Vous  êtes dans
Charles de Gaulle

Recherches sur ce site
 
 

QUÉBEC un Pays rend hommage au

Général Charles de Gaulle
 

«Dans l'Histoire du monde,
les plus grandes actions
des plus grands peuples
sont leurs luttes pour la liberté.»

Charles de Gaulle, 1941-07-14


 

De Gaulle, aujourd'hui

1890-1970

Charles de Gaulle au Château de Versailles

"Le plus illustre des Français"
Général de brigade au moment de la défaite des
armées françaises en 1940, Charles de Gaulle
(1890-1970) part pour l'Angleterre d'où il lance, le
18 juin, son fameux appel à la résistance contre
l'occupation allemande. "Chef des Français libres",
il organise la participation de la France à la
victoire et, de 1944 à 1946, est à la tête du
Gouvernement Provisoire. Il retrouve le pouvoir le
Ier juin 1958 et fait approuver une nouvelle
Constitution qui fonde la Vème République : il en
devient le premier président jusqu'à sa démission en 1969.

Une certaine idée de la France
Dans ses Mémoires d'Espoir, le général de Gaulle
évoque pas moins de quarante fois le château de
Versailles. Pétri d'Histoire, il apprécie dans la
monarchie non ses fastes, mais ses
accomplissements. A propos de Versailles, il
confie à André Malraux : "Versailles, il fallait le
faire, ne marchandons pas la grandeur". Homme
d'Etat, il assume tout de la France, ses rois comme
ses régicides, ses monarchistes comme ses
révolutionnaires ; par là, il rejoint l'esprit qui avait
inspiré la création du musée d'histoire de France


À Québec, près du monument de Jeanne-D'Arc

Le Château de Versailles

Charles De Gaulle

Charles de Gaulle

Le Traité franco-allemand
 


15 ans

Show général ou le Général sur la scène
Cet homme n'a vraiment peur de rien: après s'être
attaqué à Jésus, Jean Valjean, Danton et Robespierre,
Robert Hossein met en scène Charles de Gaulle, sur des textes
d'Alain Decaux et d'Alain Peyrefitte. Un exercice osé,
puisque, à l'inverse des sujets précédents, certains spectateurs auront
connu personnellement la vedette du show.... et seront
en première ligne pour juger de sa pertinence.
Au premier rang de ces spectateurs privilégiés
figure évidemment le président de la République Jacques Chirac
 
 

Au balcon de l'Hôtel de Ville de Montréal en 1967
Vive le Québec Libre !

Un coup de tête?

De Gaulle parmi nous
Le Devoir
(éditorial de Jean-Marc Léger, 24 juillet 1967):
De Gaulle parmi nous

Des grands acteurs du drame mondial d'il y a ving-cinq ans, de Gaulle est le seul à jouer encore un rôle de premier plan dans les affaires internationales. Parmi les dirigeants actuels des grandes puissances, il est le seul à avoir une égale audience en Occident et à l'Est comme dans l'immense tiers-monde. L'ancien président Kennedy disait, au retour de Paris: "J'ai vu un monument qui s'appelle Charles de Gaulle". On ne pouvait mieux décrire le rôle et la place du chef de l'État français, mieux rappeller qu'il appartient à l'Histoire et au présent, ensemble à la France et au monde. (...)
Un Colombey flottant
Mais le protocole veut qu'un chef d'état arrive par la capitale. Or, au Canada, la capitale c'est Ottawa, choix effectué par la reine Victoria elle-même, bien qu'elle n'avait jamais mis les pieds au Canada (seul, le Prince de Galles avait effectué la grande traversée, quelques années auparavant, pour venir inaugurer le Pont Victoria, alors qualifié de huitième merveille du monde).
Mais arriver par Ottawa, ce serait passer par dessus le Québec qui lui, avait invité le Général.

Restait donc la voie des mers.

On pensait originalement prendre l'avion vers Saint-Pierre et Miquelon, où le Général aurait alors embarqué pour Québec. Mais comme aucun appareil pouvant y atterir ne pouvait voler d'une traite de Paris, cela contraignait le Président à être accueuilli à l'escale obligatoire de Gander, à Terre-Neuve...

Cela ne pouvait aller. C'est donc pour ça que le Général s'est embarqué dans son « Colombey flottant » et a affronté, cinq jours durant, l'Atlantique nord. Le vaisseau, fort balloté, arriva à Saint-Pierre et Miquelon un peu froissé par sa traversée au cours de laquelle Tante Yvonne a fort étonné l'équipage par son pied marin...

« Bien moins cher que le “Samedi de la matraque”!!! »
– On va m'entendre là-bas, ça va faire des vagues. Je compte frapper un grand coup. Ça bardera. Mais il le faut. C'est la dernière occasion de réparer la lâcheté de la France.
En remontant le Chemin du Roy
Les deux hommes d'état montent dans la limousine décapotable, conduite par un irlandais « sans aucune goutte de sang français dans les veines », mais parlant tout de même le français... La voiture arpentera les 270 kilomètres séparant Québec de Montréal, sur le Chemin-du-Roy.

Bien évidemment, les scribouilleurs et grenouilleurs parisiens se gaussent du nom de cette route, en omettant bien évidemment de noter qu'elle fut tracée par le Grand Voyer de France, et nommée ainsi dans l'espoir, un jour, que le Roy lui-même le parcourusse.

Le trajet est jalonné de fleurs-de-lys peintes à même le pavé. Mais notre chauffeur irlandais n'a pas à loucher sur la route pour connaître son chemin, car le chemin est bordé de populace, qui est accourue de dizaines de kilomètres à la ronde, pour ovationner le Libérateur de la France.
 

« Ce qui grenouille, et ce qui scribouille... »
Maintenant, allons faire un tour du côté de chez les hystériques, et notamment au rayon désinformation...

Toronto Telegram:
"Un nouveau rideau de fer, atlantique cette-fois", sur cinq colonnes...

Puis, un peu plus loin...
..."Les rêves de gloire pour la France du président De Gaulle ne s'étendent sûrement pas jusqu'à offrir un statut colonial au sein de l'empire français rétréci"...
Jamais le Général n'a proposé de faire du Québec une colonie française...
The Gazette (Montréal):
"Le président Charles de Gaulle, en ce qu'il a dit et fait sur le sol canadien, pourrait bien avoir commis l'une des plus sérieuses gaffes politiques de sa longue carrière".

Toronto Star:
"Nous devons assumer qu'il a délibérément insulté et choqué le Canada... Si le peuple du Québec veulent leur libération du reste du Canada, comme De Gaulle semble arrogamment assumer, ils peuvent avoir cela aussi"...
C'est exactement ce pourquoi la majorité des Québécois Français ont voté pour, 28 ans plus tard...

The Fredericton Gleaner:
"De Gaulle vient de montrer qu'il mérite sa réputation de fauteur de trouble... Il a délibérément mis le feu aux poudres et fortifié le mouvement independantiste".

The Calgary Herald:
..."Il a ouvertement encouragé la subversion par les pires éléments au Québec. Il a activement encouragé un comportement destiné à endommager, sinon détruire, l'existence même du Canada en tant que nation unique".
Ici, l'on voit bien la volonté d'intégrer, d'assimiler de force les Québécois à la seule nation anglaise qui domine le Canada.
 

Allons, allons, pour eux aussi,
il faut que la France soit la France!
Évidemment, avec toute ces railleries, quand on a d'abord combattu l'occupant nazi, puis ensuite, anéanti les visées hégémoniques anglo-saxonnes sur la France (on se souviendra que Roosevelt avait juré d'anéantir la capacité industrielle de la France et projetait de l'occuper comme il a occupé l'Allemagne), on se sent un peu come une baleine qui reçoit un pet de bactérie...

Quelques mois plus tard, vers la fin de l'année, le plus illustre des français enfonça un peu plus le clou, lors de sa conférence de presse, à l'Élysée:

– ... Les français, après avoir découvert, peuplé, administré le Canada pendant deux siècles et demi, ont cru devoir quitter la place. Les soixante mille individus qui sont restés n'ont reçu de la France que d'infimes éléments nouveaux, tandis d'affluaient des millions et des millions de britanniques, sans compter les nouveaux arrivants slaves, médittéranéens, scandinaves, juifs, asiatiques que le gouvernement canadien d'Ottawa déterminait à s'angliciser.

Les britanniques ont en outre déployé de grands efforts de contrainte ou de séduction pour amener les français canadiens à renoncer à eux-mêmes.

...

Toutefois, par un miracle de vitalité, d'énergie et de fidélité, une nation française, morceau de notre peuple, a continué à se manifester au Canada. Elle prétend être reconnue et traitée comme telle. Les soixante mille individus sont devenus six millions et restent plus français que jamais, comme en témoigne leur devise: "Je me souviens".

Ayant su préserver leur langue, leurs traditions, leur religion, leur solidarité françaises, les Français canadiens délaissent maintenant leur stratégie défensive passive et aspirent comme tout autre peuple à devenir maîtres de leur destin.

Mais les anglo-saxons et le gouvernement fédéral, dont l'action inévitablement partiale ont réussi à s'approprier l'économie et à placer les français dans une position inférieure qui ne cesse de l'aggraver et qui met de plus en plus en danger leur langue, leur substance, leur caractère.

Engagé dans ce mouvement d'affranchissement, le peuple français d'outre-atlantique s'est naturellement tourné vers la France en qui il voit la mère patrie, non plus seulement comme un souvenir très cher, mais comme la nation dont le sang, le coeur et l'esprit sont les leurs. Eux-mêmes pourraient apporter un appui considérable à la France.

L'issue de leur combat pour la survie de la langue française au Canada pèsera lourd dnas la lutte qui est menée pour elle, d'un bout à l'autre du monde.

Voilà pourquoi le gouvernement français a reçu les premiers ministres Lesage et Johnson avec une grande joie et un grand intérêt. Voilà pourquoi il a signé avec eux les premiers accords d'action commune. Mais ces retrouvailles devaient être constatées et célébrées solennellement sur place.

[d'où l'invitation qui me fut faite. Ma présence] au Québec a soulevé une vague immense de foi et d'espérances françaises. Des millions d'hommes, de femmes, d'enfants se sont rassemblés pour crier avec passion "Vive la France!". Ils arboraient des centaines et des centaines de milliers de drapeaux tricolores et des drapeaux du Québec, à l'exclusion de tout autres emblêmes.

[j'ai soulevé trois évidences:] – Vous êtes des français;

– en cette qualité, il vous faut être maîtres de vous-mêmes, et,

– l'essor moderne du Québec, vous voulez qu'il soit le vôtre.

À Montréal, deuxième ville française du monde, le déferlement de passion libératrice était tel que la France avait le devoir sacré d'y répondre sans ambages et solennellement.

...

[Le Canada doit changer; un tel changement est] le prélude à l'avènement du Québec au rang d'un état souverain, maître de son existence nationale, comme le sont par le monde tant et tant d'autres peuples qui ne sont pourtant pas si viables ni même si peuplés que ne serait celui-là.

...

Allons, allons, pour eux aussi, ils faut que la France soit la France!
 


 
 

Croix de Lorraine
 

Le site de la fondation de Gaulle
 

Charles de Gaulle
L'Homme
(biographie, écrits, iconographie, fiches thématiques)
 

Les lieux de mémoire
(organismes, musées, lieux de souvenirs, lieux de résidences)

Le général de Gaulle et Winston Churchill
à Paris lors de la cérémonie du 11 novembre 1944.
 

LA Ve REPUBLIQUE (1958-1995)
De de Gaulle à Chirac
ARNAUD TEYSSIER

« De Gaulle-Churchill »
mémoires de guerre  de Patrick Jeudy
Premières impressions: Churchill a vu en de Gaulle
« le Connétable de France », le Général voit en Churchill un
« lutteur, bien assis à sa place de guide et de chef ».
A Londres, le général expose ses intentions à Winston Churchill
et écrit: « naufragé de la désolation sur les rivages de l’Angleterre,
qu’aurais-je pu faire sans son concours? »

Le Président de Gaulle à Saint-Pierre et Miquelon. 1967
Charles de Gaulle
Le général de Gaulle est un de ces rares
personnages qui a laissé une empreinte
indélébile sur l'histoire.

Le 17 juin le Maréchal Philippe Pétain
annonce la fin des combats.
Le 22 juin le chancelier du Reich,
Adolf Hitler sort triomphant d'un wagon dans la
clairière de Rethondes.
L'armistice est signé, la France humiliée.
C'est alors que Charles de Gaulle regagne Londres
et lance l'appel du 18 juin. Voix solitaire sur
les ondes de la BBC, il saura  rallier autour de lui
les partisans d'une autre France, une France
combattante, et démocrate.

L'allocution du général de Gaulle
à l'Hôtel de Ville le soir du 25 août 1944
Pourquoi voulez-vous que nous dissimulions l'émotion qui nous
étreint tous, hommes et femmes, qui sommes ici, chez nous, dans
Paris debout pour se libérer et qui a su le faire de ses mains. Non !
Nous ne dissimulerons pas cette émotion profonde et sacrée. Il y a là
des minutes qui dépassent chacune de nos pauvres vies.
 

Chronologie de la Libération
17 août 1944 -Pierre Laval
préside le dernier conseil des ministres
Le maréchal Pétain est << invité >> par les
Allemands à partir pour l'est
Le 18 août 1944 :  Le maréchal Pétain
quitte Vichy à destination de l'Est
sous escorte allemande.
Dimanche 20 :  Le général de Gaulle,
débarque à Cherbourg et
voit près du Mans le général Eisenhower
6h15 - Occupation de l'Hôtel de Ville

Document secret du gouvernement canadien.
Directives pour une invasion des îles
Saint-Pierre et Miquelon. [Image, 32k]

Télégramme de l'amiral Muselier à l'Amirauté britannique.
24-XII-1941

J'ai l'honneur de vous informer qu'en exécution
de l'ordre reçu tout récemment du général de Gaulle
et à la demande des habitants, je me suis
         rendu ce matin à l'île Saint-Pierre et ai rallié la
population à la France Libre et à la cause alliée.
Réception enthousiaste.

Télégramme de l'amiral Muselier au Général de Gaulle.
24-XII-1941

Miquelon a effectué un ralliement unanime.
Un plébiscite aura lieu demain à Saint-Pierre.
J'ai placé sous surveillance l'administrateur dont l'attitude
        était hostile. J'ai nommé l'enseigne de vaisseau
de 1ere classe Savary commisaire de la France Libre
à Saint Pierre et Miquelon. [...] Des
         hydravions américains nous ont survolés cet après midi.

Télégramme du Général de Gaulle. à l'amiral Muselier.
25-XII-1941
Veuillez dire à la population des îles Saint-Pierre et Miquelon,
si chères et si fidèles à la France, toute la joie
que la nation ressent à les voir libérées.
         Saint-Pierre et Miquelon reprennent vaillament avec nous
et avec nos braves alliés le combat pour la libération
de la Patrie et pour la liberté du monde.[...] Vive la France!

21 avril 1960. - 1 photographie
Photographie du général Charles de Gaulle descendant
les marches extérieures de l'hôtel de ville de Montréal
suivi du maire Sarto Fournier et de leurs épouses.

Charles de Gaulle, 1890-1970
Annotations de Yvon Allard, Patrick Coppens
Donald Larochelle, Pierre Vézina et Jeanne Ward
 

Porte-avions nucléaire Charles de Gaulle

Le porte-avions Charles-de-Gaulle est le douzième porte-aéronefs construit par la France, mais le premier bâtiment de surface à propulsion nucléaire, il est aujourd'hui le fer de lance de la Force d'Action Navale. Equipé de Rafale, des avions de combat polyvalents, et des avions de guet Hawkeye, il est à même d'intervenir dans des situations de crise majeure avec des capacités offensives de projection de puissance inégalées jusque là.


Alain Peyrefitte
De Gaulle et le Québec,
Stanké,
Préface de Lucien Bouchard.
Postface de Louise Beaudoin,
Montréal, 2000, 184 pages.
par Gilles Rhéaume
 
 

«Un jour ou l'autre, le Québec sera libre»
Alain Peyrefitte.
C'était de Gaulle,
Fayard-Fallois, Paris
2000, 680 pages
"Nous n'irons pas fêter à Montréal, en 1967 le
centenaire de la Confédération canadienne comme le
voudraient les Anglais du Canada et les fédéraux, mais deux
cents ans de fidélité des Canadiens français à la France."

Charles De Gaulle
De Gaulle pensait-il à la souveraineté-association?
Par Michel Dolbec
Presse Canadienne
PARIS
transmis par Pascal Roseau sur AGQ 6238
"Le seul avenir possible pour le Québec,
c'est de devenir souverain.
Ca finira comme ça un jour ou l'autre",
 

Visite du général de Gaulle
Des paroles de vérité, un message d'espoir
JEAN-MARC LÉGER

(...)
Aristocrate de la pensée, de Gaulle est par sa générosité naturelle et son sens profond de l'histoire, porté vers le peuple, où il a constamment trouvé, d'ailleurs, son réel appui, alors qu'il a toujours trouvé sur sa route les institutions établies, les hommes en place, les notables de tout acabit. Ici, plus qu'ailleurs, dans cette terre fécondée par le génie français, dans ce peuple issu de France, il était combien naturel et combien nécessaire qu'il engageât le dialogue avec le peuple et qu'il apportât un message d'espoir.

On ne saurait sans commettre une grave erreur ou manifester une profonde ignorance jauger de Gaulle à l'aune commune. On ne saurait, d'autre part, estimer que le chef de l'Etat français d'aujourd'hui, dans le Québec comme il est, vit et sent aujourd'hui, doive ici agir en chef d'Etat étranger, surtout lorsque le visiteur se nomme Charles de Gaulle. Entre la France et le Québec, dans le passé déjà mais désormais combien plus, les relations sont d'un ordre irréductible à celles qui se pratiquent couramment entre Etats étrangers, fussent-ils de vieux amis et de grands alliés. Et la notion grandissante de communauté francophone va ajouter en quelque sorte la dimension d'une seconde patrie à la mesure de la francophonie, pour tous les peuples de langue française.

Compte tenu de tout cela, compte tenu aussi du caractère triomphal de la visite que depuis dimanche matin de Gaulle poursuivait au Québec, il n'y a point lieu assurément de se scandaliser du «Québec libre» lancé du balcon de l'hôtel de ville de Montréal. Cela surgissait tout naturellement et, dans ce contexte, il devient fort difficile d'y vouloir déceler une quelconque ingérence dans les affaires intérieures du Canada.
 

Le Devoir 27 juillet 1967 (texte re-publié dans Le Devoir du 30 janvier 2000,
à l'occasion du 90e anniversaire du journal)
[...]

Il est tout de même étonnant qu'un seul salut au «Québec libre» répande à ce point la panique ou la fureur dans certains milieux, ou faut-il y voir un aveu. On admirera qu'après des siècles, le vieux mot de liberté retrouve, en certains lieux et à certaines heures, un tel pouvoir et qu'il marque encore un tel clivage: côté rue, lundi soir, c'était l'explosion d'enthousiasme; côté notables, sur la terrasse de l'hôtel de ville, c'étaient le malaise, l'irritation, l'inquiétude. Pour de Gaulle, c'est là une situation familière. Lorsqu'il a engagé la «folle entreprise» de la France libre, comme lorsqu'il a fait la décolonisation prompte et massive de l'ex-empire français, comme lorsqu'il a décidé de reconnaître l'indépendance de l'Algérie, il s'est toujours, pour son honneur, heurté aux notables du moment et aux gens en place.

Qu'a dit de Gaulle depuis son arrivée au Québec, sinon des vérités d'évidence en même temps que des paroles de confiance et d'affection? D'étape en étape, il a rappelé essentiellement les conditions que doit remplir tout peuple aujourd'hui pour rester dans la course et être digne de vivre. Il a, d'autre part, marqué la nécessité d'une très étroite coopération entre la France et le Québec, en insistant qu'elle ne doit pas s'entendre à sens unique. Il a, enfin, constaté que dans le monde entier aujourd'hui, chaque nation, grande ou petite, entend être maîtresse de son destin et se réaliser par elle-même, qu'au reste cela est dans l'ordre des choses, est nécessaire. Qu'y a-t-il de faux ou de contestable et par quel dérèglement de l'esprit veut-on y voir une manifestation d'ingérence dans les affaires intérieures?

C'est le «Québec libre» essentiellement qu'on a voulu retenir des nombreux discours de De Gaulle, et sans doute, à partir de cela, on voudra reléguer dans l'ombre tout le reste pour pouvoir mieux contester les relations France-Québec et la coopération franco-québécoise.

Car celle-ci, on le sait assez, agace prodigieusement les cercles fédéraux, comme les irrite la moindre prétention du Québec à avoir une certaine présence internationale. Torpiller la première et empêcher la seconde sont parmi les objectifs majeurs du régime; on peut estimer qu'ils vont s'y employer davantage encore, au lendemain de la visite du chef de l'Etat français. Car les relations du Québec avec la France ne seront désormais que «plus lourdes de dangers».
 

24 mai 68, Le Référendum.

C'est moi qui suis en cause,
c'est mon départ qu'ils veulent

1946 DE GAULLE à ÉPINAL

Jeanne d'Arc, héroine française (1412-1431


Monument de Jeanne-d'Arc à Québec
 

La Boutique des Pages de Paris

Monuments

Musées

Expositions en Cours

Livre d'Or de Paris à signer

Les grands documents des Archives nationales
manuscrits, autographes, 1940-1969
Elle présente une sélection d'une
trentaine de documents originaux.

Pour le trentième anniversaire de la mort de Charles De Gaulle
Association Demain de Gaulle

Voir Paris Match
sections reportages et dossiers

Enveloppe de l'accusé réception

C'était mon ancienne adresse alors que je travaillais
à la Polyvalente de Charny devenu la Polyvalente Les Etchemin

Lettre venant des bureaux de De Gaulle

J'avais adressé une lettre de félicitations au Général Charles de Gaulle


Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  |
Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec | La question référendaire
 

Site actif depuis novembre 1998