Vous  êtes dans
sigle de Québec un Pays
Patriotes
et/ou
nationalistes

Recherches sur ce site


 
Patriotes et /ou nationalistes
par Gilles Rhéaume
pour le forum AGQ

 


Notre camarade Jean-Yves DUROCHER a récemment et pertinemment signalé un des défis que rencontre celle ou celui qui veut déconstruire les éléments de la pensée politique québécoise.  Le projet souverainiste une démarche patriotique et/ou nationalite ?  Les mots ne sont pas insignifiants au contraire…  Depuis plus d’un an j’épluche les procès-verbaux de la SSJB pour la période de 1929-1989.  J’ai dû remonter jusqu’au tout début du siècle afin de saisir davantage certains échanges et certaines prises de position.  Sans conclure quoique ce soit encore (la vie me semble de plus en plus beaucoup trop brève pour pouvoir conclure quoi que ce soit), il est permis de jeter certaines balises qui m’apparaissent fécondes pour la suite des choses.

Patriotisme et Patriotes

Ce concept apparaît dans la pensée politique européennes avec les idées républicaines.  À Paris, Amsterdam et Bruxelles, le cri est le même :  <<Nous sommes des Patriotes !>>.  Les Républicains, les Révolutionnaires sont les Patriotes.  Le rôle des encyclopédistes aura été cardinal dans le déploiement de cette pensée. C’est le 18e s., celui où la raison pris le relais de Dieu en s’en attribuant certaines qualités éternelles de type métaphysique comme la vérité, la certitude et l’infaillibilité.   Incidemment le 19e, ce sera la science qui héritera de ce lourd et douteux patrimoine.  Les Patriotes défendent les idées des Lumières.   Kant dans sa Prusse, qu’il n’a jamais quittée, a célébré le 14 juillet comme un des grands moments de l’histoire de l’humanité.  Tout ceci sans parler d’Hegel.

Toute la symbolique patriote, celle du Québec, celle d’Italie, de Belgique et des Pays-Bas, tout au moins, s’abreuve aux mêmes sources.  Les drapeaux tricolores en sont une des plus aisément vérifiables.   Le bonnet phrygien que portaient les Patriotes de 1837-1838 est un autre de ces éléments qui illustrent le lien épistémologique de cette philosophie avec la pensée et la rationalité grecques.

Le concept de Patrie, de Patria vient de la Grèce et aussi du monde arabe comme à peu près tous les autres concepts de la pensée dite occidentale. L’allure latine du terme ne doit pas nous leurrer et j’invite les érudits de cette liste de nous en faire l’archéologie.  La patrie c’est la terre des anciens, des ancêtres et des pionniers.  Ici encore la préséance masculine est immédiatement perceptible,  Quoiqu’il en soit de ce machisme, les francs-maçons, qui ont été les diffuseurs et les artisans de cette philosophie des Lumières et de ses concepts, ont grandement influencé les idées, la culture et la symbolique républicaine.

Ici il y aura le Parti patriote de Papineau avec les SSJB de Duvernay, les Frères-Chasseurs, les Dames patriotiques et les Fils de la liberté qui intégra la pensée patriotique sur les bords du Saint-Laurent .

Les idées des Patriotes ont été récurrentes malgré les condamnations et la répression dont elles furent longtemps l’objet.   La puissance de l’Église qui appuya les autorités anglaises a fait en sorte que la culture patriotique a été occultée jusque vers le centenaire de 1937...  et pour ne plus disparaître et connaître une renaissance avec la résurgence du mouvement indépendantiste juste avant la Révolution tranquille.

Le nationalisme et les nationalistes

L’idée de la Nation est une des colonnes du discours patriote.  La Nation est plus importante que le Monarque.  Du national au nationalisme voilà le chemin qu’il faut retrouver.  Il y eût vers les années 1900-1930 une large pénétration du concept de nationaliste.  La Ligue nationaliste, le journal Le Nationaliste, l’Action française, l’Action canadienne-francaise puis l’Action nationale, La Patente ou l’Ordre de Jacques-Cartier, l’ACJC, l’association des jeunes d’où sortiront les premiers indépendantistes des temps modernes, le Devoir etc., sont autant d’occurrences de cette démarche et de ce projet nationaliste.  De 1900 à 1960, c’est l’idée nationaliste qui se répand au Canada- Français.

Par la suite le projet indépendantiste a supplanté les nationalismes ou, selon certains, l’a actualisé.  Les nationalistes depuis lors sont généralement aussi fédéralistes.  Michel Brunet m’a maintes fois expliqué que les vrais nationalistes, au sens européen du terme, ont été les fédéralistes pour lesquels le Canada ne serait plus le même sans le Canada-Français.

Je crois de plus en plus que les nationalistes au Canada ce sont les Chrétien, Dion etc.  Les souverainistes ont marqué une rupture épistémologique qui a transformé radicalement nos conceptions politiques.

A suivre…

Gilles RHÉAUME

Page de Gilles Rhéaume
 
 

Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  | Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec | La question référendaire
 

Site actif depuis novembre 1998