Vous  êtes dans
Le Canada et la campagne référendaire de 95 : Demande d'enquete par le MSQ

Recherches sur ce site

 

Le MSQ demande une enquête publique
sur le comportement d’Ottawa en 1995
Le 21 octobre 2003

«Les révélations contenues dans le dernier livre de Lawrence Martin, consacré à Jean Chrétien, viennent conforter, selon le Président du MSQ, Gilles Rhéaume, certaines autres informations selon lesquelles le Canada, en 1995, était disposé à contrecarrer la volonté démocratique des Québécois y compris en envahissant le Québec avec son armée.

Ces données graves, troublantes et choquantes ne peuvent demeurer lettres mortes.

Il est essentiel qu’une enquête publique indépendante se penche sur ce dossier qui déshonore le Canada.

Le MSQ a déjà déposé à l’ONU, à Genève, en septembre 2000, un mémoire intitulé «Les violations par le Canada des droits politiques des Québécois», que l’on peut lire en se rendant, sur Internet, au

www.membres.lycos.fr/quebecunpays/A-LA-UNE.html

http://membres.lycos.fr/quebecunpays/violations-des-droits-politiques-des-Quebecois-par-GILLES-RHEAUME.html

«Nous demandons, continue Gilles Rhéaume, la mise sur pied, par le gouvernement du Québec, d’une Commission d’enquête dont le mandat consistera à faire la lumière sur l’attitude du Canada, du gouvernement canadien et du Premier ministre Jean Chrétien pendant la campagne référendaire de 1995.  Qu’il s’agisse de la prise en otages des nouveaux Canadiens par Citoyenneté Canada qui a distribué massivement des certificats de citoyenneté dans des conditions irrégulières, du gonflement artificiel des listes électorales ou de subventions financières tout aussi irrégulières à divers groupes voués à contrer les force du OUI au pays du Québec tout cela doit être examiné avec ordre et méthode»

«Le MSQ entend bien informer de nouveau la communauté internationale des dernières révélations quant au comportement erratique qui fut celui du Canada au moment où le peuple du Québec était appelé à se prononcer sur son avenir politique.  Les éléments et les commencements de preuve, achève le Président du MSQ, sont suffisamment nombreux et inquiétants pour que Jean Charest, le Premier ministre de tous les Québécois, assume pleinement ses responsabilités de Chef d’État et qu’il prenne les décisions qui s’imposent quand la démocratie québécoise a été, apparemment, si grandement violée.

De plus le Bloc québécois à Ottawa doit utiliser tous les moyens que le règlement de la Chambre des Communes met à sa disposition pour que le public connaisse le comportement du Canada durant cette période référendaire.  Une enquête publique doit faire le point. »
 

Mouvement souverainiste du Québec,
59006-6595, rue Saint-Hubert,
Montréal H2S 3P5
(514) 271-3638

-30-
 
Autres interventions de Gilles Rhéaume
 
 

Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  | Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec | La question référendaire
 

Site actif depuis novembre 1998