Vous êtes dans 
 


 
 
 

La politique et les élections
aux États-Unis

ÉLECTIONS AMÉRICAINES

Quelle légitimité pour le prochain président des États-Unis ?
14 novembre 2000
 
 

      Une semaine après les élections américaines du 7 novembre,
l'issue du scrutin demeure incertaine dans le cas de la Maison Blanche
comme dans celui du Sénat.  Désormais les avocats et les juges
tiennent le rôle principal.

      Quel qu'il soit, le prochain président des États-Unis sera affaibli
et dépourvu de tout « mandat ». M. George Bush l'emporterait
grâce à un mode de scrutin lui permettant de triompher avec une minorité
relative de suffrages populaires ; déjà battu dans son propre État, M. Albert Gore
affronterait de surcroît l'hostilité de la Chambre des Représentants.
Alors que la campagne électorale de cette année a été marquée par une
      fastidieuse course au « centre », c'est-à-dire aux classes moyennes blanches,
alors que le scrutin a presque égalé le record d'abstention du scrutin
sans suspense de 1996, le résultat à l'arraché du vote pour la Maison
      Blanche semble enfin réveiller l'intérêt des Américains.  Et leur révéler
les innombrables défauts d'un système politique et médiatique qu'ils ont
parfois la tentation d'exporter à la terre entière, avec il est vrai la
      complicité intéressée des élites des autres pays .

      Ce qui se dessine aux États-Unis n'est pas une crise de gouvernement
(les distinctions opposant les deux principaux candidats peuvent facilement
donner lieu à un compromis et, de toute façon, le monde des affaires gouverne
sans partage).  C'est néanmoins une crise de légitimité démocratique.
À travers les « dysfonctionnements » et les « bavures » que dénombrent,
      en Floride et ailleurs, les avocats des deux candidats, ce sont les tares d'un
fonctionnement tout à fait ordinaire qui se trouvent placées sous une loupe.
D'abord la vénalité de fait des offices et des mandats dans un pays où les élections,
surtout financées par les lobbies industriels, coûtent près de 4 milliards de dollars,
      presque exclusivement versés aux deux grands partis, l'un et l'autre proches
des milieux d'affaires.  Ensuite l'archaïsme constitutionnel d'un mode de scrutin qui,
au nom du fédéralisme et de la décentralisation, refuse la règle élémentaire du
suffrage universel en favorisant des petits États en majorité ruraux et blancs.
Enfin le maquis des décisions locales qui déterminent le résultat national :
la date limite pour l'enregistrement des votes par correspondance diffère
d'un lieu à l'autre ; parfois, comme en Floride, le droit de suffrage est retiré à vie à
      tous les condamnés à une peine de prison ; c'est le comté, pas Washington,
qui détermine la maquette du bulletin, les règles du scrutin, les clés de son
      interprétation, la densité des bureaux de vote, leurs heures d'ouverture, etc.

      Pendant qu'un imbroglio se noue et se dénoue en Floride, 101 millions
d'électeurs américains deviennent les témoins un peu médusés d'un bras de fer
pseudo juridique entre deux anciens secrétaires d'Etat (M. James Baker
      pour George W. Bush, M. Warren Christopher pour M. Albert Gore),
l'un et l'autre avocats, l'un et l'autre milliardaires, l'un et l'autre
appelés à interpréter l'issue de l'élection du 7 novembre. Les États-Unis
      aiment dépêcher leurs observateurs partout où ils estiment devoir enseigner
à quoi ressemble une démocratie. Depuis le 7 novembre, ils s'interrogent un
      peu plus qu'avant sur la valeur de leur modèle (1).
SERGE HALIMI.
 
 « Le Monde diplomatique »

Le modèle texan menace les Etats-Unis
par Daniel Lazare,
septembre 2000.
 
L'argent au coeur des débats
par Serge Halimi,
dossier,
4 février 2000.
 
Marée judiciaire sur les États-Unis
par Serge Halimi,
octobre 1993.
 

Sur la toile
 

    Principaux candidats

Pat Buchanan
 
George W. Bush
 
Albert Gore
 
Ralph Nader
 
Institutions

Commission électorale.
Créée en 1975 par le Congrès,
la commission électorale contrôle le financement des campagnes.
 
Site officiel des superviseurs électoraux de Floride.
 
La Chambre des représentants

Le site de C-Span,la télévision publique du Congrès.
 
Maison Blanche
 
Sénat
 

Médias

Los Angeles Times.
 
New York Times
 
The Nation
 
CNN
 
Washington Post
 
Lire aussi

L'Amérique dans les têtes
Manière de voir n°53,
septembre-octobre 2000.
 
 

LES PRIMAIRES DE L'AN 2000

« Cette pesante constitution américaines »
par Daniel Lazare,
février 2000.
 

     « Loin de Washington, mille autres scrutins »
par Yves Eudes,
novembre 1996.
 

   L'argent

« Quand ceux qui signent les chèques font les lois »
par Serge Halimi
mai 1997

« Des responsables politiques si influençables... »
par Mark Pertschuk
mai 1997
 

« Le trésor de guerre du président Clinton »
par Thomas Ferguson
août 1996
 

   Le jeu politique et médiatique

« Les élections américaines n'ont pas eu lieu »
par Serge Halimi
décembre 1998

« Elections américaines, des jeux sans enjeux »
par Serge Halimi
novembre 1996

« Les journalistes américains en accusation »
par Serge Halimi
août 1996

   Progressistes et réactionnaires

« Une revanche des "sudistes" »
par Norman Birnbaum
octobre 1998

« La gauche américaine découvre la "justice écologique" »
par Eric Klinenberg
février 1998

« Intellectuels et syndicalistes américains se redécouvrent »
par Eric Alterman
décembre 1997

« Offensive conservatrice contre les femmes »
par Ingrid Carlander
octobre 1996

« Les « boites à idées » de la doite américaine »
par Serge Halimi
mai 1995

Sur la toile

   Lire Big Money and Politics :
Who Gets Hurt?
dossier du magazine Time réalisé par
Donald L. Barlett et James B. Steele
 

Candidats

Gary Bauer

Bill Bradley

Pat Buchanan

George W. Bush

Steve Forbes.

Albert Gore

Alan Keyes

John McCain

Donald Trump

Partis politiques américains

Parti démocrate

Parti républicain

Parti de la réforme

Partis verts

Parti libertarien
 
 
 

Québec un Pays             Accueil             Je me souviens