Vous êtes dans 
 
 
 


 

Ils font partie de la nation québécoise

par Robert Bertrand, rédacteur,
Québec, Un Pays
1998-12-26



 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Texte publié dans le forum
avant garde Québec  AGQ 269
le 26 décembre 1998
 
Bonjour Monsieur Sarra-Bournet

C’est avec plaisir que je vous lis.  Parfois on se fait une certaine idée de nos diverses communautés culturelles et voilà que vous nous situez bien le contexte de nos compatriotes.
 

«Les soi-disant "communautés culturelles" sont des groupes de personnes d'origines autres que canadienne-française. Toutefois, ils font partie de la nation québécoise.»


C’est une affirmation, je dois le dire, que l’on ne voit pas souvent.  Cela me fait grand plaisir.  Je dois vous l’avouer.  C’est une affirmation que je considère fondamentale.  Si ce fondement existe,  cela veut-il dire qu’il existe dans plusieurs communautés culturelles ?  N’a-t-on pas raison de se demander pourquoi les rapports entre les diverses communautés culturelles et les québécois francophones ne sont-ils pas plus visibles que cela ?  Qu’est-ce que l’on pourrait mieux faire ou tout simplement faire pour que nous, les francophones, vivions plus confortablement ce sentiment d’appartenance que nos compatriotes ont, de notre Pays du Québec ?

Dans votre présentation, vous ajoutez :
 

« Les individus qui en font partie sont moins sensibles à l'histoire du Québec (leurs ancêtres n'ayant pas vécu ici), mais ils sont davantage sensibles à l'instabilité politique. Leur comportement vis-à-vis notre projet national s'explique donc. »


Et vous ajouter :
 

« Il s'explique d'autant plus qu'ils ont reçus de la part des souverainistes des messages contradictoires. D'une part, notre projet national est inclusif, puisqu'il parle de faire un pays pour tous, peu importe l'origine, pourvu que le français soit la langue commune, et que tous adhère à un minimum de valeurs communes ».

« D'autre part, depuis que Monsieur Parizeau (pour qui j'ai le plus grand respect et avec qui je suis d'accord sur presque tout, sauf ceci) a dit qu'il ne fallait pas parler à "ces gens-là, parce qu'ils voteront toujours contre nous, de toute façon ».

« Nous avons donc laissé toute la place aux Libéraux fédéralistes pour dire du mal de nous. »

Si je fais une si longue citation, c’est que je crois que l’on part de loin.  Et je cherche foncièrement à bien saisir l’importance de votre vision des choses.  J’ai le sentiment qu’il y a une longue tradition, chez les responsables politiques (est-ce seulement du Parti québécois) pour pratiquement « cibler » les communautés culturelles pour les déboires de notre volonté commune d’atteindre l’objectif du Pays à réaliser.

On nous cite Jacques Parizeau ; n’y a-t-il pas eu auparavant, Gérald Godin, et possiblement d’autres députés ou ministres des gouvernements Lévesque ou même de Parizeau qui ont dû parler autrement ? Est-ce que l’on retient quelque chose des autres députés ou ministres dans les cercles des diverses communautés culturelles ?

Personnellement, je n’ai pas compris le peu de présences de nos Chefs politiques lors de la dernière élection auprès de la population non francophones.  Je pense que cela a été vrai autant chez les responsables du Parti québécois que les responsables du Parti libéral ?  J’ai vu la présentation de Mario Dumont et de quelques candidats de son parti politique parlant aux électeurs en diverses langues.  Je dois l’avouer, cela me paraît bien peu faire de cas d’une population que l’on devrait courtiser, quelles que soient les circonstances.

Je ne vois aucune raison valable qui pourrait motiver nos partis politiques de devoir agir de cette manière.  J’apprécierais votre vision des choses à cet égard.

Pour la période du référendum 1995, vous nous signalez ceci :

« Alors, il s'en est suivi que le 30 octobre dernier, 95% des "non-francophones" ont voté NON. Et on les a blamés! »
Et vous ajoutez, non sans raison :
« Quel message d'exclusion! Nous prétendons que nous voulons faire un pays pour tous les Québécois, et nous excluons près de 20% de notre population dès le départ. »
Et je cite encore :
« Et nous avons le culot de les blâmer! »
Je n’en reviens pas.  Vu de Québec, j’ai le sentiment qu’une bonne partie de notre population analysant, plus ou moins consciemment, une telle façon d’agir, i.e. ne pas s’occuper d’une partie de la population du Québec, de l’exclure, n’a pu accepter de voter pour le  OUI.  J’irai encore plus loin, n’a pu accepter d’accorder un mandat de tout repos ce dernier 30 novembre.  Fondamentalement, le Québécois veut réaliser son Pays, sa souveraineté, son indépendance, en voulant qu’une bonne partie des anglophones, des membres des communautés culturelles différentes soient également des nôtres, et votent avec nous.

Et je pense, qu’aussi longtemps que l’on verra des gens exclus, la population francophone ne suivra pas.  Le Québécois ne fera son Pays sans l'apport d'une partie de sa population des diverses communautés culturelles.

Est-ce choquant pour certaines personnes ?  Cela voudrait-il dire qu'ils sont participants dans cette volonté d'exclusion?  Possible !  Mais tel est la perception que j’ai.  Et j’analyse notre évolution depuis les années 56.

Vous me permettrez, Monsieur, le constat étant établi, qu’est-ce qu’il nous reste à faire ?  Comment réaliser un dialogue fructueux avec et auprès des membres des diverses communautés ?  Vous nous signalez qu’ils sont québécois, qu’ils se sentent québécois et qu’ils se sentent excluent.  Effectivement, il y a des gens qui ont agi en les excluant.  Comment agir maintenant ?

Vous auriez des avenues à suggérer ?  des approches à formuler ?

Monsieur le Maire de Montréal a rencontré lors des élections des groupes différents.  Faudrait-il que le Conseil des Ministres se réunissent dans diverses sections de Montréal ?  Ou quoi d'autre?

J’arrête là pour le moment.  Au plaisir de vous lire à nouveau Monsieur Sarra-Bournet.  Et, disons-le, le forum avant-garde est ouvert à tous pour agir et réagir.

Ne faut-il pas trouver des solutions ensemble pour marquer une évolution vers une réconciliation certaine et sentie ?
 

Robert Bertrand, rédacteur,
QUÉBEC un Pays
http:www.total.net/~qcunpays
http:www.multimania.com/quebecunpays
 
 

Québec un Pays       Accueil       Je me souviens