Vous  êtes dans
24 juin

Recherches sur ce site
 

La Fête Nationale du Pays du Québec

Fête Nationale 24 juin 2003

Bonne fête les Québécois
 


 

VIVE LE QUÉBEC LIBRE!
 

Histoire de la fête nationale
des Québécois :
la Saint-Jean Baptiste
 
 

Re: [Pour-le-Pays-du-Quebec]
Notre fête nationale
Valérien Lachance
mardi 27 mai, 2003 13:39

 

Fw: [quebecsouverain] Fête nationale
[Pour-le-Pays-du-Quebec]
lundi 23 juin, 2003 13:14

Au nom du Conseil national du Rassemblement pour un pays souverain, perrmettez-moi de vous souhaiter une belle Fête nationale.  Le thème cette année "Rêver bleu" nous permet d'espérer le jour où le Québec sera libre et indépendant.

Pour ceux et celles qui voudraient se joindre à nous pour marcher tout de suite après le défilé de nuit à Montréal, peuvent le faire en nous retrouvant tous à 20h au 315, rue Saint-Antoine, près du métro Square-Victoria.  Nous avons besoin de bras pour tenir les drapeaux, bannière et pour une distribution de dépliant.

Encore une fois, bonne Saint-Jean.

Benoît Roy
président du RPS

=======================

Notre plus grande richesse ?...
les Québécois / Luck Mervill
[Pour-le-Pays-du-Quebec]
lundi 23 juin, 2003 15:03
 
 

Bonne fête Québec - Le rêve bleu de Luck Mervill
«Ce ne sont pas nos ancêtres qui nous ont légué le Québec, mais bien nos enfants qui nous le prêtent»

Pierre Vallée
Édition du lundi 23 juin 2003

Mots clés : Québec (province), Festival et fête, Pays

http://www.ledevoir.com/2003/06/23/30472.html

«On a de grandes richesses au Québec, mais la plus grande richesse du Québec, ce sont les Québécois»,
déclare d'emblée Luck Mervill, qui est cette année le porte-parole des célébrations de la Fête nationale.

Luck Mervill se dit ému et touché par ce qu'il considère être un honneur. «Moi, je chante et je fais des films; je n'ai pas découvert un médicament qui sauve des vies.» Mais il avoue que cela «l'a flatté dans le bon sens du poil» et il s'est empressé d'accepter avec toute la générosité qu'on lui connaît.

«D'autant plus que je suis noir, ajoute-t-il, et je peux difficilement le cacher.» Partisan de la philosophie «un humain est un humain, peu importe sa couleur et sa race, Luck Mervill croit que le choix de sa personne en tant que porte-parole est un bon indicateur de l'évolution des mentalités au Québec. On a un grand pas de fait au Québec à cet égard. En visitant le Québec ce dernier mois, on m'a dit à plusieurs reprises que j'étais un exemple pour les enfants. Cela aurait été impossible il n'y a pas si longtemps.»

Il se souvient en souriant de ses toutes premières tournées au Québec avec le groupe Rude Luck. «Parfois les gens étaient tellement surpris de voir un Noir qu'ils tenaient à toucher à mes cheveux. Aujourd'hui, il y a des jeunes noirs, des jeunes asiatiques partout au Québec. À Chicoutimi, l'autre jour, des gens me disaient même qu'ils souhaitaient accueillir davantage d'immigrants.»

Un Québec pluriel

Il est vrai que le Québec a progressé à ce sujet et que son visage a considérablement changé. À preuve, Luck Mervill mentionne la composition multiethnique des écoles québécoises, non seulement à Montréal, où l'on peut compter plus de 100 ethnies dans certaines écoles, mais aussi en région, où il n'est pas rare d'en dénombrer une bonne douzaine.

«Je fais beaucoup de visites dans les écoles québécoises et je le remarque à chaque fois. Lorsque je demande aux étudiants de me dire de quelle nationalité ils sont, ils me répondent : moi je suis iranien, moi je suis sénégalais. Et je leur dis toujours : non, vous êtes québécois. Pour vous en convaincre, écoutez-vous parler. J'essaie de leur faire comprendre que nous sommes tous arrivés au Québec, Amérindiens comme Blancs, tout comme eux. Ce n'est qu'une question de temps. Et aujourd'hui, c'est maintenant ici que poussent nos racines.»

Luck Mervill croit que cette multiethnicité fait maintenant partie de la perception qu'ont les jeunes Québécois du Québec d'aujourd'hui. Il donne en exemple l'«Allée des aspirations», une activité de la Fête nationale qui fournissait l'occasion aux jeunes de dessiner ce qu'était, pour eux, le Québec. «Les jeunes ont dessiné des gens de partout sur les tableaux. Des Noirs, des Blancs, des Jaunes, des vieux, des jeunes, des riches, des pauvres, des handicapés. Nous sommes loin du seul patrimoine d'autrefois. Il y a chez les jeunes une évolution qui s'est faite.»

Évolution en partie due à la présence des nouvelles technologies de l'information. «Même dans le village le plus reculé, on n'est plus coupé du monde.» Si ces nouvelles technologies permettent une plus grande ouverture au monde, Luck Mervill craint cependant qu'elles permettent aussi une plus grande uniformisation. «Si Internet est un tuyau ouvert au monde, c'est aussi un tuyau par lequel pénètre la culture américaine. Il ne faut pas qu'Internet rime avec la perte de notre spécificité.» C'est pourquoi il souhaite que les artistes et créateurs québécois soient davantage présents sur la Toile.

Rêver bleu

Sa tournée en tant que porte-parole de la Fête nationale lui a permis de sillonner le Québec d'un bout à l'autre. Et de constater l'attachement des gens à leur coin de pays. «C'est comme si les Québécois redécouvraient leur territoire. En Gaspésie, les gens sont fiers de leur parc d'éoliennes. Ailleurs, c'est un fromage au lait cru ou un cidre ou de la chair de wapiti. Les produits du terroir sont à l'honneur et partout on voit les gens qui affichent leur fierté.»

Malheureusement, ce voyage lui a aussi permis de survoler les forêts du Québec. «C'est du haut des airs que l'on comprend vraiment ce qu'est une coupe à blanc.» Le sort fait à nos forêts le dépasse. «Pourtant, la forêt est une ressource renouvelable. Il suffit de bien gérer la récolte et de planter des arbres, de reboiser afin d'en assurer l'avenir.»

Le thème retenu cette année pour la Fête nationale est «Rêver bleu». Rêver au bleu du ciel comme au bleu du fleurdelisé, mais aussi au bleu de nos lacs et de nos rivières. «Ça tombe bien puisque l'eau est l'une de nos plus précieuses ressources. Et le Québec à ce sujet est gâté par la nature puisque nous possédons l'une des plus importantes réserves d'eau douce sur la planète. C'est ça aussi, le Québec. Et il va falloir y faire attention et ne pas la gaspiller. Et surtout penser à ceux et à celles qui viennent.»

Car si la Fête nationale est l'occasion pour tous les Québécois et les Québécoises de toutes les communautés de célébrer leur appartenance à ce coin de pays, c'est aussi, selon Luck Mervill, l'occasion de réfléchir à l'avenir. «Ce ne sont pas nos ancêtres qui nous ont légué le Québec, mais bien nos enfants qui nous le prêtent. À nous d'y faire attention.»

===================

Pour voler de ses propres ailes...
Gérald Larose
[Pour-le-Pays-du-Quebec]
lundi 23 juin, 2003 14:33

Fête nationale - Pour voler de ses propres ailes...
Gérald Larose
Président

Hélène Alarie, Isabelle Beaulieu, Gilles Grondin, Marie Malavoy, Hélène Pedneault, Paul Piché, Myrlande Pierre, Marie-Claude Sarrazin
Membres du conseil d'administration du Conseil de la souveraineté du Québec

Édition du lundi 23 juin 2003

«Réveille-toi! Ce pays, c'est toi, qu'est-ce que tu attends pour t'en apercevoir? C'est toi, c'est moi, ta famille... la mienne! Aussi les milliers d'Indiens qu'on a parqués dans des réserves. Je parle de l'air que tu respires, de la terre qui te porte... des chansons que tu chantes, de la langue que tu parles, d'une certaine façon d'être qui ne se retrouve nulle part ailleurs dans le monde... Je te parle de ce qui est la réalité, je te parle de toi!» -- Françoise Loranger

Pour parler de pays, quoi de mieux que la Fête nationale des Québécoises et des Québécois, le 24 juin, la journée la plus longue de l'année ? Dans ce pays de neige, c'est un symbole porteur d'espoir que d'avoir choisi le solstice d'été comme fête nationale. On dirait que ce jour-là, la lumière de l'été nous fait mieux voir le tracé de nos rêves, les contours précis de ce territoire impressionnant qui disparaît sous la neige six mois par année, en trouvant le moyen de rester chaleureux et accueillant.

Depuis 50 ans, le Québec a changé. Grâce au terreau généreux et imaginatif des gens qui l'ont construit, bien plus riche encore que sa terre, il est devenu meilleur, plus grand. Le Québec a changé parce qu'il a su se créer une identité propre à partir de ses racines françaises, en faisant place à toutes les influences qu'il a accepté de recevoir en lui, à partir de l'influence immense et continue des Amérindiens. Ces multiples empreintes sont devenues la société québécoise d'aujourd'hui. En étant ouvert aux autres, le Québec s'est ouvert à lui-même et a pris de l'envergure. Il en est de même du 24 juin. [..] Les images de mouton et de petit Saint-Jean-Baptiste aux cheveux blonds frisés nous font sourire aujourd'hui. Ces images ont laissé place à une pluralité d'images et ont basculé dans le folklore en même temps que changeait la perception des Québécois sur eux-mêmes, sur les autres et sur leur place dans le monde. Tous les pays libres ont leur fête nationale, du plus petit au plus grand, et portent une parole digne et fière, du Timor oriental, le pays le plus récent de la Terre, jusqu'aux pays qui ont des millénaires à se remémorer, comme l'Égypte, la France et l'Italie. Les Québécoises et les Québécois veulent aussi faire entendre leur voix, leurs idées, leur fierté d'être, leur compassion et leur dignité. [...]

Le 24 juin est aujourd'hui la fête d'une nation qui a une culture originale, une langue riche et ludique, un territoire immense et magnifique et une histoire en constante évolution. Pour continuer d'avancer et de nous épanouir, nous devrons et nous voudrons majoritairement créer notre pays. Tôt ou tard, nous nous emparerons de tous nos pouvoirs et de toutes nos ressources pour participer, debout, libres et actifs, à la marche du monde. C'est une question de temps. [...]

C'est la Fête nationale du Québec et nous sommes en deuil de Pierre Bourgault. Il faut transformer notre peine en lumière et nous brancher au désir inébranlable de cet homme libre de faire du Québec un pays libre, une terre juste et toujours plus accueillante. Bourgault disait que l'indépendance n'est pas une récompense, mais un effort. Les gens meurent, jamais les rêves. Le rêve d'un peuple, c'est du même ordre qu'un héritage. [...] Ce rêve de pays est maintenant inscrit de façon indélébile chez beaucoup de Québécoises et de Québécois, quelle que soit leur origine.

L'oiseau libre Bourgault s'est peut-être envolé hors de notre vue, mais nous n'avons pas fini d'entendre le battement puissant de ses ailes. Il est temps pour le Québec de «voler de ses propres ailes», comme il le disait à Bernard Landry, quelques jours avant son départ. Notre fête nationale est une belle occasion de se rappeler que, bien que le rôle des partis politiques soit important dans le cadre de sa réalisation, c'est le peuple québécois qui fera l'indépendance du Québec, un projet moderne et démocratique, bien plus grand que l'ensemble de toutes les composantes de notre société.

Sans prendre la place d'aucun groupe, sans être non plus une fédération, le Conseil de la souveraineté du Québec veut servir «d'accumulateur d'énergies», de carrefour de toutes les sensibilités du mouvement souverainiste. Créé en janvier, il se construit patiemment et solidement. Il se déploiera à partir de l'automne en interpellant toutes les volontés et les énergies disponibles pour qu'un jour très prochain, la Fête nationale des Québécoises et des Québécois devienne la Fête de l'Indépendance du Québec. Alors seulement, nous pourrons nous dire égaux, en responsabilités et en droits, dans la conduite de nos affaires et de celles du monde. Alors seulement, nous pourrons nous célébrer pleinement comme nation mature et épanouie.

=========================

Bonne Fête nationale
Yves Sabourin
[Pour-le-Pays-du-Quebec]
mardi 24 juin, 2003 10:05

En ce 24 juin 2003, je me joins à vous toutes et tous afin de se souhaiter
une Bonne Fête nationale. Malgré les revers, les désillusions, les
déceptions nombreuses de l'année écoulée, je crois que nous devons se fêter comme il se doit.

Nous ne sommes toujours pas un peuple normal car nous n'avons toujours pas notre pays à nous. Les jours, les semaines et les mois qui viennent seront difficiles. Le gouvernement québécois élu le 14 avril dernier n'a qu'un seul but: détruire le Québec que nous avons construit au cours des 40 dernières années. Son but inavoué, mettre Québec à la remorque du Canada. Ainsi, les Québécoises et Québécois se diront que nous sommes mieux traités par le fédéral que le gouvernement de Québec.

La destruction de ce pays en devenir est une commande du Canada. Charest est et restera le représentant du Canada SON pays. Espérons que les Québécoises et les Québésois se réveilleront assez tôt afin d'empêcher le Lieutenant du Canada de détruire le Québec moderne.

Bonne Fête nationale

Yves Sabourin

=====================

Bonne fête
José Fontaine
[Pour-le-Pays-du-Quebec]
mardi 24 juin, 2003 13:03

Bonne fête nationale!

Il fait bon chez vous aussi et le peuple du Québec sous le soleil manifeste quil est déjà libre en un sens!

José Fontaine

===================

Qui est Jean-Baptiste
Valérien Lachance
[Pour-le-Pays-du-Quebec]
mardi 24 juin, 2003 14:50

On l'appelait aussi Jean le Baptiste, parce qu'il baptisait. Il fut Le premier "baptiseur" de l'histoire du Christianisme. C'est de lui que remonte la tradition du baptême des enfants. C'est le sacrement qui nous "ouvre les portes du ciel et nous fait enfant de Dieu et de l'Église" a-t-on appris dans notre enfance.  C'est pourquoi cette habitude se perpétue toujours encore chez de nombreux non pratiquants également.

La fête de Saint Jean-Baptiste est la célébration de sa naissance, non de sa mort.  Pourquoi ?  Parce que l'Église considère que Jésus et Jean-Baptiste sont les deux seules personnes qui méritent ce privilège de reconnaissance!  Les  anniversaires de tous les saints sont célébrés le jour du décès de la personne.

Alors pourquoi donc donner  tant d'importance à Jean-Baptiste ?  Parce qu'il est le pointeur, celui qui montre du doigt le libérateur de l'humanité, celui qui doit venir,  Jésus, l'Agneau qui sera immolé!

Est-ce donc la raison pour laquelle l'Église du Canada l'aurait nommé "Patron des Canadiens-français"  ?

Oui, parce qu'il est le plus grand et le plus puissant. Sa mère Élisabeth était enceinte six mois avant Marie, elle-même enceinte de Jésus ! Les deux femmes sont demeurées ensemble pendant trois mois.

Jean-Baptiste avait une verve plus audacieuse que celle de Pierre Bourgault ! Ce dernier s'adressait au peuple alors que Jean-Baptiste attaquait surtout les grands du monde de son temps. Pour le faire taire, il aura fallu rien de moins que de lui couper la tête.

Pierre est mort paisiblement dans son lit d'hôpital et admiré par tous, même par ses adversaires.  Jésus fut détesté pour la majorité, au point de réclamer sa vie ! La mort par crucifiement!  Crucifiiez-le crucifiiez-le! criait la foule.

Je comprends donc pourquoi Jean-Baptiste fut choisi comme modèle d'éloquence!

Il défendait aussi les faibles et les opprimés, tout comme Pierre défendait la justice et la liberté.

Jean-Baptiste dénonçait l'infidélité, celle d'Hérode en particulier alors qu'il vivait avec la femme de son frère !

C'est l'événement qui lui valu de se faire couper la tête !

Et le mouton de Jean-Baptiste!  que représentait-il  au juste ?

Jean-Baptiste était le pointeur du Libérateur représenté par l'Agneau, le mouton. Celui qui venait libérer l'homme de l'esclavage de ses passions malsaines et lui livrer un code de vie et comportement social que l'Église a élaboré au cours des siècles dans plusieurs encycliques.

Comme Pierre qui désirait la libération du peuple du Québéc par des moyens qui lui étaient  propres,  Jésus  fut envoyé par le Père pour  libérer l'humanité toute entière!

Donc, le mouton n'était pas le symbole des Canadiens-français croulants, suiveurs et porteurs d'eau comme on l'a souvent laissé entendre ?

Non, il représentait le Véritable Libérateur qui a enseigné et enseigne toujours aux hommes et aux femmes de notre époque, qu'il faut d'abord se regarder soi-même et corriger ses propres défauts avant de pointer les autres !

Il a toujours parlé de la transformaton du cur, par la prière, le sacrifice et la charité.  Ne faites pas aux autres ....   Pardonnez....Priez...

Il est l'Amour qui n'est  pas encore tout à fait reconnu !

Bonne fête de la Saint-Jean.

paix et joie

Valérien L

====================

Re : Qui est Jean-Baptiste
Dany Leblanc
[Pour-le-Pays-du-Quebec]
mardi 24 juin, 2003 23:18

Le 24 juin a été avant tout, la fête du solstice de l'été.  C'est pour
cela qu'on le célèbre avec un feu de joie.  C'est la fête de la lumière.

Le 24 juin était une fête païenne, ce qui a dérangé l'église.  C'est
là que l'église a placé la fête de Jean Baptiste le 24 juin, pour
écraser la précédente.

Jean Baptiste a sans doute existé mais c'est aussi une légende que le
christianisme s'est appropriée.  Je ne pense pas qu'après 2000 ans, on
connaît très bien cet homme.  Il y a beaucoup de fabulation sur lui,
ce qu'on est habitué d'entendre lorsqu'il s'agit de religion.

Le mouton est un symbole idéal pour les chrétiens.  Suivez le berger,
ayez la foi aveugle, ne posez-vous pas trop de question car le chemin
est tout tracé.

Dany Leblanc

==========================

Re: Re : Qui est Jean-Baptiste
Béatrice Nadeau
 [Pour-le-Pays-du-Quebec]
mercredi 25 juin, 2003 20:48

Dany Leblanc a écrit :

Le mouton est un symbole idéal pour les chrétiens.  Suivez le berger, ayez la foi aveugle, ne posez-vous pas trop de question car le chemin est tout tracé.
En effet, le christianisme a aveuglé tout un troupeau de moutons. En nous faisait croire que le chemin est tout tracé et qu'il ne nous reste plus qu'à prier ce que nos ancêtres ont fait jusqu'à leur lit de mort.

Valérien fait un lien entre St-Jean Baptiste qui baptisait en disant "Va, tes péchés te sont remis"  et notre Pierre Bourgault qui décède peu avant sa et notre fête, et qui selon cette même église moins regardante qu'à l'époque sur la foi de tout un chacun, est parti sous le sceau d'un libérateur autant que Jean-Baptiste le pointeur, avait peut-être tracé le chemin de Bourgault, il y a de cela très très longtemps, au point que nous avons affaire à une légende.

De tous temps, il y eut des bergers (des libérateurs, avec ou sans
mouton), la planète n'en a jamais manqué, mais bien des gens ont préféré adoré le veau d'or, et d'autres continuent d'adorer ce qu'ils peuvent du moment qu'ils ont foi et confiance que c'est respectable ou qu'ils se sentent protégès, ils ferment les yeux sur leur propre sort.

Prier, n'est-ce pas un peu supplier? Et si nous écoutions ce qu'il a à nous dire, si on se reliait plus souvent à cette "Voix", nous laisserions-nous à nouveau aveuglés par des croyances qui nous reviennent par cycles, par légendes, du mythe à la réalité, l'humain est peut-être une espèce en voie de disparition s'il ne vit pas ce qui l'unit à la lumière de son Créateur.

Kébekoise
Béatrice Nadeau

==========================
 

Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  | Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec

Site actif depuis novembre 1998