Vous êtes dans
 


 
 

Devant la Commission des institutions
par Robert Bertrand, rédacteur,
Québec un Pays
2000/03/25



 
 
 

De Jean-Marc Rioux
Date: 25 mars, 2000 11:19
Sujet: [A-g.Qc] Re: Devant la Commission des institutions
AGQ 6567

Jean-Marc s'interroge comme suit :
Si on lit entre les lignes, les propos de M. Facal, le concept de la Constituante n'est pas rejeté du revers de la main comme la proposition liséenne.

Robert :  Dans l'enceinte du Salon Rouge, je pense que rien
n'est rejeté du revers de la main.  De part et d'autre, les
représentants des Partis Politiques sont là pour écouter et
interroger les intervenants.

Ils entendent la présentation du document que les intervenants
ont fait parvenir à la Commission et les "commissaires" interrogent pour approfondir certains éléments dont ils veulent mieux cerner la teneur des propos tenus par les intervenants.

Les interrogations à l'égard d'une Constituante, après avoir écouté quelques interventions et lus quelques groupes qui ont présenté des mémoires et furent interrogés à leur tour, sont de l'ordre suivant :

1-  Nous sommes élus par la population et nous sommes les
     représentants au Parlement de Québec.

2-  Qu'est-ce qu'une Constituante pourrait faire que nous ne
     pouvons pas faire en tant que vos propres représentants ?

3-  Pourquoi créer un autre forum alors que notre Assemblée
     Nationale est le forum par excellence et dûment élue ?

4-  Est-ce qu'on ne reconnaîtrait pas la suprématie de notre
     Assemblée Nationale ou de notre Parlement du Québec ?

Suivant ma perception des choses, les députés veulent jouer à fond leur rôle qui n'en est plus un seulement de "voter des lois" toutes préparées par d'autres (les fonctionnaires) mais veulent intervenir avec le peuple pour faire avancer des causes qui leur tiennent à coeur.

Alors, c'est un rôle important qu'ils veulent se donner, et j'en conviens, qu'ils peuvent jouer un rôle dynamique en interrogeant la population sur diverses facettes qui lui permettra d'avancer collectivement.

Encore là, c'est ma perception des choses.

D'où mes interrogations à l'égard de la Constitution ?

Pourquoi pas une Commission de la Constitution ?

Pourquoi pas une Commission sur la réforme électorale ?

Pourquoi pas une Commission sur la famille ?  sur l'Éducation ?

Pourquoi pas une Commission sur l'environnement ?  la pollution ? le reboisement ou le domaine de la forêt ?

Faire participer le PEUPLE tout en utilisant de façon dynamique
le temps de nos représentants élus à l'Assemblée Nationale.

Ce que j'ai constaté, avec le peu de prestations que j'ai vu, c'est
qu'en obligeant les intervenants à devoir présenter tous en même temps leurs documents, on doit tirer une conclusion :  il y a beaucoup de sur-place.

Je ne sais pas comment cela pourrait se faire, mais une fois qu'on a entendu un certain nombre d'intervenants, il serait sans doute possible d'aller plus loin en permettant des dépôts de documents de façon échelonnés dans le temps.

Des points plus obscurs pourraient être présentés dans un deuxième temps.

Avec le dynamisme que tu as, Jean-Marc, et la connaissance des réunions auprès de tes différents groupes, j'imagine que tu comprends bien la situation et que tu pourrais suggérer des méthodes différentes de fonctionnement.

On le sait, quand une Commission est itinérante, les gens d'une région peuvent amener des points de vue plus avancés s'ils ont connu ce que l'autre région auparavant a présenté aux Commissaires.

En somme, c'est ce dynamisme qu'il faut introduire dans les diverses Commissions que peuvent mettre sur pied nos élus de notre Assemblée Nationale.

Est-ce que j'ai bien compris ce qu'ils souhaitent faire ?

Je veux le croire.  Du moins, on peut leur suggérer, n'est-ce pas ?

Robert Bertrand, rédacteur,
Québec un Pays
http://www.multimania.com/quebecunpays/
http://www.total.net/~qcunpays/
http://www.geocities.com/CapitolHill/Parliament/3488/index.html
http://www.iquebec.com/QUEBECUNPAYS http://QUEBECUNPAYS.iquebec.com
2000/03/25
 


Québec un Pays           Accueil            Je me souviens