Vous  êtes dans
Jacques Parizeau
par Pierre Duchesne

Recherches sur ce site

Pierre DUCHESNE
Jacques Parizeau,
tomes 1, 2, 3,
Québec.  Amérique
Compte rendu par : Gilles Rhéaume
29/05/04

Rien n’est plus difficile que de rendre compte d’un ouvrage consacré à un chef d’État alors que celui-ci est vivant.  Jacques Parizeau est sans nul doute possible l’un des Premiers ministres du Québec dont le nom restera longtemps au-dessus des autres qui veillèrent aux destinées du Québec.  Il y a aussi dans cette courte galerie des glorieux : Honoré Mercier, Maurice Duplessis, Jean Lesage, Daniel Johnson et René Lévesque. Parizeau ne fut pourtant pas longtemps aux suprêmes commandes de l’État du Québec. En fait, il ne restera en poste qu’une petite année et des poussières mais des signes qui ne trompent pas, indiquent que Monsieur aura une niche bien à lui dans cet aréopage.

L’auteur de cette biographie en trois tomes vient d’achever une œuvre, qui non seulement restera, mais qui, aussi et peut-être surtout, marquera les recherches dont celui qui fut député de L’Assomption à l’Assemblée nationale, ne manquera certainement pas encore de faire l’objet pendant des générations.  Homme controversé, comme tous les grands, Jacques Parizeau a croisé et affronté des ennemis puissants et qui n’ont eu de cesse de le pourfendre.  Pourquoi ?  Tout simplement parce qu’il est irréductiblement indépendantiste et que son audace n’a pas de limites lorsqu’il s’agit de faire avancer la cause du pays. C’est la vie et l’œuvre d’un militant du pays du Québec que Duchesne nous relate avec vivacité, à-plomb et innovation.  Ce qui ressort de ces milliers de pages, qui se dévorent plus qu’elles ne se lisent, c’est le courage, la détermination, la consistance et la ténacité de Jacques Parizeau ainsi que la formidable confiance que les indépendantistes lui ont manifestée.  Avec lui, un nouvel espoir est apparu afin de continuer le combat et de le mener à terme.

L’itinéraire de Jacques Parizeau est fascinant et l’auteur a consacré des années à cette recherche monumentale dont les volumes illustrent magnifiquement la qualité.  Ces trois tomes resteront à jamais la source principale pour qui veut comprendre la modernité du Québec, cette modernité dont la Révolution tranquille de 1960 marque le point culminant.  Étudiant brillant, ce protégé de François-Albert Angers, professeur aux HEC chef de file du mouvement nationaliste, deviendra un conseiller hautement apprécié des Premiers ministres du Québec avant de s’engager lui-même dans le combat politique alors qu’il rejoindra les rangs du Parti québécois de René Lévesque où il deviendra un de ses militants les plus engagés, les plus disponibles et les plus généreux.  De 1976 à 1985, il sera le ministre des finances du gouvernement péquiste que ses collègues du Canada anglais reconnaîtront comme un maître.  Fidèle à ses convictions indépendantistes il quittera pour quelque temps , avec Camille Laurin et d’autres, le Parti québécois dont il deviendra le Chef quelques années plus tard.  En 1994, il devient Premier ministre du Québec et il n’a qu’une idée en tête : faire du Québec un pays !

Jacques Parizeau est un génie et il faut le dire car rien n’est plus impressionnant et réfléchi, rien n’est plus articulé et soigné que la volonté indéfectible de son idéal politique qui vise à faire l’indépendance du Québec.  En 1995, il fera preuve de la plus grande magnanimité en cédant le pas à Lucien Bouchard plus populaire dans les sondages;  il n’existe aucun précédent qui montrerait un comportement aussi désintéressé, aussi habile et aussi conséquent.  Mais le référendum de 1995 a été volé par Ottawa qui ne s’est pas gêné pour acheter des votes et dépenser des dizaines et des millions de dollars en totale infraction des lois québécoises et de la réglementation canadienne…  Parizeau a perdu son pari et cela lui fait mal.  Pourtant il n’a rien à se reprocher, il a tout fait pour réussir et qu’il en soit remercié.  La lecture de ces livres montrent combien et comment il fut constant dans son engagement militant.

Jacques Parizeau a bien mérité de la patrie !  Il a sa place parmi les plus grands et Pierre Duchesne dans la saga qu’il lui consacre fait bien ressortir les tenants et les aboutissants de la vie et de l’œuvre de cet outremontois si près des aspirations naturelles de tout un peuple qui attend toujours d’être libéré d’une tutelle qui n’en fini plus de le rapetisser, de l’appauvrir et de le mépriser…

Il faut lire ces trois remarquables ouvrages qui n’ont pas leur pareil dans nos annales littéraires.

 
Gilles Rhéaume
 

Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  | Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec | La question référendaire
 

Site actif depuis novembre 1998