Vous  êtes dans
Jacques-Victor Morin - cpte rendu : Gilles Rhéaume

Recherches sur ce site

Mathieu DENIS
Jacques-Victor Morin syndicaliste et éducateur populaire
VLB éditeur, 2003,
Montréal, 251 pages.
Compte rendu par Gilles Rhéaume
2003-08-05


Décidément la collection <<Études québécoises>> dirigée par l’historien Robert Comeau devient de plus en plus incontournable. Elle constitue l’une des sources majeures pour qui s’intéresse au fait québécois.

Chaque publication apporte des données, des faits, des circonstances qui, autrement, seraient demeurer dans l’ombre. Les plus de soixante titres qui la  composent ont ainsi favorisé une meilleure connaissance des sujets traités.  Avec ce dernier titre c’est une page de l’histoire de la gauche nationale au Canada-Français et au Québec qui se déploie devant nous.  Cette gauche est encore trop souvent négligée et méconnue alors que sa présence historique est incontestablement beaucoup plus importante que ce que les manuels semblent en avoir retenu une fois affirmée quelque lieux communs.

Un groupe de jeunes historiens ont eu des entretiens avec Jacques-Victor Morin, petit-fils de Victor (celui-là même qui a laissé son nom au fameux code de procédures). Ce livre est le fruit de ces échanges.

Ainsi des pans entiers de l’histoire récente sont ici reconstruits, commentés et critiqués par un des esprits parmi les plus engagés que le dernier siècle a connu.

La lecture de ces pages nous entraîne dans un merveilleurx voyage dans le temps, dans un formidable rappel des principaux débats qui ont animé notre société depuis plus d’un demi-siècle.

Morin est un syndicaliste de premier plan pour qui les préoccupations sociales s’inscrivent en tête de liste des priorités.  Ainsi déroule sous nos yeux le fil de ce qui est advenu chez nous et ailleurs dans le monde en matière sociale et communautaire sans oublier tout ce qui touche aux droits civiques et politiques.

Ce sont les souvenirs d’un vaillant  militant, dont la constance et la fidélité ont grandement servi et servent toujours de pierre d’assise et de leitmotiv, qui sont ici relatés avec vivacité et éloquence.

Jacques-Victor Morin, de par son parcours, a connu, cotoyé et fréquenté plusieurs personnes qui sont devenues plus tard des personnalités voire des célébrités comme les Thérèse Casgrain, les Pierre Elliott Trudeau, les Louis Laberge, les Fernand Daoust, les Michel Chartrand et des dizaines d’autres.

Cette seule nomenclature présage déjà des sujets et de la matière abordée dans cet ouvrage qui servira avantageusement dans leurs réflexions les chercheurs et les étudiants, comme d’ailleurs les militants et les animateurs sociaux.

Durant des décennies des femmes et des hommes ont tout fait pour que les faits sociaux soit davantage pris en compte par les décideurs publics.  On ne compte plus les campagnes, les démarches, les projets et les actions plus nettement politiques auxquels ce courant de militants a été directement associé et qui sont évoqués dans ces pages.

Mathieu Denis et son équipe (Albert Albala, Michel Sarath de Silva et Yanic Viau) doivent être salués pour leur travail et on ne peut qu’espérer que d’autres œuvres naîtront de leurs efforts.

Gilles Rhéaume
 
 

Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  | Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec | La question référendaire
 

Site actif depuis novembre 1998