Vous  êtes dans
Les Acadiens

Recherches sur ce site
 
 

L'histoire des Acadiens



L’expérience acadienne

L’histoire de l’Acadie précède celle du Québec.  Les Français ont donné le nom d’Acadie au territoire qui comprend aujourd’hui la Nouvelle-Écosse, une partie du Nouveau-Brunswick, l’Île du Prince-Édouard et le Maine.

L’Acadie et les guerres entre la France et l'Angleterre

Donc, un des premiers éléments qui marque le développement de la culture acadienne est le sentiment d’être oublié et abandonné par la mère patrie, tout en étant soumis à de nombreuses guerres qui n’apportent jamais rien à l’Acadie.

Le Grand Dérangement dans l'Est du Canada

Il y a deux raisons pour lesquelles ils sont restés dans leur pays.  Premièrement, les autorités anglaises ne leur permettent pas de quitter le territoire. Deuxièmement, la reine Anne d’Angleterre avait promis que les Acadiens pourraient garder leurs terres.

«Londres demeuraient insatisfaite de la situation en Nouvelle-Écosse,
colonie anglaise avec toutes les caractéristiques d’un territoire français.
La solution s’imposait: “britanniser” la colonie en y amenant un grand
nombre de colons d’origine anglaise.

La vie quotidienne acadienne

Deux métiers prédominent en Acadie depuis le grand dérangement:
la pêche et l’agriculture. Ces métiers ont grandement influencé la culture acadienne.

Le grand dérangement, ou la déportation de 1755-1763
Être arrachés de leur foyer, placés sur des navires et envoyés aux quatre coins du monde ne peut que marquer les Acadiens
 

L'origine du mot "Acadie"
Un pays nommé Acadie
L'Acadie d'hier (1604-1854)
Le Grand Dérangement
Le retour des Acadiens
La renaissance acadienne (1854-1960)
L'Acadie contemporaine (1960 à nos jours)
Les Acadiens de la diaspora (Terme par lequel on désigne la
dispersion des Acadiens exilés de leur pays. Dispersion d'une ethnie.)
Nouveau-Brunswick (Canada)
Le Nord-Est (Péninsule acadienne)
Le Nord-Ouest (Madawaska)
Le Sud-Est
Le sud de la rivière St-Jean
Nouvelle-Écosse
Île du Prince Édouard
Québec
Louisiane ( Cadien / Cajun )
France
Les Îles Saint-Pierre et Miquelon
Autres
15 août - Fête des Acadiens, Fête de l'Assomption
Le Tintamarre
Notre drapeau ... notre fierté
Notre hymne national (avec fichier midi de l'hymne)
L'insigne et la devise acadienne
Historique des conventions nationales
Congrès Mondial Acadien 1994 et 1999
La musique dans la culture acadienne
La cuisine acadienne
Évangéline (mythe d'Acadie)
Le dialecte acadien (petit glossaire)
Lieux historiques
Êtes-vous Acadiens ?
Liste de noms acadiens

Le nationalisme acadien

Après le grand dérangement, il n’est pas surprenant que les Acadiens, de retour au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse, essayent de se soustraire au regard d’une population anglophone qu’ils considèrent comme une ennemie

L'odyssée acadienne Les origines du nom "Acadie"

Souches acadiennes

Le Centre Acadien vous invite à faire connaissance des premiers arrivés des familles mentionnées ci-dessous ainsi que l'héraldique de ces familles

La vie avant 1755

Les Acadiens subvenaient à leurs besoins en grande partie par la culture du sol, le commerce (parfois illicite) et la pêche

La vie des Acadiens depuis 1763

Après 1764, les Acadiens exilés ainsi que ceux faits prisonniers en Nouvelle-Écosse ont reçu la permission des instances britanniques de recoloniser la province s'ils juraient l'allégeance et s'ils s'établissaient en petits groupes dispersé

Les Acadiens et leurs rapports avec les autres

Les rapports avec les colons de la Nouvelle-Angleterre

Rapports avec les Français

Rapports avec les Micmacs

La période des déportations 1755-1762

Les facteurs conduisant à la déportation

Dorénavant, l'Acadie s'appelera Nouvelle-Écosse ; l'Île-Royale
(aujourd'hui le Cap-Breton) et l'Île Saint-Jean (Île-du-Prince-Édouard)
demeuraient territoire français.

Charles Lawrence

C'est lui qui donna l'ordre de la déportation en 1755 en collaboration
avec William Shirley, governeur du Massachusetts.

William Shirley

Comme signe précurseur de choses à venir, Shirley dépêchait une force de 2 000 hommes pour attaquer le Fort Beauséjour

Robert Monckton 24 juin 1726-1782

Monckton assuma le rôle de commandant du fort Lawrence, qui était en face du Fort Beauséjour, occupé par les Français et fut chargé de la déportation dans la région de Beaubassin

John Winslow

Il est reconnu en grande partie pour la lecture de l'ordre de déporation lue aux Acadiens entassés à l'intérieur de l'église Saint-Charles de Grand-Pré. La proclamation stipulait la façon que l'ordre serait exécuté ainsi que les conditions de départ imposées aux Acadiens.

Les conditions en mer lors de l'exil

La flotte leva l'ancre le 27 octobre et plusieurs bateaux ont coulé peu après le départ du Bassin des Mines. Un violent orage encombra les embarcations et plusieurs Acadiens furent victimes des eaux de la Baie de Fundy.

Destinations et traitement
Les Carolines -- Connecticut -- Géorgie
Maryland -- Massachusetts -- New York
Pennsylvanie -- Virginie

Les Acadiens qui échappèrent à la déportation

En 1757, Monckton, assisté de 300 hommes, attaqua des villages acadiens
nouvellement fondés près des frontières de la province de Québec

Le retour à la patrie

«En 1766, une caravane de 200 familles vivant dans le Massachusetts, s’en vint à pied, à travers les bois. Une trentaine de familles s’installèrent dans la région de Frédéricton, sur la rivière Saint-Jean.  Elles n’avaient pas les titres de leurs terres et durent les abandonner quand arrivèrent les Loyalistes. Ces Acadiens se dirigèrent alors vers le nord. Ce sont les fondateurs du Madawaska actuel.»

Alors Monckton, en bon militaire, a exécuté « les ordres »
religieusement, avec beaucoup de zèle
Alain Labonté

A propos... Robert Monckton
Bernard Frappier
12/05/99

A propos... Robert Monckton
Alain Labonté
12/05/99

Ave Maris Stella -- L'hymne national des Acadiens

Le mode de vie avant la déportation

Souvent abandonnés par la France, les Acadiens se vurent obligés
d'échanger avec les colons de la Nouvelle-Angleterre.  Ce troc illicite
fournissait les Acadiens avec les denrées autrement inaccessibles.
 
 

Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  | Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec

Site actif depuis novembre 1998