Vous  êtes dans
Pour comprendre la facette francophone

Recherches sur ce site
 

Le Babillard sociolinguistique
de l’été 2000
25 JUILLET

<<Pour comprendre la facette francophone
du problème québécois
 c’est-à-dire son caractère universel>>
par Gilles Rhéaume

Encore une fois le Québec devra beaucoup à la sagacité du groupe Impératif français animé brillamment par  l ‘équipe de Jean-Paul Perrault.  Incroyable !  Un véritable scandale.

Quel tabac cela causerait si une semblable provocation s’était produite n’importe où ailleurs qu’au Canada,  ce royaume incontesté de la francophobie !  Au Canada il est honorable, gratifiant, enrichissant et payant de frapper sur le Québec, son État, son peuple, sa langue, ses droits, ses institutions et ses ressortissants.

Rien n’a plus de prix au pays de la dictature basée sur la supériorité linguistique que de stigmatiser tout ce qui est québécois.  Quelle cible plus parlante que l’image du Premier ministre du Québec ?  Les racistes du Canada trouvent appui et support dans toutes les institutions canadiennes.  L’ultranationalisme a corrompu jusqu’à son imaginaire collectif. Ses fabricants d’opinion qui ont souvent des  sources financières fort douteuses sont même incapables de percevoir l’indécence de maintenir cette annonce la semaine suivant immédiatement les injures racistes de Mike Harris sur les droits de la langue française en Ontario. Le racisme les aveuglerait donc tous comme dans Les animaux atteints de la peste du fabuliste français !

Cela ne se peut pas.  Vraiment comment cela est-il possible ailleurs qu’au Canada là que la réalité dépasse la fiction. La dictature du LINQUISTICOCENTRISME de type obsessionnel qui rappelle la propagande fasciste en ce qu’elle véhicule la condamnation systémique de tout un groupe, en l’occurrence de tout un peuple.

Il faut que le monde entier sache ce qui se passe ici !  L’État du Québec doit redoubler son action internationale et le peuple utiliser tous les réseaux qui sont les siens pour rejoindre les gens des pays dits étrangers et qui le sont pourtant toujours beaucoup moins que ce Canada ignoble par son nationalisme choquant et qui assassine les  droits démocratiques de tout un peuple.  Un peuple dont le Canada anglais devrait pourtant être respectueux des ses droits naturels et historiques comme celui au droit à l’égalité démocratique et politique…  Ce sont les garanties du droit international qui permettront aux Québécois de se dégager de ce donjon de la langue française…

Le Québec est  prisonnier d’une idéologie où le formalisme est plus important que la réalité.  Un idéalisme troublant dans ses sources et dans ses manifestations.  Il faut consulter l’histoire de la propagande haineuse pour trouver des exemples de ce type fort inquiétant de délire collectif aux conséquences épouvantables et aux répercussions sociolinguistiques aussi nombreuses que perverses.

C’est la langue de Félix Leclerc et de Georges Brassens et de Guy Béart qui est visée par cette annonce maudite qui vient après mille autres épisodes du même type chaque année.  Une Ligue des droits français avait pourtant créé les fondateurs de L’Action nationale au début du siècle dernier.  Un siècle plus tard les ignominies sociolinguistiques du Canada contre la langue française continuent de pourrir dans ce qu’elle a de plus  social dans son activité  essentiellement linguistique…

Toute la Francophonie est concernée par ce panneau qui occupe une place de choix dans le sottisier qui sera bientôt diffusé au niveau international…

Les droits du français horripilent le Canada.  Le Québec sera bilingue de gré ou de force tant qu’il restera dans ce pays. D’un type de bilinguisme contraignant où la langue seconde est la même pour tous.  La communauté linguistique de langue et de culture françaises du Québec n’a pas le droit de vivre librement dans sa langue…  La liberté linguistique est refusée à tout un peuple… CHEZ LUI !  L’histoire canadienne est truffée d’exactions contre la langue française. Partout au Canada, partout !  Au Québec comme ailleurs.  Des exilés de leur langue, voilà ce que nous sommes !

Le Canada se meurt !  Son nationalisme l’a perdu…  Pauvre Trudeau qui verra tout cela s’effondrer.  Il le verra, c’est mon plus grand désir.  On lui en devra un peu de cette victoire tellement son racisme envers le Québec fut trop intransigeant pour ne pas échouer sur la rive des droits naturels qui assurent aux Québécois la pérennité de leur volonté démocratique sur l’arrogance d’une majorité décadente en ce qui concerne Droits de l’homme…  Cher  Elliott  il sera conscient de la fin de son rêve.

C’est à Gérald Godin et à Pauline Julien que je pense qui connurent les affres des geôles  de ce malade.  Le Dieu de Chrétien !  Quelle décadence !

Gilles Rhéaume
 

Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  | Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec | La question référendaire
 

Site actif depuis novembre 1998