Vous  êtes dans
JEAN XX111
par Thomas Cahill

Recherches sur ce site

Thomas CAHILL
Jean XXIII,
Fides,
Saint-Laurent, 2003, 299 pages.
Compte rendu par : Gilles Rhéaume
29/05/04


Celui que le peuple romain appelait affectueusement le «Bon pape» continue, quarante ans après sa mort, de susciter l’intérêt.  Dans ce livre, écrit d’abord en américain et traduit en français par Dominique Richard, c’est l’histoire de la papauté elle-même qui est relatée de façon concise mais solide et rigoureuse. Et quelle histoire !  Depuis Saint-Pierre, il en a passé de l’eau sous les ponts qui traversent le Tibre; souventes fois cette eau fut plus trouble qu’autre chose.  Celles et ceux qui croient que l’Église catholique, à cause de son ancienneté et de ses attitudes parfois conservatrices, n’a pas connu autre chose que la stabilité, le monolithisme et l’inertie, sont dans l’erreur.

L’auteur connaît très bien son histoire de Rome.  En plus d’être historien reconnu, monsieur Cahill est aussi un praticien de l’écriture et cela  se sent tout au long de la lecture du volume.  D’abord correspondant nord-américain du Times de Londres, il vit à Rome et New York.  Sa plume est habile, rapide et porteuse.  La dynamique de son œuvre fait en sorte que le lecteur court après les mots dont l’addition révèlent des images de plus en plus claires et significatives.

Avant d’arriver à Jean XXIII qui sera pape de 1958 à 1963, le lecteur est entraîné dans les dédales de l’histoire des papes.  Chez les papes, il y eût de nombreux saints, des hommes de paix, de charité et d’ouverture.  Il y eût aussi des fous, des mégalomanes, des fourbes…sans compter les pères de famille.  L’ironie de l’auteur nous fait bien comprendre l’humanité de ces institutions vaticanes qui en ont vu de toutes les couleurs. C’est donc aussi une plongée dans l’histoire universelle que ces pages où se succèdent devant nos yeux les faits, les personnages et les grandes dates de l’histoire du Siège pontifical.

Avant Giovanni Roncalli, il y a eu Eugénio Pacelli, Pie XII, dont le règne est encore trop récent pour savoir ce que l’histoire en retiendra outre le fait qu’il fut le dernier Souverain pontife de l’ère de Vatican I qui eut lieu sous le pontificat de Pie IX au dix-neuvième siècle.  Les fonctionnaires du Vatican s’agenouillaient même lorsqu’ils
lui parlaient au téléphone…

Son action  durant la Seconde Guerre mondiale est sujet de litiges entre les historiens.  Nous savons qu’il a secouru nombre de Juifs Romains et Italiens. Plusieurs dénoncent son refus de condamner plus sévèrement la barbarie hitlérienne.  L’histoire se fait, elle se précise au fur et à mesure que les documents deviennent disponibles.

Celui qui deviendra Jean XXIII fut un pape fort singulier.  Élu à cause de la division des votes des cardinaux participant au conclave, le patriarche de Venise, qui avait été longtemps dans la diplomatie vaticane, notamment en Bulgarie, en Turquie et en France, était vieux et débonnaire, ce qui  fit croire aux cardinaux que son pontificat serait court et servirait d’abord et essentiellement de transition…  Quelle surprise pour les princes de l’Église quand ils constatèrent que le «bon Pape» n’en finissait plus d’innover, de s’engager dans des routes éloignées des sentiers battus.

Ce Souverain pontife a ouvert les portes de la modernité à une Église dont la culture n’avait pas encore franchi celle des temps médiévaux.  Jean XXIII, ce fut à la fois un sourire et un clin d’œil.

Gilles Rhéaume
 
 
 
 

Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  | Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec | La question référendaire
 

Site actif depuis novembre 1998