Vous  êtes dans 
 
 

 

Création du Prix Mordecaï Richler
12 mars 2001
 
 
 

L. Ian Macdonal et le  journal The Gazette premiers récipiendaires

«Depuis ce qu’il est désormais convenu de désigner l’Affaire Michaud un déplorable esprit de chasse aux sorcières  semble régner dans certains milieux que le MSQ n’hésite pas à qualifier de francophobes.

Voilà pourquoi nous avons mis sur pied un Comité contre la francophobie qui, entre autres activités, remettra aussi souvent que nécessaire le Prix Mordecaï Richler.

Cette contre distinction veut signaler toute bavure, dérive ou autres manquement de type journalistique eu égard aux droits fondamentaux des Francophones du Canada et du Québec.  L’ultranationalisme canadien est tissé d’un profond mépris du fait français.  Si le nom de Mordecaï Richler a été attribué à ce prix c’est que cet individu, haut dignitaire de l’Ordre du Canada, n’a jamais cessé de ternir la réputation du Québec et de ses aspirations.

Le chroniqueur L. Ian Macdonald et le journal The Gazette sont les premiers récipiendaires de ce prix.  Il leur est  accordé conjointement et solidairement pour la chronique de ce 12 mars intitulé Landry’s agenda of resentment. Ce texte est d’une rare brutalité à l’égard de la pensée politique du nouveau Premier ministre du Québec, Bernard Landry. Ce Macdonald,  n’a rien à envier à son homonyme John A., en ardeur francophobe.

En qualifiant de visions ethniques les convictions de Bernard Landry, le journaliste et son journal ont fait preuve d’une mauvaise foi patente, d’une malice gratuite et d’une distorsion de la réalité inacceptable dans un média de qualité.  Cette attitude constitue une faute professionnelle grave car les conséquences sociétales négatives de la diffusion de ce genre de littératures mensongères sont énormes.»

Gilles Rhéaume
Mouvement souverainiste du Québec
Courriel   gilles_rheaume@moncourrier.com

Québec un Pays           Accueil            Je me souviens