Vous êtes dans    
 
 


 
 
 
 

Réaction de Gilles Rhéaume
aux propos de Charles Taylor
sur les États-Généraux de la langue française
Le 7 juillet 2000

Charles Taylor
et les États-Généraux de la langue française
ou quand les préjugés embrouillent le regard

<<Le philosophe Taylor semble incapable de saisir la réalité sociolinguistique du Québec français tellement son regard est embrouillé de préjugés aussi nombreux que déformants.  Le vocabulaire qu’il utilise est troublant.  Le climat des États-Généraux serait malsain. Cet exercice déraillerait et il serait faux de prétendre que la majorité française de Montréal est menacée.  Rien de moins.  En réagissant ainsi le savant révèle le fond de sa pensée qui n’a pas changé.  Qu’il est déplorable le philosophe qui fait ainsi du surplace son mode de pensée !

Évidemment quand on sait que Charles Taylor a déjà qualifié la loi 101 d’hystérique, il devient aisé de cerner la profondeur de son ressentiment.

Celui qui ploie sous les décorations et les honneurs semble ignorer qu’il est toujours difficile de vivre en français à Montréal.  Sait-il, par exemple, que dans le quartier Rosemont le français est carrément absent de nombreux commerces, notamment dans plusieurs dépanneurs ?  Il est vrai que cela ne peut guère émouvoir cet ami et ce proche de Pierre Elliott Trudeau.

Les États-Généraux de la langue française sont une nécessité et d’une acuité criante !  Ce genre d’exercice n’est pas le propre que du Québec.  Un peu partout sur la planète les peuples repensent leur être sociolinguistique.  Il suffit de prendre connaissance de la Déclaration universelle des droits linguistiques dite aussi de Barcelone pour constater combien la problématique du Québec est pleinement de son temps.  Cela importe peu au sage de McGill.  La vérité il la possède exclusivement.

Ses derniers propos transpirent le mépris, l’arrogance voir un certain racisme.  Cela est troublant et rappelle les pires dérives de certains philosophes qui n’ont pas hésité à se complaire dans la servitude idéologique…

Il reste à espérer que ce mage reprendra contact avec le réel.  Comment peut-il se sentir à l’aise dans une bulle qui rappelle celles de Mordecaï Richler et de Galganov ?  Son jugement est sans nuance, son raisonnement spécieux et son ignorance des difficultés de vivre en français est totale.  Rien n’est plus triste qu’un penseur qui refuse de réfléchir ! Comment peut-on faire preuve de si peu de sensibilité ?  >>

-30-

Gilles RHÉAUME
Mouvement souverainiste du Québec
Institut d’études des politiques linguistiques
Courriel : bienvenue62@hotmail.com
Téléavertisseur : (514)  599-4604

Québec un Pays     Accueil      Je me souviens