Vous êtes dans     

 


 
 

QUARANTE-ANS-DE-COMMISSIONS
LE PAYS DU QUÉBEC VIVRA
par Robert Bertrand, rédacteur,
Québec un Pays
2000/07/11


 
Les commissions d'enquêtes pour mieux comprendre le Québec et bien comprendre ceux qui ont triché le Québec

Merci à monsieur Pierre Grandchamps qui nous a fourni autant de détails sur les Commissions Royales d'Enquêtes au cours des quelque quarante dernières années.

Je viens de terminer cette page volumineuse sur les diverses commissions d'enquêtes.

Nous, les Québécois, nous avons toujours imaginé que tous ceux qui nous entourent sont tous "du ben bon monde".

Si vous prenez le temps de lire cette page, vous saurez vous convaincre par vous-mêmes que les " élus du peuple "  sont souvent des personnages qui jouent les double-jeu.  C'est avec raison que l'on peut parler de Bourassa, comme étant un visage à deux faces qui nous a trompé, triché, manipulé.

Pourtant, nous les Québécois, nous l'avons élu combien de fois ?

Pourquoi aimons-nous tant que ça se faire " fourré "  (pardonnez-moi l'expression) par l'un des nôtres ?

Chrétien, dans son cas, c'est à visage découvert qu'il nous trompe, nous bafoue, nous rapetisse.  Il le fait avec l'aide d'accolytes de la même espèce.

Faut-il parler des Stéphane Dion, des Petitgrew, des Rémillard qui travaillent de concert pour que le Québec ne parvienne à aucune autre autonomie que
celle qui se voudrait dans le "giron" de la société canadienne :  une société, une nation, un pays.

Tout ça, cela nous est étranger !

Et comment se fait-il, élus au Pays du Québec, ses subalternes au service d'un roi-nègre, sont-ils capables du reniement de leur propre patrie, de leur propre société, de leur propre nation, de leur propre Pays du Québec ?

Comment se fait-il que notre propre population ne comprend moins que rien à l'égard de ses personnes en qui elle met encore une certaine crédibilité ?

Comment se fait-il que nous ne pouvions pas, nous tous, ensemble, faire comprendre les absurdités que réalisent ces pantins qu'ils deviennent, dès qu'ils sont à Ottawa ?

Unanimement, bien souvent, notre Assemblée Nationale dénonce des situations et, comme si de rien n'était, unanimement, ou presque, de l'autre côté de nos frontières, les voyons nous agir contre toute attente, dans le sens contraire des aspirations profondes de notre Pays, de notre Nation, de notre Peuple, de notre Société.

Le Québec, berceau de la civilisation française en Amérique, est là, inscrit dans l'esprit d'une race fière, dans le coeur de travailleurs émérites, qui réalise des
prouesses tant aux niveaux économiques, sociaux, éducatifs, culturels, sportifs et autres bien reconnus dans l'ensemble de notre monde moderne, mais que
certains des nôtres -- nos élus libéraux d'Ottawa -- se ferment les yeux pour ne pas voir, ne pas reconnaître, ne pas appriécier pour ce qu'ils et elles sont : des
Québécoises et des Québécois.

À nos élus(es) d'Ottawa, il ne vous reste que peu de temps encore pour dominer la scène dite nationale canadienne.  Ou bien vous laisserez votre marque comme étant ceux qui auront reconnus le Québec pour ce qu'il est :  un Pays, un Peuple, une Nation ou bien, ce qui me semble le plus probable, actuellement : des gens qui seront vomis par ceux-là mêmes qui vous ont maintenus au pouvoir depuis près de quarante ans sans régler le problème Québécois qui demeure entier.

Quarante ans de tromperies dans l'ensemble canadien.  Voilà ce que l'Histoire saura retenir de votre participation à la tête du "plus meilleur pays du monde" !

Dirigeants et accolytes : tous, vous allez y passer au même rang de la dépréciation non seulement du peuple du Québec mais également du peuple
Canadien.

Internationallement, on finira par comprendre la petitesse et l'étroitesse de la vision de nos dirigeants Canadiens travaillant à la petite semaine, pour
quels objectifs ?  Satisfaire les Canadiens des autres Provinces ?

Vous croyez qu'ils vont être fiers de vous ?

Bientôt, il sera trop tard.  Et, comme certains pourront vous le dire : vous implorerez les montagnes pour vous cacher de votre propre petitesse, de votre propre déchéance, de votre propre médiocrité.

Notre Peuple du Québec, notre Nation Québécoise, notre Pays du Québec vivra, non pas à cause de la participation des nôtres qui sont élus(es) -- libéraux d'Ottawa -- mais bien par l'acceptation réciproque de deux Nations, de deux Peuples et de deux Pays
vivant l'un à côté de l'autre dans le respect de chacun.

Robert Bertrand, rédacteur,
Québec un Pays
http://www.iquebec.com/QUEBECUNPAYS

Québec un Pays          Accueil         Je me souviens