elysee.fr
 

Il y a toujours des conséquences aux actes posés.

On ne peut rester indifférent et regarder les nombreux programmes de télévision qui nous font voir des pays, d'autres êtres humains, d'autres façons de lire les réalités que nous vivons.

La douleur immédiate des uns et nos valeurs religieuses en regard de la douleur et la misère des autres dans leur coin de terre qui nous semble bien misérable; les uns sont ils plus malheureux que les autres ?

Certaines de nos richesses n'ont elles pas été accumulées à partir d'un certain nombre de richesses des autres que l'on paie à vil prix tout en laissant ces populations dans un état plus que lamentable ?

C'est Georges Bush lui-même qui a dit, quelque temps avant de se rendre à Gênes, en Italie, que plus de la moitié des êtres humains dans le monde ne gagne que 2,00 $ par jour. Il est au courant, il en est conscient. C'est différent d'en être conscient et d'assumer les conséquences de cette réalité ! Non seulement pour lui, mais également pour tous les autres Chefs de nos Pays dits civilisés ! Nous sommes civilisés, en sommes-nous conscients ?

On a appris également que plus de 2 milliards de la population mondiale n'a pas d'électricité.

Dans leur vie de tous les jours, ces gens là que nous ne voyons pas beaucoup, parce que l'on ne s'y intéresse pas du tout, les télévisions du monde ne nous les montre pas... ce sont également des êtres vivants avec des sentiments, avec des besoins, avec des difficultés, des êtres également qui sont exploités par ceux qui les entourent. Des êtres humains qui ont autant de valeur que nous mêmes, qui ont le droit de vivre, qui ont le droit de profiter des avantages de ce monde dans lequel nous vivons.

Le malheur, c'est qu'ils sont nés dans ces régions.

Après la présente tragédie, les seuls Américains ont décidé d'un budget de départ de 40 milliards de dollars pour faire face à la présente situation dramatique. Quarante milliards, c'est un point de départ, il faut bien en être conscient.

Ne faudrait-il pas un plan mondial de la paix ? Un plan mondial contre la misère dans le monde, contre le manque d'électricité, pour un minimum acceptable d'un vécu pour chacun des êtres humains ?

Un plan de cinq cents milliards, de huit cents milliards ?

Il faut faire marcher l'économie mondiale dans le respect de chacun des individus, de chacun des êtres humains. Quel programme de paix ! En d'autres temps Lester B. Pearson n'avait il pas proposé les forces de Paix de l'ONU ?

Ne faut il pas répondre aux attaques par un plan mondial de paix, contre la misère, contre la pauvreté, contre la faim, contre les abus des profiteurs de toutes sortes qui gèrent de nombreux Pays ?

La perte dans les diverses bourses au cours des derniers mois, en milliards, n'a t elle pas été plus grande que ces huit cents milliards que je propose ?

Le plan du XX1è siècle, d'un trillion de dollars pour améliorer la qualité de la vie de notre monde dans le respect des individus ? La guerre du XX1ème siècle contre la pauvreté.

Notre monde en est il capable ? Plan Bush, Plan Chrétien, Plan Chirac, Plan Blair, peu importe.

Robert Bertrand, rédacteur,
Québec un Pays
http://iquebec.ifrance.com/quebecunpays/

"We have orphaned so many children, tens of thousands around the world, with our taxpayer-funded terrorism (in Chile, in Vietnam, in Gaza, in Salvador) that I suppose we shouldn't be too surprised when those orphans grow up and are a little whacked in the head from the horror we have helped cause."      Michael Moore, commentateur américain.

http://www.michaelmoore.com/cgi-bin/ultimatebb.cgi?ubb=get_topic&f=36&t=000145

cc:
avant-garde_quebec@groupesyahoo.ca;
MMFlint@aol.com;
ray@MichaelMoore.com;
vox@voxlatina.com

« Ne répondez pas par la violence ! »
Plusieurs lauréats du prix Nobel de la paix - de Mikhaïl Gorbatchev au Dalaï Lama - ont exprimé mardi leur colère, leurs regrets et leur compassion sur un site internet

http://www.thecommunity.com/crisis

Téléphones, adresses, courriels de représentants dans divers pays

Actions que nous pouvons poser pour influencer nos représentants

Parmi les valeurs démocratiques qui ont été "attaquées par les terroristes" le 11 septembre, il en est une qu'on semble avoir oubliée : un suspect est innocent jusqu'à ce qu'on ait établi sa culpabilité devant un juge impartial.

BIG OIL CHANGE   What's really driving Bush's foreign policy  By Wayne Madsen

Le risque de rupture entre l'arrogant pouvoir exécutif et un pouvoir législatif qu'on traite injustement comme une coquille vide et un mécanisme anachronique.    Laurent Laplante dixit

L'anglais remplace le français à la  Bourse de Paris  Robert Bertrand, rédacteur Québec un Pays

Le temps de Bernard Landry Jean-Yves Durocher
Bernard Landry a le mandat d’être le capitaine du Parti Québécois, comme c’est ce parti qui fournit l’équipage, les passagers désirent avant tout que le bateau reprenne son cour, donc ils sont obligés de lui faire confiance et de l’appuyer.

Nous sommes libres...  en autant que le permettent les lois anglaises !
Pierre Dubuc  L'Aut'Journal  20/12/99
Avec la Confédération de 1867, notre statut minoritaire est définitivement scellé, sans que la population soit consultée.  En fait, les minces droits qui nous sont reconnus ne l’ont été, une nouvelle fois, uniquement à cause de la menace annexionniste américaine.

Ils peuvent compter sur l’appui des marchands anglophones de Montréal qui, après avoir incendié le Parlement en 1842 pour protester contre un projet de loi indemnisant les Patriotes,  réclament maintenant l’annexion aux États-Unis.

Tant qu’ils pensaient que nous ne pouvions gagner, les fédéralistes nous ont laissé voter. Mais, sachant n’avoir gagné en 1995 que par la tricherie, en manipulant les lois d’immigration comme cela vient d’être prouvé, ils ne veulent pas un troisième référendum.

L’heure de vérité a sonné. Maintenant que la classe d’affaires canadienne a complété son intégration à la bourgeoisie américaine à la faveur du libre échange, il n’y a pas plus, comme en 1774 ou en 1867, de motifs justifiant de nouvelles concessions au Québec.

Plus besoin de faire croire que le Canada est issu d’un soi-disant " pacte entre deux nations, entre deux peuples fondateurs ".  Notre réalité historique éclate au grand jour : nous sommes un peuple conquis.

Notre destin sera désormais tributaire d’une " question et d’une majorité claires " - comme le stipule la loi C-20 - définies par la Chambre des communes en tenant compte de l’avis des partis d’opposition à Québec (c’est-à-dire essentiellement de la minorité anglophone), de l’avis des autres provinces et autres territoires, du Sénat et de " tout autre avis qu’elle estime pertinent " !

Ça ne peut être plus clair ! Nous sommes libres... " en autant que le permettent les lois anglaises " !

Démission du Bloc, une question d'honneur !  (réponse à une intervention sur le forum Avant-Garde-Québec par Robert Bertrand,  2000/01/09
Leur rôle de représentation des Québécois(es) et du Gouvernement du Québec sur la scène fédérale est primordial, nécessaire, et irremplaçable dans les présentes circonstances.  Il faut que les deux partis qui travaillent pour les Québécois(es)  travaillent ensemble de plus en plus  et que ce soit évident pour l'ensemble de nous tous.

Mission économique en Amérique centrale :  Ottawa fait obstacle à Québec
Pierre O'Neill  LE DEVOIR  Le vendredi 7 janvier 2000
Il lui paraît évident qu'en interdisant l'accès aux plus hauts dirigeants politiques du Panama et du Costa Rica, le gouvernement fédéral diminue l'efficacité de la mission et prive le Québec de la création de nouveaux emplois.

À son avis, ce nouveau coup de force des fédéraux est non seulement coûteux mais anticonstitutionnel.  «Ils oublient que les provinces ne sont pas des créatures d'Ottawa. C'est une confédération de gouvernements égaux et souverains dans leurs juridictions. Les fédéraux interprètent la Constitution de façon mesquine.»

SUPERCHERIE
Est-ce le français ou l'anglais qui est la langue minoritaire au Canada?
Jean-Paul Perreault, Impératif Français
Est-ce le français ou l'anglais qui est la langue minoritaire au Canada ?  En Amérique du Nord ? Laquelle de ces deux langues est assimilée par l'autre ? Laquelle est menacée de disparition au Canada ? Laquelle voit son poids démographique et son importance diminuer sans cesse au Canada?  Croyez-le ou non, pour Patrimoine canadien, c'est la langue anglaise !!!

En effet, Patrimoine Canadien versait, en subventions et en allocations diverses, près de 2 millions de dollars par année auxquels il faut ajouter les subventions aux «projets spéciaux» pour -- tenez-vous bien! -- promouvoir au Québec, seule terre majoritairement francophone en Amérique du Nord, la langue qui domine partout ailleurs au Canada et en Amérique, la langue anglaise.

La guerre des BOERS
Les citoyens québécois n'avaient-ils pas raison de ne pas vouloir participer ?

Dix voeux, dix résolutions...   Jean-Paul Perreault, président,  1999/12/29
Impératif français invite la population d’ici et d’ailleurs à les faire siens

Pour la création d'un «Conseil des Sages»  Vigile  27.12.99
bfrappier@videotron.ca

Dans le New York Times, des ONG québécoises dénoncent le projet de loi sur le référendum du Gouvernement du Canada

Texte intégral de cette page dans le New York Times (pdf)

MANIFESTE  ---  Pour un Québec 51è État " des États-Unis d'Amérique
L'idée d'un Québec annexé aux Etats Unis n'est pas nouvelle en elle même.  Elle avait déjà été envisagée par un groupe d'hommes d'affaire Anglophones de Montréal en 1849.  Ce qui est nouveau c'est qu'un groupe d'hommes, que certains qualifieront "d'avant-gardistes", ait décidé de se réunir et de fonder un parti politique et réactiver une idée qui arrive à point dans un contexte propice à une telle prise de conscience.

Création du Pays du Québec dans l'honneur et l'enthousiasme !
Robert Bertrand, rédacteur, Québec, Un Pays 1999-12-11
Je crée le Pays du Québec dans l'honneur et l'enthousiasme sans aucune référence avec le Canada ?  Vouloir mater, contrôler et assujettir un Pays, une Nation, un Peuple devient la voie privilégiée du Canada.   Et le Canada projette une telle image au plan international.  Dans les autres Provinces de ce Pays qui nous est étranger, par sa culture, par sa télévision, par son Parlement, par sa qualité de la démocratie, n'y a-t-il donc pas une élite qui est capable de percevoir la dérive des institutions britanniques ?  la dérive de la qualité démocratique ?  Entendez-vous des voix à l'horizon ? Honneur et enthousiasme.  Oui, pour la création du Pays du Québec.

Création du Pays du Québec dans l'honneur et l'enthousiasme ! AGQ 3431
Jean-Marc Rioux  1999/12/12
Il n'y a qu'une réponse à donner présentement contre la déclaration de guerre du  Gouvernement du Canada, uni-latérale et anti-démocratique selon les normes  internationales, contre le droit démocratique d'un peuple à disposer de lui-même  sans interférences étrangères: c'est de demander à l'ONU d'intervenir suite à  une demande unanime de notre Assemblée nationale et préparer une loi prévoyant  la création d'une Assemblée Constituante

En ce 25 décembre 1999 j’ai fait un songe : Mon dernier Noël canadien!
Gilles Rhéaume MSQ 25.12.99
Et si ce songe se réalisait. J’ai vu se réunir, d’abord pour défendre les droits historiques et naturels du Québec, le gouvernement de Lucien Bouchard, l’ADQ de Mario Dumont, le Bloc québécois de Gilles Duceppe. Et sont arrivées la CEQ, la CSN et la FTQ, ainsi que les organisations indépendantistes comme la SSJB-M, les SSJB et les SNQ du MNQ, les IPSO et le MSQ. Tous et toutes ensemble pour le pays.

Plus beau NOEL depuis 1976 AGQ 3670   Gilles Rhéaume  25/12/99
L'union sacrée de tous et de toutes est le prix à payer pour que le Québec devienne un pays... en l'an 2000. Pourquoi pas un référendum le 24 juin avec le droit de vote à tous celles et ceux qui ont 16 ans et plus avec une résidence au Québec de dix ans et plus?

Dans la fierté de ce que nous sommes   par Robert Laplante  Directeur de L'Action nationale  13 décembre 1999
Ils peuvent bien se draper dans le "fair play". Ce qu'ils font ne se nomme que bassesse. Et ceux qui se grandissent dans les basses oeuvres ne sont jamais que des lâches qui vivent par procuration. Ce sont des ennemis de la liberté.  En l'occurrence de notre liberté.

Le temps est venu de s'arracher.  Ils construisent des geôles.  Nous bâtissons l'avenir.  Dans la fierté de ce que nous sommes.

Les perdants se pendent AGQ 3359   par Jean-Yves Durocher  1999-12-06
...au début de la prochaine année, entre février et avril, la courbe historique des sondages sur l’avenir du Québec dépassera pour la première fois la barre des 50%.  À vrai dire, après mai 2000, il n’y a plus de possibilité mathématique d’un référendum perdant au Québec.

Moi je suis très heureux de voir Chrétien l’Ontarien et Dion oser enfin s’afficher pour ce qu’ils sont vraiment : des perdants.

...se débarrasser du Québec en lui donnant quelques milliards.

(...) Et à la fin, lorsqu’ils réalisent que les batailles n’ont de valeurs que si la victoire est acquise, alors ils se pendent ou ils sont pendus

La Californie, tout comme le Québec, a légiféré pour n'avoir qu'une seule langue officielle AGQ 2875

Propos sur le Budget Martin, 1999-03-07   Robert Bertrand

Ni pour le principe, ni pour la grève !    Robert Bertrand, rédacteur  1999-07-08

Un dossier juste, raisonnable, il doit être vendable.  Et pour le vendre il faut l'expliquer.  C'est valable de part et d'autre !  On n'a pas besoin d'une grève pour exposer nos points de vue !  C'est une démarche à réaliser avant un quelconque vote de grève.

François-Albert Angers,  l'économiste et le combattant    Jean-Marc Léger  Juin 1999

L'impossible négociation sans l'indépendance   Rosaire Morin  L'Action nationale, septembre 1998
La proclamation de l'indépendance déclenchera une série de démarches pour négocier une entente Québec-Canada. Les deux parties auront intérêt à parvenir à un accord rapide.

De toute manière, nos voisins du Sud, qui détiennent plus de cent milliards $ d'investissements directs au Canada et qui financent quelque 280 milliards $ de la dette du Canada, insisteront pour que l'instabilité soit de courte durée.

Oublions la ré-écriture de l’histoire par la rectitude politique   Christian Dufour

Lettre à Monsieur Guy Chevrette, Ministre de la réforme électorale sur
LA QUALITÉ DU DROIT DE VOTE  Robert Bertrand  1999-03-04
Oui notre vote est secret au moment de voter.  Après avoir voté, on est capable de dire que dans telle rue tout le monde a voté pour l'un ou l'autre parti politique.  Le secret du vote devient donc une supercherie

Jacques Parizeau au Devoir:
Le Canada n'a pas le choix de négocier.  Il importe de gagner la lutte des mentalités, affirme l'ancien premier ministre
«Le commerce du Québec avec les États-Unis représente [en valeur] le commerce des États-Unis avec l'Argentine, le Brésil et le Chili réunis.»

En janvier, le Sénat américain se prononcera sur un projet de loi qui faciliterait l'extension du dollar américain à d'autres pays qui voudraient l'utiliser comme monnaie nationale.

Et à ses yeux, Ottawa vient ironiquement de donner au gouvernement Bouchard l'occasion de relancer ce débat. «C'est un "timing" intéressant, dit-il. Ça donne la possibilité de reprendre le débat sur l'avenir politique du Québec en parlant de la souveraineté mais aussi du fédéralisme.»

Autres textes de Jacques Parizeau

Des sujets de Sa Majesté   Robert Bertrand  1999-12-23
Allons-nous créer le Pays du Québec, par référendum, d'une part, et reviser toutes nos institutions politiques dans un même temps, d'autre part ?  Faut-il que ces deux mouvements ne fassent qu'un ?

Allons-nous franchir une deuxième étape   -- l'étape de la République --  en un autre temps ?

Le dernier mot revient au peuple québécois
Monsieur Lucien Bouchard à la Faculté de droit de l'Université de Montréal  à Montréal, le jeudi 12 février 1998

Autres textes de Lucien Bouchard

Sur le dernier mot revient au peuple du Québec sous le titre de La démocratie chez les nationalistes Canadiens  Commentaires : Robert Bertrand  1999-12-23

Pour voir les nouveaux textes de Gilles Rhéaume,
Président du Mouvement Souverainiste du Québec

Projet de loi no 99  Loi sur l'exercice des droits fondamentaux et des prérogatives du peuple québécois et de l'État du Québec
M. Joseph Facal, Ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes

La tentation fasciste est là! AGQ 3471    Bernard Frappier, Vigile   14.12.99
Toronto-la-riche a réussi depuis vingt ans à drainer la puissance financière canadian, québécoise comprise (re: les études de Rosaire Morin sur la déportation du capital), et elle a besoin d'un État central fort pour «légi-gérer» ses desseins

La tentation fasciste est là!  Pas le fascisme brutal des chemises brunes hitlériennes ou mussoliniennes. Celui des chemises dorées canadians.

Parole donnée, parole tenue AGQ 3478    Jean-Yves Durocher
Chrétien et Dion mentent comme ils respirent.

"Ils veulent que le Québec soit reconnu au sein du Canada comme une société distincte par sa langue, sa culture et ses institutions. Je l'ai dit et je le répète :  je suis d'accord "
Déclaration du Premier Ministre Jean Chrétien, le 24 octobre 1995, Verdun

Pierre-Elliot Trudeau AGQ 3163     Robert Bertrand, 1999/11/18
Et Trudeau a imposé le bilinguisme à un Pays qui n'en voulait pas, qui n'avait pas d'entité unique, un Pays au contenu disparate. Il voulait créer le Pays Canadien alors que nous, nous étions déjà bien ancré dans notre Pays du Québec.  Globallement, Trudeau-élu a agit en Canadien et on peut dire que nos hommes politiques Québécois-élus ont agit en Québécois. Chacun cherchant davantage à mieux se définir de part et d'autre.

Et nous voilà à la croisée des chemins : Québécois vs Canadiens.

Pierre Elliott-Trudeau AGQ 3170   Robert Bertrand  1999/11/19
Le Canada de ce temps, il était britannique :  Union Jack, le Gouverneur Général du Canada était British, l'Acte de l'Amérique Britannique du Nord était en Angleterre.  Trudeau a voulu que le Canada soit Canadien.  Il le faisait consciemment en rejetant le Québec et ce qu'il avait de fondamental : le peuple québécois.  Aurait-il pensé que les Rocheuses valaient plus que la réalité québécoise : les gens du Pays, le peuple du Québec ?

Fallait-il à ce point mépriser les nôtres pour créer son Canada ?

Il faut le reconnaître, notre élite fédéraliste n'a jamais aidé le reste du Canada à bien comprendre la réalité québécoise dans ce qu'elle a de fondamental :  la question du peuple, la question de nation, son désir d'être présent sur la scène internationale pour son particularisme.

Les retours obligatoires. Ne faut-il pas jugé Trudeau sur ce qu'il a accompli ? AGQ 3192  Robert Bertrand 1999/11/23
Oui, les hommes sont grands pour ce qu'ils peuvent accomplir, pour ce qu'ils peuvent reconnaître.  Et ils sont petits pour ce qu'ils n'ont pas voulu ou accepté de faire le travail qui était commandé.

Ne faut-il pas jugé Trudeau sur ce qu'il a accompli et non sur ce qu'il aurait voulu accomplir ?

La grandeur de cet homme n'a-t-elle pas été de pouvoir tromper tout le monde avec finesse ?  L'Histoire saura reconnaître la juste mesure de cet homme.

Bernard Landry, ministre des finances (1) AGQ 3339  Robert Bertrand 1999/12/04
J'ai le sentiment que nous avons quelqu'un qui voit à l'économie québécoise comme jamais auparavant ai-je pu le constater. Et les succès doivent donc rejaillir sur le responsable de notre économie qui n'est nul autre que Bernard Landry.

Bernard Landry, ministre des finances (2) AGQ 3351  Robert Bertrand 1999/12/05
D'après moi, il faudrait créer des liens avec d'autres pays qui nous ressemblent.  Mais nous ne sommes pas encore un Pays.  Alors, tout un défi ?  .... Et l'économie dite nationale ne dépend-elle pas d'un Pays et non pas d'une Province ?

Si ce pays (CANADA) n'est pas une prison, le Québec a le droit à l'autodétermination
Rosaire Morin  L'Action nationale  septembre 1998
Dans le château-fort de Saint-Maurice, 53 pour cent des électeurs ont voté contre le Premier ministre.  À l'extérieur de l'Ontario et du Québec anglais, plus de 80% des citoyens et citoyennes ont voté contre le "petit gars de Shawinigan".

Le Parti libéral est ontarien. 101 députés sur 103 comtés.  À travers le Canada, le Parti de monsieur Chrétien a obtenu moins de 40 pour cent de la faveur populaire.

Si ce pays (Le Canada) n'est pas une prison ... AGQ 3461   Robert Bertrand  1999-12-13

Offensive Fédérale   Robert Bertrand, 1999/12/08 AGQ 3369
Le recul d'Ottawa sur le 50% plus un provient, sans aucun doute, de réactions internationales. Certaines gens de l'ONU, par exemple, et tous les organismes internationaux auxquels le Canada a des représentants permanents ont dû venir jeter leurs grains de sel.

Un contre 11, ou 12  Robert Bertrand  1999/12/10  AGQ 3412
À nous de nous proclamer officiellement pour ce que nous sommes :  Québécois du Québec pour le Pays du Québec.

Affirmer quelque chose qui soit claire parce que l'on veut que nous soyons clairs.

Lettre à Lucien Bouchard : passer de la politique à l'histoire.
Denis Monière Guy Bouthillier Gordon Lefebvre André Thibault 4 avril 1999
Le choix d'un pays ne peut être lié aux modalités de la gestion ouvernementale,  ....comment un peuple peut-il persister et développer son identité lorsqu'il ne maîtrise pas les leviers de commande politiques?  Il est temps de rassembler toutes les forces qui souhaitent ancrer le destin du Québec dans de nouvelles institutions politiques. C'est en prenant l'initiative qu'on fait l'histoire.

" Faisons du Québec un pays, créons un État, donnons par conséquent à cet État une citoyenneté et tous ceux qui seront citoyens de cet État seront Québécois. Point "
Guy Bouthillier, président, Société St-Jean-Baptiste de Montréal

Le serment d'allégeance tend à "ostraciser"  les nouveaux Québécois, selon la SSJB
Huguette Young  © La Presse Canadienne, 1999
... le texte du serment devrait dire en toutes lettres que les arrivants promettent "fidélité et allégeance au Québec et au Canada et à Sa Majesté", a avancé M. Bouthillier jeudi lors de sa comparution exceptionnelle devant le Comité permanent de la Citoyenneté et de l’Immigration.   De plus, les cérémonies de citoyenneté devraient se faire en présence d’un représentant du gouvernement du Canada et d’un autre de "l’état du Québec . . . avec, évidemment, deux drapeaux."

La République de Nouvelle-France : Un nom nouveau pour une réalité nouvelle !  Bernard Frappier -- Vigile.  4 mars 1999

150e anniversaire d'un événement douloureux.  Jean Chartier  25 avril 1849  Incendie du Parlement du Canada Uni
Faudra bien que quelqu'un s'excuse pour cette injustice faite au peuple québécois par des anglos fanatiques... qu'on ne rencontrerait plus aujourd'hui, paraîtrait-il...

1840 - Canada Uni : L'année de la Terreur.    Le parlement du Canada uni était incendié le 25 avril 1849 par des orangistes, place d'Youville, dans le Vieux-Montréal

Bouchard n'empruntera pas pour baisser les impôts.   Pierre April  (PC) - Québec Le Droit
... l'Ontario va faire un déficit de 2,1 milliards $ et, donc, va emprunter  2,1 milliards $ pour baisser les impôts.   Ce n'est pas la politique que nous avons choisie.»

Déclaration de Calgary : Les experts concluent à un recul majeur

Les constitutionnalistes voient clairement un recul pour le Québec dans la Déclaration de Calgary. En termes juridiques, Calgary représenterait un renoncement face à un fédéralisme centralisateur.

Mario Cloutier, de notre bureau de Québec   Le Devoir, 3 juin 98
Les juristes voient la Déclaration de Calgary comme une invitation faite par le Canada au Québec à renoncer au plein exercice de certaines compétences, à la promotion de sa culture et de sa langue et à une légitimité internationale. Calgary représenterait même un problème pour l'exercice du droit à l'autodétermination du Québec.

Trois experts critiquent la Déclaration de Calgary  Le Devoir, 5 juin 98  Québec (PC) - Trois autres experts ont dénigré la Déclaration de Calgary, hier, estimant qu'elle ne satisfait pas les demandes du Québec
Quant à Guy Lachapelle, de l'université Concordia, il estime que la déclaration démontre que «le Canada anglais a toutes les difficultés du monde à comprendre les demandes traditionnelles du Québec».  Ce texte constitutionnel «représente pour le Québec moins que Meech et démontre que la classe politique canadienne préfère opter pour le vide constitutionnel plutôt que pour des changements substantiels»

Le fédéralisme n'est pas réformable  -- La majorité des Québécois croit qu'il est impossible de satisfaire à la fois le Québec et le reste du Canada   Pierre O'Neill   LE DEVOIR, 23 juin 98
Entre le sentiment d'appartenance au Canada anglais et la tentation d'adhérer aux théories souverainistes, persiste l'ambivalence des Québécois, pourtant convaincus que la réforme du fédéralisme est illusoire.

La souveraineté du Québec n'empêche pas les Américains de dormir PHILADELPHIE
La Presse, 23 mai 98   Denis Lessard
...depuis 1990, les exportations vers les Etats-Unis ont doublé, quatre cent firmes américaines ont des intérêts au Québec et 47 s'y sont ajoutées depuis un an

Une baisse du niveau de vie en cas de séparation serait improbable
Presse Canadienne   Le Devoir, 20 octobre 1997
Les Québécois n'ont pas raison de craindre une baisse de niveau de vie en cas de séparation du Québec. Comme le Québec devrait garder sa place au sein de l'Accord de libre-échange nord-américain, il n'aura pas besoin de continuer à faire partie du Canada pour se développer économiquement.

M. Thurow explique qu'avec la mondialisation des marchés il n'est plus nécessaire de vivre dans un grand pays, avec un important marché intérieur, pour obtenir les économies d'échelles essentielles au développement économique.

L'incertitude politique a-t-elle un effet économique?   Guy Joron, Ancien ministre dans le cabinet de René Lévesque  Le Devoir, Le vendredi 20 juin 1997
En 1976, les Québécois élisaient un premier gouvernement voué à la souveraineté du Québec.  Vingt ans plus tard, la question n'est toujours pas tranchée. On a répété depuis, et particulièrement au cours de la dernière élection fédérale, que cette incertitude politique freine la croissance économique du Québec.

Mais que disent les statistiques?  (...)

Car même s'il n'y avait pas de gouvernement souverainiste au pouvoir aujourd'hui à Québec, ni de référendum prochain à l'horizon, qui pourrait affirmer que la question est définitivement réglée? Elle ne le sera pas tant qu'existera sur ce territoire une nation distincte qui cherche sa place au soleil et un accommodement nouveau avec ses voisins.

Aussi longtemps que la nation continuera d'exister, personne ne pourra préjuger du choix des générations à venir. Penser qu'un NON puisse être définitif est aussi naïf que croire qu'un candidat défait à une élection perd le droit de se présenter plus tard. En démocratie, le peuple est souverain et il conserve toujours le loisir de changer d'opinion.

Le transfert d'entreprises est avant tout un phénomène économique  Denis Gaumond
Chargé de cours à l'ENAP et directeur de service à l'UQAM   Le Devoir, 20 mars 1997
La valse des transferts des sièges sociaux et autres entreprises de Montréal à Toronto, en piste depuis quelques décennies, est, dans la presque totalité des cas, générée par des décisions d'intérêt économique. Quoi qu'en disent les récupérateurs d'événements à des fins politiques qui grouillent, gribouillent et grenouillent sur le spectre politique canado-québécois, ces décisions sont après analyse approfondie, dans la plupart des cas, économiquement «objectives».

Alors, pourquoi Toronto? Pour des raisons structurelles évidentes de centralisation économique dans ce coin de pays. Et, tant et aussi longtemps qu'Ottawa encouragera cette pratique, tant et aussi longtemps que le Québec fera partie de l'ensemble canadien, il paiera le prix lourd de cette appartenance dominatrice qui fait autant crier l'Est et l'Ouest du pays que le Québec peut le faire. Et ceci, malgré les mannes pétrolière de l'Alberta et asiatique de la Colombie-Britannique. Cette pensée économique centralisatrice a pour effet de faire surchauffer Toronto et sa banlieue et de garder à peine au chaud les autres centres importants du Canada.

Les objectifs des libéraux ? AGQ 2920
"Les libéraux veulent la disparition de la province de Québec,sans que l'on s'en aperçoive, et recourent à la centralisation pour parvenir à leurs fins."
Camilien Houde, maire de Montréal, en 1949

Comité des Nations, des Peuples de la terre  Monsieur Bernard Landry, Président,
Comité de réflexions et d'actions stratégiques  sur la souveraineté du Québec
Québec (Québec)  AGQ 2734
Si c'est bon de créer un Comité sur le fédéralisme, ne serait-il pas fondamentalement acceptable que de créer un Comité pour la représentation/libération des Nations, des Peuples ?   Robert Bertrand  1999/10/14

Services secrets et Quebec souverain AGQ 2640     par Robert Bertrand, 1999/10/11
Si l'on convient que des milliers de votes se sont réalisés frauduleusement lors des derniers scrutins électoraux et référendaires, n'est-ce pas de notre responsabilité première de trouver des moyens de contrer ces "fraudes-fraudeurs" ?

On a connu sous le FLQ une participation frauduleuse de la GRC, ne faut-il pas être dupe de tous ceux qui pourraient jouer un rôle, de nos jours, alors que les enjeux sont encore plus grands ?

Une Province ou un Pays (1) AGQ 3269
Une Province ou un Pays (2) AGQ 3273
Robert Bertrand
Ou bien on se soumet à la dictature de la majorité canadienne ou bien on prend notre place à nous, à la Table des Nations.

Le rôle que les mandarins fédéraux veulent faire jouer au Chef du Parti Libéral du Québec n'est rien de moins qu'un éteignoir des aspirations québécoises.

Sommes-nous prêts pour une coalition conjoncturelle pour assumer, ensemble, la voix de l'avenir pour le Québec ?

Le Québec comprend-il qu'il n'y a qu'une solution qui soit nôtre et qu'individuellement et collectivement il nous appartient de prendre ?   cc.:  Lucien Bouchard, Jean Charest

Dans un esprit d'avant-garde AGQ 3719   par Robert Bertrand, 1999/12/28
N'est-on pas responsable, chacun d'entre nous, pour ce que nous écrivons et pour les positions que nous défendons ?

Re quebec.com  AGQ 3878    Robert Bertrand, 2000/01/04
Depuis longtemps je souhaitais un forum qui soit vivant, actif, sérieux, ouvert, achalandé, de bon ton, et qui parle du Québec comme on le veut.

Le cyberespace est un espace infini      Robert Bertrand, 2000/01/03  AGQ  3860
On devrait donner à chacune des familles un crédit spécial pour acquérir un ordinateur conforme aux besoins pour chacune des familles québécoises.  Le Gouvernement du Nouveau-Brunswick n'a-t-il pas fait bénéficier sa population pour être la Province la plus branchée un moment donné ?

Le Gouvernement devrait mettre tous les documents qu'il transmet aux députés ou aux ministres sur le Net, tout à fait gratuitement.

Arguments en faveur de la souveraineté du Québec

Réflexion suite aux élections provinciales de 1998  8 décembre 1998  Là ça va faire !!!   Soberano
La seule façon de faire survire la culture française en Amérique, c'est de créer le pays du Québec.

La fête nationale du Québec : 24 juin
Perspectives :  Des fruits inespérés
- Mario Cloutier- LE DEVOIR- Le samedi 22 mai 1999
Que retiendra-t-on, l'an prochain, du voyage de Mission Québec au Mexique? Les simples projets devenus de vrais chantiers de construction, les 66, 51 ou 75 millions en ventes qu'auront retirés les entrepreneurs québécois qui faisaient partie du voyage? Que non. Ce sera que le gouvernement Chrétien a fort maladroitement empêché Lucien Bouchard de rencontrer le président mexicain Ernesto Zedillo.

Les peuples non souverains ont-ils des droits?  -- Gérard Latulippe
L'auteur a été ministre sous le gouvernement Bourassa, délégué général du Québec au Mexique et à Bruxelles --  Le mardi 18 mai 1999
Il faudrait que les peuples non souverains jouissent de droits et de libertés permettant leur épanouissement

Quand les élus du Peuple prendront-ils leurs responsabilités ?  Robert Bertrand, 1999-05-12
Quand les élus veulent : les pâtes et papiers, l'hydro-électricité.  Pourquoi ce laisser-faire chez les financiers ?

Montréal compte deux fois plus de pauvres --  Judith Lachapelle  --  LE DEVOIR
«C'est une augmentation qui commence à défier l'imagination», a admis le directeur de la santé publique intérimaire, le Dr Denis Roy.

La langue de l'imposture
La Loi sur les langues officielles au Canada n'a jamais été autre chose qu'une manoeuvre pour contrer la reconnaissance du français et de ceux qui le parlent.
Robert Laplante, Président de la Ligue d'Action nationale

La terre brûlée par Robert Laplante Président de la Ligue d'Action nationale
déstabilisation de l'État québécois

Gérard Bouchard   Le casse-tête de la nation.
«Les économies se mondialisent mais on assiste à un repli et à une résurgence des identités» Caroline Montpetit  LE DEVOIR
La nation, le peuple québécois semblent l'inspirer sans faillir. Polyvalent, rompu à diverses disciplines, le sociologue et historien a une vision renseignée et  réfléchie du Québec passé et actuel.  «L'ethnicité, il y en a dans toutes les nations, dit-il. Il y en a tout le temps, on ne peut pas éliminer l'ethnicité. La langue elle-même est un élément d'ethnicité, important et indispensable.

ÉDITORIAL -- Les voix anglaises -- Michel Venne LE DEVOIR
Il est souhaité que : " la relation entre la majorité de langue française et la minorité de langue anglaise puisse se développersur la base d'intérêts bien compris plutôt que sur celle de l'esprit de revanche."

PERSPECTIVES -- Le dialogue -- Jean Dion  LE DEVOIR
Alliance Québec, rappelons-le, compte à peine 4000 membres sur une population d'environ 800 000 habitants

«Emmerder les étrangers» -- Bouchard refuse de répliquer à Chrétien
Le Droit  Lia Lévesque  PC - Montréal
«Il est par conséquent non seulement normal, mais désormais indispensable que les élus du Québec puissent épauler, à l'étranger, le travail de nos entreprises, en rencontrant les décideurs de tous les niveaux.  C'est le bon sens économique, c'est le bon sens tout court», a lancé le premier ministre du Québec.

ÉDITORIAL -- Corrida canadienne--  Bernard Descôteaux LE DEVOIR
On voit en effet ici le grand frère d'Ottawa pris en flagrant délit de sabotage diplomatique pour empêcher la tenue d'une rencontre entre le premier ministre Lucien Bouchard et le président mexicain Ernesto Zedillo, lors de la prochaine mission d'Équipe Québec à Mexico ce mois-ci. Sa peur référendaire devient ici perversion.

PERSPECTIVES -- Le nationalisme tranquille -- Christian Rioux  LE DEVOIR
Tony Blair a prouvé que le Royaume-Uni n'était pas un vaisseau pris dans la glace et qu'il pouvait évoluer vers un modèle respectueux des nations qui le composent.

ÉDITORIAL  -- Le déclin du bilinguisme officiel -- Michel Venne LE DEVOIR
Les services en langue française dans l'administration fédérale ont subi des reculs depuis cinq ans à l'extérieur du Québec.

PERSPECTIVES -- Réviser le «modèle québécois» -- Michel Venne LE DEVOIR
Plusieurs analystes ont fait valoir presque simultanément ces dernières semaines (est-ce un hasard?) que ces écarts étaient justement causés par notre fameux «modèle québécois» et qu'il faudrait prendre la peine de le réviser.

ÉDITORIAL L'arrogance des riches  Jean-Robert Sansfaçon LE DEVOIR
... le gouvernement Harris a choisi d'emprunter pour réduire les impôts. Une stratégie qui n'est permise qu'aux riches mais qui pourrait tout de même lui jouer des tours avant la fin d'un second mandat.

Les élections écossaises - 3
Est-ce la fin du Royaume-Uni ? Avec l'élection aujourd'hui des premiers Parlements écossais et gallois, les Britanniques se demandent si leur pays n'est pas au bord de l'éclatement --Christian Rioux-- LE DEVOIR

... les Écossais ont forcé les Britanniques à s'interroger pour la première fois sur leur identité...  À Londres comme à Édimbourg, on n'hésite pas à citer le Canada comme exemple de cette guerre à finir dont l'élection d'aujourd'hui pourrait être le présage.

Le figurant, -- Michel Venne --  LE DEVOIR
Mais cet homme fait de la politique depuis déjà 15 ans.  Pendant combien d'années devra-t-il encore apprendre ?

Une transaction de 125 millions $ Métro-Richelieu achète 41 magasins Loeb -- Charles Thériault --  Le Droit
La compagnie québécoise a confirmé, hier, la nouvelle qui était
attendue depuis l'achat de Provigo par Loblaw...

La sécurité alimentaire.  Robert Laplante 26 avril 1999
le gouvernement du Québe "craint que les géants de l'alimentation ne négligent l'approvisionnement local".

Les Français "cheminent", soutient la ministre Beaudoin par Michel Dolbec
Le Québec ... à la tête du peloton quand on parle des vraies affaires... Il se prépare une grande confrontation d’idées sur l’avenir des nations (PC 1999)

Les orphelins de Duplessis ou les orphelins de l'État par Jacques Dufresne
Paru dans le journal L'Agora, vol 1 no 2

De la chouannerie canadienne à la République du Québec par Marc Chevrier, Juriste et apprenti politologue avril 1999
Le lieutenant-gouverneur est un poids mort dans nos institutions, une force d'inertie qui empêche le peuple québécois de se voir et de se vouloir comme souverain

Léo-Paul Lauzon,
Chaire d'études socio-économiques de l'UQAM,

Pour une charte de la qualité de la langue,
Jean-Marc Léger, Ancien journaliste, 1999-02-23

Une fête du Québec à New York en 2001, Presse Canadienne, Albany, New York
Cette fête du Québec visera à souligner de façon spéciale l'arrivée du nouveau millénaire et la relation presque privilégiée qu'a le Québec avec cet État américain, le moteur financier de la plus grande puissance économique de la planète.

QUELQUES PAGES SUR LA YOUGOSLAVIE

RAPPORT 1999 REPORTERS SANS FRONTIÈRES --
INTRODUCTION
RAPPORT 1999 REPORTERS SANS FRONTIÈRES -- GRÈCE
RAPPORT 1999 REPORTERS SANS FRONTIÈRES -- MACEDOINE
RAPPORT 1999 REPORTERS SANS FRONTIÈRES -- SERBIE-MONTENEGRO
République fédérale de Yougoslavie : un état de censure
Serbie : chronique d'une censure annoncée
Kosovo : une guerre à huis clos
Monténégro : l'armée contre la presse
Recommandations  > Aux autorités yougoslaves
Recommandations > À la communauté internationale
Les médias indépendants en RFY     Où se trouve la société civile ?
Communiqué de presse du 3 avril 1999
La liberté d'expression de B92 interdite : la lutte continue
A Global 24-Hour Peace Netcast in aid of Radio B92 and other media workers in
distress in and from Yugoslavia
ANEM, réseau des médias électroniques indépendants
Nasa Borba  (" Notre Combat ") quotidien intellectuel plutôt d'orientation libérale, pro occidentale
Vijesti  :  le quotidien indépendant. Dès sa création en septembre 97 fait rude concurrence à la publication gouvernementale
PERSPECTIVES -- Retour de guerre  --  De retour du Kosovo, Régis Debray, l'ancien compagnon du Che, déclenche la controverse  --
Christian Rioux  --  LE DEVOIR  --  Le jeudi 20 mai 1999
...c'est Régis Debray, l'ancien compagnon de Che Guevara devenu plus tard conseiller de François Mitterrand, qui revient du Kosovo.  Debray se contente de parler de «fuites» et d'«exode» provoqués par les «injonctions» des indépendantistes de l'UCK et les «affrontements militaires». Pas question de purification ethnique.  Debray ne se pose pas la question avant d'avouer enfin au détour d'une phrase :  «Je comprends seulement que je n'y comprends plus rien.»

Dictionnaire du français à l'anglais, en ligne

À   LA   UNE

ARCHIVES   1

ARCHIVES   2

ARCHIVES   3
 

Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  |