Vous  êtes dans
René Marcel Sauvé

Recherches sur ce site


 
 
 
 
QUESTIONS DE STATUTS
René Marcel Sauvé
Géographe

TEXTE ORIGINAL :  ICI
 

Statut particulier, statut de nation, statut d’État reconnu de droit comme de fait, un statut est un pouvoir qui dépasse les droits et les libertés.   En fait, un statut ne relève pas du droit mais de l’ontologie, l’épistémologie, l’anthropologie, l’éthique et la géopolitique qui a pour objet l’État (l’Être) comme tel. 

Lorsqu’il a été conquis par fait accompli, le statut doit être reconnu, ce qui n’est jamais accordé sans risques, car la reconnaissance d’un statut peut perturber un ordre de choses qui profite surtout aux oligarchies. 

On revendique un droit, mais un statut, on le fait reconnaître et c’est autre chose.

 Combien de Québécois et de Québécoises en comprennent le sens, surtout  lorsqu’ils se trouvent confrontés à un problème politique d’envergure, dont celui de leur propre statut comme nation et État et celui du statut des aborigènes, dont les Innus?  Notre ignorance fait le jeu de l’oligarchie d’Ottawa et de Bay Street. 

Maître Georges Emery, juriste et spécialiste en droit autochtone, affirme que la signature de l’approche commune avec les Innus aura pour conséquence de transférer à Ottawa pleine juridiction sur les territoires convenus dans l’entente de principe.  L’État centralisateur aura plus de pouvoirs qu’il n’en a maintenant, ce qui lui permettra de poursuivre sa marche vers des pouvoirs autarchiques et potentiellement totalitaires, conformément à la volonté de l’oligarchie en place, mieux connue sous le nom d’Establishment. Dans ces jeux de pouvoirs, en effet, Ottawa n’est pas seul. 

Cette caste dominante et possédante se comporte  comme  une dynastie qui ne dit pas son nom.  C’est elle qui a provoqué  les guerres patriotiques de 1837-39, tant au Québec qu’en Ontario. Elle est l’instigatrice du Union Act de 1841, du British North America Act de 1867, des Statuts Refondus de Westminster de 1931 et du Canada Act de 1982. Elle est derrière la crise d’Oka de 1990, comme premier test de recours à la force pour régler des problèmes territoriaux qui ne manqueront pas de surgir avec l’autonomie grandissante  des provinces et leurs progressions continues vers des statuts d’États de facto. 

La crise territoriale actuelle, provoquée par les revendications des Innus, sur fond de relations acrimonieuses,  risque de déboucher sur des confrontations plus graves, qui vont   « justifier » l’envoi massif de la police montée et de l’armée. Elle fournira à Ottawa une nouvelle occasion de discréditer les provinces et d’augmenter ses pouvoirs.  Sauf que cette fois, la crise d’Oka a donné au Québec et sans doute aux autres provinces une leçon de stratégie et de tactique 

 L’oligarchie d’Ottawa ne manque ni de suite dans les idées et les faits. Elle a appris depuis longtemps à briser les résistances et asseoir ses pouvoirs d’une manière permanente et définitive. 

 Son comportement politique n’a rien de nouveau. Il s’inspire des  dynasties germaniques qui l’ont précédée en  Grande Bretagne et en Europe continentale,  dont les Hohenstaufen, les Habsbourg, les Hohenzollern et les Saxe-Cobourg Gotha.  L’étude de l’histoire de ces familles est pleine d’intérêts pour nous, Québécois, qui devons maintenant combattre leurs héritiers spirituels et politiques. Au Canada, l’Establishment, déjà en place aux débuts du Dix-neuvième siècle,  a exploité ou  provoqué toutes les crises, pour intriguer et profiter de toutes les circonstances pour saisir de plus en plus de pouvoirs, jusqu’à l’autarchie si possible. Mais son règne n’est pas sans fin. Au Canada, les fêlures se multiplient dans la toile serrée qu’elle tente de tisser depuis les débuts du Régime anglais.  Comme partout ailleurs, le temps et l’espace confirment les lois naturelles. Les idées passent. Les dynasties aussi. 
<

La Confédération : un faux et un piège

 Dans une authentique  Confédération, le pouvoir appartient en propre aux provinces, destinées par la Constitution à être reconnues comme États, de fait et de droit, dès le départ.  Il s’agit bel et bien d’une reconnaissance de statut, celui d’État, non un droit accordé par faveur ou privilège. Si le British North America Act de 1867 avait été un Privilegium majus, les provinces échappaient à toute juridiction d’empire et aussi à l’État post-impérial constitué à Ottawa, pour devenir d’authentiques États de droit, par statut naturel et par fait accompli. Comme en Autriche au Treizième siècle, le Privilegium majus était un faux, qui s’inscrivait dans un ensemble d’intrigues ayant pour objet de faire en quelque sorte que le  Canada ne devienne jamais  une authentique confédération, une union d’États souverains, cela va sans dire.   S’il l’était,  les provinces seraient reconnues comme États, avec majuscule et Ottawa n’aurait que les pouvoirs consentis par une Diète. Comme les provinces sont devenues des régions inféodées qui ont perdu en apparence toute possibilité de se faire reconnaître comme États, avec les pouvoirs inhérents à ce statut, elles sont réduites à revendiquer des droits, ce dont on se moque à Ottawa, compte tenu de la position de faiblesse des provinces en face de l’État centralisateur, unitaire et arbitraire. 

Les Autochtones n’ont ni statut ni pouvoirs qui vont de fait avec une reconnaissance de statut, de sorte qu’Ottawa peut exploiter à loisir leur ignorance et leur naïveté, comme il le fait avec les autres, y compris nous-mêmes, Québécois.  Sous prétexte de prendre les intérêts du Canada, Ottawa défend en fait ses propres intérêts, dont le poids économique est concentré à la bourse de Bay Street à Toronto. 

Ce pouvoir ne s’est pas constitué en un jour.  Ses éléments étaient en place  dès la signature du traité de Paris du 10 février 1763, qui conférait à la Couronne britannique pleine possession de cet espace continental distincts, qui, en Amérique du nord, est demeuré British North America jusqu’au « rapatriement de la Constitution » du 17 avril 1982. Appelé Canada Act, ce transfert de pouvoirs prévoyait tout, sauf l’essentiel, soit la résiliation du traité de Paris du 10 février 1763. Sa Majesté la Reine Élizabeth ll demeure seule détentrice des titres sur cet immense territoire, avec droit de regard et de désaveu qu’exerce à loisir  et pour son profit le Canadian Establishment.  Le Gouverneur Général du Canada et les Lieutenant Gouverneurs des provinces rappellent aux Canadiens et aux Québécois qu’ils sont toujours des sujets, bien que sur les papiers officiels, on les déclare citoyens.  Certes, Canadiens et Québécois sont libres, mais n’ont aucun pouvoir. Celui-ci appartient à l’oligarchie en place. Comme les Québécois connaissent assez peu la différence entre droits et pouvoirs, le slogan « J’y suis j’y reste pour ma liberté » a fort bien réussi au référendum du 20 mai 1982, le premier sur la souveraineté. 

L’arbitraire  coulé dans le béton

 En Amérique Britannique du Nord, le terme confédération était et demeure un euphémisme. Dans le monde White Anglo Saxon Protestant, le précédent sert d’appui aux actes à venir, dont il apporte la justification aux décisions actuelles, appelées Enactments. 

Avant le Union Act de 1841, préparé  en Angleterre longtemps d’avance,  les Orangistes, venus en majorité d’Irlande et de la basse Écosse, avaient pris les moyens nécessaires  pour faire de l’espace continental canadien un État unitaire, arbitraire et britannique à perpétuité.  À cette fin, ils disposaient d’un précédent : le Union Act de 1801, qui devait en finir avec l’Irlande, l’Écosse et le Pays de Galles. Au Canada comme en Grande Bretagne, le discours à sens unique des Orangistes est demeuré le même : Nothing will change. This is a one way talk, our way or no way. Point final: fin de la disscussion. 

Quiconque a servi comme officier dans les Forces Armées Canadiennes, dans la Gendarmerie Royale du Canada, ou la fonction publique fédérale, comme technocrate, bureaucrate ou diplomate, sait ce que ce signifie ce one way talk  lourd de menaces.  Il est toujours en vigueur en 2003 (still in effect), même si la  réalité impose  un autre langage et d’autres politiques. 

Populations dispersées et sans pouvoirs 

En Amérique Britannique du Nord, Ottawa prenait le relais de Londres,  avec l’accord et l’appui du Gouvernement impérial.  Quant aux habitants de cet espace continental, aussi étendu que la Sibérie, aux populations plus dispersées et plus vulnérables que celles des Balkans et de la Scandinavie, elles n’ont  qu’à se soumettre aux dictées d’Ottawa.  La Canadian Unity n’avait et n’a toujours qu’un seul sens, une seule signification et une seule dynamique : l’inféodation à l’État centralisateur, unitaire et arbitraire et la soumission servile et inconditionnelle des populations du territoire à cet État. 

Il aurait pu arriver au Québec et au Canada ce qui est arrivé en Irlande, en Écosse et en Acadie, mais le territoire est trop immense pour permettre à l’arbitraire de s’imposer sans difficultés.  Compte tenu de l’immensité de l’espace géographique disponible, trop grand et trop peu habitable, ces populations dispersées et sans pouvoirs pouvaient vivre  libres comme les peuples de  Sibérie.  Avant que les communications nouvelles ne leur fassent prendre conscience de leurs pouvoirs réels et les rendent plus aptes à agir,  la Charte des Droits et Libertés arriva à point pour continuer d’atomiser ces populations en une poussière inoffensive d’individus isolés. 

Une oligarchie à vaincre

Les gros intérêts, servis par Ottawa et la bourse de Bay Street y ont trouvé leur compte. Dans un espace géographique ingrat, où les populations dépendantes et vulnérables se plient facilement aux demandes des nantis et des puissants, l’oligarchie n’a jamais eu la moindre crainte pour l’avenir, du moins pas avant l’arrivée des nouvelles classes moyennes, plus instruites, plus critiques et assoiffées elles aussi de pouvoirs et d’argent. Ottawa s’y oppose en les surtaxant d’une manière subtile et difficilement perceptible à l’œil non averti. Obligée de travailler à temps double pour rejoindre les deux bouts, cette classe trouve peu de temps et de loisirs pour s’activer et s’engager en politique. 

Ces nouveaux pouvoirs trouveront leur expression ultime dans la formation de nouveaux États, développés à même les provinces existantes, qui en offrent déjà les possibilités. D’où multiplication par Ottawa d’efforts pour piéger davantage le pouvoir au centre, en premier par le moyen d’une propagande effrénée, presque maladive au Québec, maintenant conscient des avantages que trouveraient les Québécois à n’avoir qu’un seul État, le leur. 

La politique au-delà des rapports de forces

La politique est affaire d’intérêts et de rapports de forces. Elle trouve sa transcendance dans le réel, non dans l’idéal. Cette transcendance est une royauté de nature, qui n’a rien à voir avec les monarchies, absolues ou constitutionnelles. D’où priorité de la légitimité sur la loi et les constitutions.

 La légitimité se définit en termes ontologiques et éthiques. Elle fait appel à la conscience éclairée et responsable, quant au sens et à la dynamique de ses pensées, ses paroles et ses actes. La légalité n’a pas le même sens et peut facilement devenir un piège pour ceux et celles qui n’ont pas l’équipement intellectuel nécessaire pour éviter d’y tomber.

Nécessité des certitudes

La politique est aussi affaire d’effectivité, de principes et d’axiomes qui ont fait leurs preuves, en ce sens que le fait de se précipiter et d’imposer des expédients comme le fait Ottawa, sans  tenir compte de ces principes condamne par le fait même l’État centralisateur à sa propre déchéance. Comme l’affirme maître Emery, Ottawa a besoin de certitudes afin de sortir de la conjecture actuelle. Car la certitude, qui dépasse l’opinion et les thèses, est opérative. Elle n’est pas spéculative, en ce sens qu’elle permet de passer effectivement aux actes et de réussir, surtout à long terme.

Définir la certitude

En politique, l’examen critique d’une certitude est un exercice à la fois épistémologique, ontologique, logique, éthique, architectonique et par conséquent géopolitique, discipline de base des États. Aucun développement d’ordre politique et juridique n’est possible sans passer par ces exigences, fondamentales et rigoureuses.  Autrement, l’État qu’on prétend construire résistera aux épreuves comme le carton et le sable. Et qu’on se rappelle qu’un siècle est un temps assez court dans la vie d’un État, d’où le danger de s’illusionner sur les apparences du temps présent. En matière d’État, les certitudes ne sont pas immédiatement perceptibles. D’où nécessité d’en comprendre les fondements, afin de discerner dans les faits ce qui va durer et ce qui est appelé à tomber. Toute bonne construction a besoin de fondations solides.  Encore davantage une construction, non pas architecturale, mais architectonique comme un État, dont l’importance est primordiale pour la vie humaine, qui peut difficilement vivre sans organisation. C’est pourquoi la question des certitudes en face des problèmes d’envergure qui nous concernent actuellement doit monopoliser toute notre attention et nous inciter à l’étude systématique et poussée. 

Statuts de facto et de jure

Le juriste Georges Emery constate qu'Ottawa se cherche des certitudes, alors qu’il n’en existe qu’une seule sur le plan juridique, que nous devons discerner par rapport aux faits accomplis par les provinces, qui ont maintenant accédé au statut d’État dans les faits (de facto), grâce au travail de construction collective entrepris et  accompli par elles sur leurs territoires respectifs, pendant les deux derniers siècles, sur des bases qui existaient auparavant, sans que l’État centralisateur, unitaire et arbitraire d’Ottawa soit nécessairement en cause, bien qu’il l’ait quelquefois été. 

Le contexte et la situation que nous vivons en 2003 nous demandent de bien discerner entre les statuts de fait (de facto) et les statuts de droit (de jure).

En partant, il est primordial de comprendre qu’un statut est un pouvoir, non un droit. La différence est de taille, comme nous le verrons. 

Titres et pouvoirs

Tout le territoire du Canada appartient toujours en titre à la Couronne d’Angleterre depuis le traité de Paris du 10 février 1763 et rien n’a changé depuis ce temps. Ni le Union Act de 1841, le British North America Act de 1867, les Statuts Refondus de Westminster de 1931 et le Canada Act de 1982, n’y ont changé quoi que ce soit.  Au Québec, on est facilement porté à croire qu’un tel transfert de titres a relativement peu d’importance, ceci parce qu’on a l’habitude d’envisager la politique comme une affaire d’idées et d’opinions plutôt que d’intérêts, de rapports de forces, de statuts et d’effectivité.  Ce qui est plus grave : même les indépendantistes ignorent que le point de départ de la souveraineté et de l’indépendance exige la reconnaissance préalable du statut de possédant de droit (de jure) comme de fait (par fait accompli, de facto, donc) du territoire du Québec. Comment y arriver alors que le territoire du Canada n’est pas possession de jure pour personne vivant au Canada. La présence sur place d’un gouverneur général et de lieutenant gouverneurs, comme dans une colonie de l’Empire, avec droits de regard et de désaveu, suggère discrètement mais puissamment cette absence de titres sur le territoire. 

Réaliser le statut de facto

En partant, il faut savoir que l’identification dans le fait (de facto) des statuts territoriaux, relève de la géopolitique, qui a pour fonction d’identifier l’État dans sa fonction primitive et naturelle de pourvoyeur et protecteur des nécessités dont dépendent les individus et les collectivités pour vivre, croître et progresser.  Ces réalités fondamentales précèdent les formes politiques, constitutionnelles et juridiques.  Avant tout, il faut qu’il existe au moins un État naturel sur place, qui détiennent un pouvoir légitime, par fait accompli (de facto) et qui fasse consensus,  avant qu’il soit possible de lui accorder des formes juridiques et constitutionnelles.  Dans de telles conjectures, l’Acte, qui est certitude, est un à priori et les formes juridiques et constitutionnelles des à posteriori. Au Canada, il existe non pas un mais plusieurs États naturels, non reconnus et inféodés à l’État centralisateur, arbitraire et unitaire à Ottawa. L’État naturel se crée et se forme suivant un mouvement sui generis, progressif et sans arbitraire. Ces États existaient  longtemps avant Ottawa et vont continuer d’exister après sa chute.  Artificiel,  créé de toutes pièces pour se substituer à l’État impérial de Londres, qui a cependant conservé les titres sur tout l’espace continental canadien, Ottawa n’a pas d’avenir. 

Ambiguïté, ou faire porter ses démons intérieurs par les autres 

En attendant de pouvoir transférer en sa faveur le titre retenu par la Couronne britannique depuis le 10 février 1763, avec l’espoir de s’établir comme pouvoir perpétuel,  Ottawa se cherche des certitudes à exploiter à son avantage, par le moyen de crises provoquées et récupérées par le pouvoir central unitaire et arbitraire, afin d’augmenter ses prérogatives en vue d’un pouvoir définitif. C’est pourquoi toute question de possession territoriale, de fait (de facto) comme de droit (de jure) demeure vague, ambiguë, incertaine et larvaire. La stratégie de prise définitive du pouvoir par Ottawa est simple et consiste à gagner du temps, en attendant une occasion favorable de se faire transférer les titres sur tout le domaine sans que personne ne puisse s’y opposer. 

Une question  escamotée

Tous les débats sur la Constitution ont soigneusement escamoté cette question essentielle.  Ni les Québécois, Canadians et Aborigènes ne peuvent prétendre à aucun titre de possession sur le territoire du Canada.  Tout le monde sans exception, est squatter, ou squatteur, terme qui vient du vieux français quatir (du verbe esquatir), qui signifie que la terre appartient à qui la laboure. Dans la mentalité politique courante, le terme squatteur est péjoratif, dégradant, presque subversif. 

Comment peut-on posséder de terre sans avoir au préalable le titre collectif d’État national, de possédants de droit (de jure) du sol que nous avons défriché, développé, mis en valeur depuis quatre siècles, avec achats successifs et paiements en bonne et due forme des domaines appartenant aux autres : Anglais, Irlandais, Écossais, Gallois et étrangers venus vivre chez nous. Dans la mentalité britannique, seule Sa Majesté possède les  titres sur les territoires et tous les autres sont des sujets qui peuvent avoir l’autorisation sur papier d’une propriété donnée mais jamais un titre sûr, garanti par la Constitution comme c’est le cas dans les Républiques, notamment aux États-Unis.  En agissant de la sorte, les Orangistes et autres membres de l’oligarchie régnante y trouvent leur compte, puisque le pouvoir, fondé sur la possession de la terre, leur est garanti à perpétuité. Une simple décision peut déposséder n’importe quel « sujet »(pourtant reconnu citoyen) sans défense.

Est-il nécessaire d’élaborer en la matière, compte tenu du nombre impressionnant de décisions arbitraires autour de questions territoriales. 

L’hypocrite Charte Canadienne des Droits et Libertés

La Constitution de 1982 a esquivé la question pourtant centrale de la possession territoriale collective et individuelle. La Charte des Droits et Libertés ne mentionne nulle part le droit inhérent aux titres sûrs et protégés sur les propriétés des Québécois et des Canadians, de sorte qu’il est loisible à quiconque est en position de force de déposséder arbitrairement quelqu’un de son domaine avec compensation minimale et parfois sans compensation du tout, comme ce fut le cas des Acadiens. Depuis ce temps, les statuts ont peut-être sensiblement changé de fait (de facto) mais pas de droit (de jure). Les Québécois ne savent pas que la déportation demeure possible pour nous comme elle l’était pour les Acadiens, non pas réalisable, car nous sommes en position et en moyen de s’y opposer par une lutte furieuse et potentiellement dévastatrice pour nos ennemis, mais possible parce que rien dans la Loi ni la Constitution ne s’engage à protéger les titres de propriétés, tant individuels que collectifs. 

Il est donc juste de nous identifier tous comme squatteurs, tous sans exception, aborigènes et gens ordinaires du Canada anglais compris

L’oligarchie peut arbitrairement découper et utiliser le territoire, en tout et en partie, comme dans une colonie, sans tenir compte du droit des gens de même que les impératifs naturels qui influencent l’organisation et l’aménagement systématique du territoire, comme font les pays avancés, notamment l’Allemagne, l’Autriche, la Suède et le Japon, qui ont plus d’un siècle d’avance sur nous en cette matière et pour cause : chacun des peuples concernés est réellement maître chez lui.  Au Québec et au Canada en général, on connaît pourtant bien ces abus de pouvoirs qui se traduisent par l’exploitation éhontée des espaces disponibles au profit de quelques-uns et au détriment de tous les autres et du bien général. Mais nous n’avons pas encore appris notre leçon la plus importante, celle qui se rapporte aux facteurs géopolitiques de la possession territoriale et des pouvoirs organisés. Tant que nous n’aurons pas compris, nous continuerons de tourner en rond et de crier dans le vide. 
 

Avantage de la souveraineté 
 

Aux États-Unis, le droit à la propriété protégée même comme les pouvoirs en place et les titres sûrs sont enchâssés dans la Constitution américaine depuis les débuts de l’indépendance. Auparavant, les Yankees et autres colons établis sur place devaient souffrir les maîtres et propriétaires absents qui retiraient des bénéfices de leurs terres sans investir pour en assurer le développement durable. Personne n’avait  droit de quatir sur ces terres. Cette pratique avait cours partout dans l’Empire et servait à enrichir l’oligarchie anglaise en dépossédant  les populations installées sur place. 

Au moment de l’indépendance, les Yankees ont senti la nécessité d’agir vite et vigoureusement afin d’accorder à ceux qui labourent la terre le droit de propriété qui leur revient en propre. Cette garantie est la première condition de base du développement d’une économie territoriale active et solide. Certes, on constate que les lois américaines ont fini par favoriser la spéculation foncière à outrance, à rejeter le développement durable et à ignorer la nécessité d’organiser systématiquement les espaces disponibles, surtout les régions les plus œkoumènes et par conséquent les plus nécessaires au développement d’économies diversifiées, sûres et permanentes. Ce problème nous concerne particulièrement, nous Québécois et dès les débuts de notre indépendance, nous devrons agir vite et bien afin d’assurer à ce pays du Québec qui est le nôtre un développement équitable et durable pour tous nos citoyens, sans exception. 

Cette garantie, disponible dès les débuts de l’indépendance américaine, consolida les États-Unis et contribua à en faire un pays puissant. En  1815, lorsque l’armée anglaise du général Edward Cunningham attaqua les États-Unis par la Nouvelle Orléans, histoire de tenter de récupérer le territoire perdu avec la guerre de l’indépendance américaine, les Anglais furent taillés en pièces. Les Yankees se sentaient chez eux et avaient acquis une confiance qu’ils ne connaissaient pas auparavant, alors qu’ils n’étaient que des colons sans titres et sans pouvoirs. 

Mouvements migratoires vers le sud 

En 1838, Lord Durham, qui parcourait la frontière pour écraser les « rébellions », constatait le nombre effarant de bons sujets de Sa Majesté, des Loyalistes, qui passaient la frontière et retournaient s’établir aux États-Unis, d’où ils étaient venus avant la Guerre de l’indépendance américaine. Plusieurs facteurs furent invoqués à l’appui d’un mouvement migratoire aussi important. Bien sûr, le climat et les sols sont meilleurs au sud de la frontière. Mais il y avait aussi un facteur politique majeur : les titres de propriété sûrs, accordés en partant aux colons qui s’établissaient dans les régions à occuper et à développer.  Au Canada, aucun titre de propriété, individuelle ou collective n’est sûr pour personne, tant au Canada anglais qu’au Québec et chez les Autochtones. C’est pourquoi Ottawa se cherche des « certitudes » qui pourraient lui permettre de décider et d’agir arbitrairement, sans que personne ne s’y oppose. 

Une seule certitude existe : le territoire du Canada n’appartient pas à Ottawa mais à la Couronne britannique. La question de la possession du fond de terre, tellement fondamentale  en politique, échappe à tout le monde au Canada comme au Québec. D’ailleurs, les Québécois, peu versés en géopolitique, se soucient beaucoup moins de la question des titres sur le territoire que le Canada anglais, plus concret et plus proche de la réalité.  La seconde certitude : plusieurs provinces, Québec en tête, ont accédé de facto au statut d’États à reconnaître, ce qu’Ottawa ne peut ignorer sans conséquences graves.  Ce ne sont pas seulement les études géopolitiques qui m’ont permis de le vérifier mais le service comme officier dans l’Armée canadienne pendant 28 ans, suivi de 17 années d’enseignement à Toronto. 

En réalité, la pleine possession de ces territoires par l’Angleterre a déjà été arbitrairement décidée dès le traité de Paris du 10 février 1763 et demeure toujours en vigueur. Rien n’a changé depuis ce temps. Le seul détenteur du titre sur le territoire du Canada est la Couronne britannique et personne d’autre. En conséquence, Sa Majesté la Reine Elizabeth ll peut déclarer sans ambages qu’elle est la Reine du Canada et personne n’osera la contredire.  Son statut de possédante en titre lui confère un droit de regard et de désaveu qui sème la confusion dans la politique canadienne et québécoise, toujours en quête d’une certitude entretenue par le vide constitutionnel et juridique que ni Ottawa ni les provinces ne peuvent combler. Tant que durera l’incertitude au sujet du statut territorial, fondamental pour le développement d’une politique positive, rien ne se produira en matière constitutionnelle au Canada ni au Québec non plus. 

Le British North America Act de 1867 n’a rien modifié quant à cet aspect fondamental qui affecte les statuts des populations de tout le Canada, Québec compris.  Tout le monde est squatteur au Canada, aborigènes inclus. 

Le fond de terre n’appartient à aucun habitant de ce quasi continent. 

Le Canada Act de 1982 a soigneusement escamoté la question de la possession territoriale de jure comme de facto, pourtant essentielle dans tout problème juridique et constitutionnel d’envergure. De même l’hypocrite Charte des Droits et Libertés escamote la question du domaine foncier, de sorte que personne ne peut se réclamer d’un titre de propriété sûr. Pourtant, le droit à la propriété est solidement enchâssé dans la Constitution des États-Unis.  Au Canada, seule la Couronne britannique possède les pouvoirs sur les titres de propriétés, individuels et collectifs compris.  En pratique, cette prise en charge par la Couronne, maintenue depuis le 10 février 1763, favorise les nantis et amis du régime. Voilà des certitudes fondamentales que le problème du statut des aborigènes soulève et qu’Ottawa cherche à résoudre par des expédients commodes. 

Depuis ce temps, la progression continue des provinces vers le statut naturel de nouveaux États à reconnaître, de droit comme de fait, pose à Ottawa d’insolubles problèmes politiques balayés sous le tapis par le moyen d’expédients commodes, sur fond de propagande et d’intimidation et de refus de pourvoir.  Expert en restrictions mentales, le premier ministre Jean Chrétien se garde bien de  compromettre ni son gouvernement, son parti et lui-même dans des problèmes pour lesquels il n’a aucune solution à offrir.  D’ailleurs, il demeure le serviteur inconditionnel du centralisme unitaire et arbitraire d’Ottawa, au service d’une oligarchie ancienne qui piège la politique canadienne dans le sens de ses intérêts, au détriment des classes moyennes montantes et surtout des pauvres dont le nombre augmente.  Alors que le pouvoir d’Ottawa est remis en question par les provinces, une nouvelle crise amérindienne arrive à point pour justifier de nouvelles centralisations et de nouveaux arbitraires. 

En piégeant et accaparant davantage de pouvoirs que ne lui accordait le pactole de 1867, Ottawa ne fait qu’aggraver la situation. La solution passe par la reconnaissance des provinces en tant qu’États, de jure comme de facto, en tenant compte des osmoses et symbioses territoriales naturelles qui se sont établies peu à peu entre les habitants des régions fortes, ou régions œkoumènes, et régions faibles, ou anoékoumènes, dans lesquelles vivent les aborigènes et aussi de nombreux individus d’autres ethnies qui s’y sont établis depuis déjà longtemps.  Le temps confirme les lois naturelles qui régissent ces rapports et l’arbitraire n’offre que des expédients aux problèmes qui se présentent.   D’autre part, Ottawa n’est pas près d’adopter une solution qui le prive de pouvoirs qui ne lui appartiennent pas et auxquels il s’accroche désespérément. En effet, il est évident maintenant que cet État artificiel ne représente plus ce qu’il représentait, en supposant qu’il ait déjà représenté autre chose que le pouvoir et les intérêts des Orangistes. D’où le danger de guerre qui peut résulter des tensions provoquées par l’intransigeance du pouvoir unitaire, lequel  veut s’imposer à tout prix.  Inutile de le nier maintenant : la situation est potentiellement explosive et peut conduire à la guerre civile.
 

CRITIQUE D’UNE ENTENTE UNILATÉRALE

L'entente avec les Innus fait l'objet de critiques sévères partout au Québec et davantage au Canada anglais.  Les réflexions de maître Georges Emery, exprimées dans un document de 35 pages à lire et à conserver, doivent être étudiées par tous les Québécois et toutes les Québécoises intéressés par les statuts territoriaux de fait et de droit dans le Québec. Ces questions intéressent également les autres provinces, dont plusieurs, comme le Québec, progressent vers le statut d’États de fait (de facto). La question du statut de fait et de droit des provinces est au centre de toutes les questions territoriales récemment soulevées au Canada et au Québec et que les revendications aborigènes rendent plus acrimonieuse. On ne peut aborder la question du statut ou non statut des Autochtones sans pénétrer en même temps au cœur de tous les problèmes politiques qui affectent le Québec et le Canada actuel, problèmes de statut territorial au départ mais que personne ou presque n’ose aborder de front, de peur de se trouver confronté à des réactions potentiellement dangereuses pour la « paix » que souhaite l’oligarchie en place, afin de préserver ses pouvoirs et ses intérêts. 

Les Anglais savent ce qu'est un statut, parce qu’il se rapporte à la radicalité du réel, son ipséité, sa sémelfactivité et sa royauté par rapport au virtuel et à l’imaginaire. Les Québécois  le savent à peine, trop souvent inhibés par rapport au réel par divers facteurs sociaux, politiques et intellectuels, notamment la présence du cartésianisme, du positivisme, néo-positivisme et pensée algorithmique dans les sciences humaines, qui placent l’emphase sur l’accessoire plutôt que sur l’essentiel. La méthodologie est devenue une fin en soi alors qu’elle n’est qu’un moyen.  Pour progresser sur le plan politique comme dans tous les autres domaines qui font l’objet des sciences humaines, le Québec doit revenir au réalisme classique qui a fait ses preuves, aux vérités connues par l’usage (le mutitudinis usus des Latins, lequel n’a rien perdu de sa fraîcheur intellectuelle dans les temps actuels) et à l’érudition acquise par le procédé de la quête individuelle, continue et poursuivie la vie entière, en priorité par rapport aux  laboratoires, qui prennent souvent les données pour des faits accomplis et envisagent les données hors contextes.  Remarquez que les générations actuelles de jeunes Anglo-Saxons du Canada sont également affectées par les mêmes problèmes d’épistémologie et en souffrent. Je le sais pour avoir longtemps enseigné dans leurs institutions.  Lorsque nous parlons des Anglais, nous avons surtout à l’esprit la mentalité  durement réaliste et impitoyable (ruthless)  des bâtisseurs de l’Empire Britannique, qui ont créé des continuités qui se sont maintenues jusqu’à nos jours.  J’ai fait la plupart de mes études géopolitiques et militaires chez eux, alors qu’on cherchait des solutions pour maintenir l’Empire en plein déclin, comme le fit autrefois Vegetius Renatus pour les Romains (cf. Végèce), avec beaucoup de succès d’ailleurs puisque l’Empire Romain s’est maintenu pendant encore un millénaire. 

Définition du terme statut

Le statut n’est pas un droit mais un pouvoir reconnu ou à reconnaître. Il est le résultat d’une volonté d’agir et de réussir qui s’est poursuivie pendant longtemps et s’est maintenue en dépit des obstacles et des difficultés rencontrées.  Prenons un exemple simple pour le démontrer.  Je veux devenir ingénieur mécanicien parce que j’aime la mécanique et j’entreprends des études pour y parvenir et me faire reconnaître. Ces études peuvent durer de nombreuses années, parmi des difficultés de toutes sortes. Qu’importe, je maintiens ma résolution et ma détermination d’y arriver et finalement, j’y arrive et je reçois un diplôme qui confirme mon statut d’ingénieur. Certes, j’aurais pu y arriver par des efforts personnels et autodidactes, sans diplôme, seulement avec mon jugement critique pour me guider. Dans ce cas, je suis ingénieur de fait (de facto) mais non diplômé (de jure). Il se peut même que je sois en fait plus qualifié et plus compétent qu’un ingénieur diplômé.  Dans ce cas, mon statut n’est pas reconnu ni sanctionné par l’État, ce qui ne change rien à ma compétence et mon habileté.  Dans un cas comme dans l’autre, c’est la volonté de poursuivre pendant longtemps malgré toutes les difficultés qui a fait la différence. Le statut est un pouvoir qui a son point d’origine dans la volonté et aussi dans les facilités offertes par le monde extérieur. 

Pour comprendre le sens d’un statut territorial, prenons un cas familier. Une famille quitte son milieu à la recherche d’emploi et de logement. Ne pouvant en trouver à proximité de sa demeure, elle se dirige vers des régions éloignées et moins habitées, espérant y trouver une solution originale. Elle arrive soudainement devant une terre abandonnée, qui avait déjà reçu quelques développements et dont on pouvait voir les vestiges par la présence d’une ancienne maison délabrée, de quelques bâtiments en ruine, d’une enceinte pour les animaux, d’un puits, de quelques sentiers et pistes encore utilisables. La famille s’informe pour connaître le nom des propriétaires, les détenteurs des titres sur la propriété. Or personne dans les environs ne peut apporter une réponse claire à cette question. De toutes manières, toutes les terres appartiennent au roi, un souverain lointain qui peut les confisquer sans préavis, afin d’en faire cadeau à ses amis.  La famille décide donc de camper une nuit sur le site abandonné et le lendemain, elle se met au travail. Comme la maison est inhabitable, une cabane est construite. Le puits est remis en état de fonctionner. En attendant de labourer et semer la terre, de trouver des animaux domestiques indispensables à une population éloignée, la famille pêche, chasse et cueille des baies qui lui serviront de diète. 

Peu à peu, le domaine prend forme. Les moyens sont modestes et le travail est exténuant, mais des progrès sensibles se font sentir et la vie devient possible en dépit de la précarité des conditions environnantes. Les sols sont peu productifs et il faut continuellement les épierrer. Ces pierres qui rendent la culture difficile sont ce qu’on appelle des moraines glaciaires, des sédiments lourds laissés par les glaciers du Quaternaire. Très loin au sud, où les terres sont riches et productives, les glaciers n’ont pas passé et n’ont pas laissé de pierres, de sables, d’argiles ni de marais  qui se dressent comme autant d’obstacles aux communications.  Le domaine où la famille s’est installée est rude et il faut trimer dur pour vivre mais on y parvient à coups de volonté.
L’hiver, le père et ses fils vont travailler dans les chantiers pour ramasser de l’argent afin de faire fructifier la terre. Le fils aîné a trouvé à s’employer comme assistant forgeron dans le chantier et a appris à ferrer les chevaux et les bœufs de travail. Il a ensuite ouvert son propre atelier et s’occupe à ferrer les chevaux et les bœufs des habitants des environs, de même à construire des roues, des voitures et des traîneaux. La famille a des moutons qui sont tondus pour leur laine et l’achat d’un métier à tisser lui permet de confectionner des vêtements confortables. Elle fabrique son propre pain de ménage et son savon. La vie continue. 

Des aborigènes des environs vinrent visiter la famille et lui dire qu’elle n’est pas chez elle sur cette terre « ancestrale » qui leur appartient depuis les temps les plus reculés. N’ayant pas l’information voulue pour répondre, la famille consulte un notaire du village qui leur apprend que toutes les terres, sans exception, sont possession de Sa Majesté le Roi (ou la Reine), y compris celles qu’occupent les aborigènes. Ce droit de possession sur les habitants et les occupants, y compris les aborigènes, c’est le droit du plus fort. Il n’y a pas à en discuter, ni à questionner le bon vouloir et le bon plaisir de Sa Majesté. Comme la politique est affaire d’intérêts, de rapports de forces et d’effectivité, Sa Majesté en conseil agit et agira en conséquence. Et que dire des anciens occupants, propriétaires en titre ou non? Personne, y compris le notaire, n’a de réponse précise à leur sujet, ce qui veut dire qu’ils ont probablement occupé la terre sans titre de propriété. Ne pouvant y vivre convenablement de leur travail et ne pouvant vivre non plus de la nature, comme les aborigènes, ils ont quitté pour aller s’établir ailleurs. 

Le titre est obtenu et permet aux nouveaux propriétaires officiels d’ester en justice, ce qui veut dire d’emprunter en mettant la terre en gage. La famille décide d’acheter une terre voisine dont les habitants sont sur le point de quitter.  Le notaire sert un avertissement : toutes les terres peuvent être reprises par le roi, qui peut vous déposséder et vous chasser quand il lui plaira. Le but poursuivi par l’autorité royale est simple : planter dans l’esprit des peuples dominés et inféodés la peur perpétuelle de la déchéance et de la mort, afin d’en obtenir une obéissance servile et inconditionnelle.  À quelqu’un qui a peur, on peut demander n’importe quoi et l’obtenir sans résistance, envers et contre sa conscience et sa volonté.  Aucun peuple dominé ne peut réaliser son indépendance sans avoir au préalable vaincu sa peur morbide de tout perdre et de mourir. Comme l’expérience des peuples le prouve, il faut plusieurs générations avant d’y arriver. 

La terre conquise par le travail acharné et prolongé, suivi des titres officiels sur la propriété, ne rassure pas pour autant la famille qui a fourni tellement d’efforts pour posséder sa terre. Mais comme la terre ne semble convoitée par personne, exception faite des aborigènes locaux, qui veulent la prendre parce qu’elle est aménagée et mise en valeur, alors la vie peut continuer. Pour assurer sa sécurité, la famille s’achète des armes et apprend à s’en servir. Mais comme le territoire est très éloigné des centres habités, alors la vie peut continuer sans difficulté majeure. Des échanges se produisent entre la famille et les aborigènes, qui ont besoin de produits alimentaires, de vêtements de laine et d’outils. En échange, ils offrent des produits de la chasse, de la pêche, des vêtements de peaux, des raquettes et des canots.  Plus tard, lorsque ces indigènes recevront des prébendes du roi, ils prendront leurs distances et iront dépenser leur argent en ville, y compris l’achat d’alcool et de tabac. 

L’histoire de cette famille de colons pauvres, c’est l’histoire de notre peuple, qui a débuté avec cinq mille familles seulement, venues de France pour y construire d’abord des comptoirs commerciaux, puis, une colonie et finalement un foyer national par le défrichement d’une des terres les plus dures et le plus ingrates du monde.

STATUTS ARBITRAIRES ET RECOMPOSÉS

Par exemple, quel est le sens, la signification, la portée et la dynamique de ce qu’il a été convenu d’appeler les Statuts Refondus de Westminster (Westminster Revised Statutes) passés en décembre 1931 ?  Évidemment, il s’agit d’une passation de pouvoirs, de ce que les Britanniques appellent actuellement dévolution, ce qui veut dire retour et reconnaissance de pouvoirs qui ont été supprimés, par l’arbitraire du plus fort et souvent par la force.  Les Statuts Refondus de Westminster reconnaissaient à toutes fins pratiques que les colonies, ou Dominions concernés et mentionnés étaient en fait (de facto), des États  indépendants et qu’il n’y avait pas lieu de maintenir à Londres un pouvoir qui ne pouvait que les exacerber. Aucun peuple au monde ne peut accorder sa loyauté à deux États. 

Les sociétés qui, par leur travail acharné pendant très longtemps, ont constitué de fait (de facto), des pouvoirs d’États, ne demandent que la reconnaissance de leurs statuts, avec pleine faculté d’exercer des pouvoirs acquis souvent au terme d’une démarche de plusieurs siècles. En cette matière, il s’agit seulement d’être reconnu, non d’être aimé ou adulé.  Le refus d’un État existant de reconnaître les nouveaux statuts d’un État qui n’est pas encore pleinement reconnu peut devenir casus belli (cause de guerre).  Ces considérations  géopolitiques sommaires sont suffisantes pour expliquer le problème de fond soulevé par les réclamations territoriales des Innus, confrontés au Québec, lequel a maintenant atteint le statut d’État, (de facto) à reconnaître, confrontés également à Ottawa, État post-impérial, artificiel, fantoche, unitaire et arbitraire, qui ne possède toujours pas les titres de propriétés sur le territoire du Canada. Ces titres sont  toujours détenus par la Couronne britannique, depuis le traité de Paris du 10 février 1763. Et ils sont toujours en vigueur. 

Le Canada Act du 17 avril 1982 n’y a rien changé, même s’il a pu « rapatrier sa Constitution (sic) ».  Seule la Monarchie anglaise est propriétaire de jure (de plein droit) du territoire du Canada. C’est pourquoi SM Élizabeth ll est reine d’Angleterre, du Canada et du Commonwealth. Elle l’affirme sans ambages et se comporte comme la propriétaire du domaine dont on n’aime pas avoir trop souvent la visite.  Personne n’a posé encore le problème du statut territorial de facto des habitants de ce qu’on peut appeler l’espace continental canadien, car le Canada est en réalité un continent distinct par rapport aux autres régions des Amériques.  Pour qu’il soit possible de statuer sur ces questions, il est nécessaire d’établir les faits pertinents qui font qu’une société, comme le Québec par exemple, est possédante de fait (de facto) de son territoire, mais non de droit (de jure) parce que le titre est conservé en Angleterre.  D’où présence sur place d’un gouverneur général et de lieutenants gouverneurs, qui possèdent sur les parlements et divers paliers de gouvernement un droit de regard et de désaveu, dont peu de Québécois réalisent le sens et l’importance.  Le propriétaire peut dicter à l’occupant sa ligne de conduite parce que l’occupant n’a aucun statut particulier. N’ayant ni pouvoirs ni statut reconnu, l’occupant ne peut que réclamer des droits. 

Le pouvoir du propriétaire dépasse celui de l’occupant, qu’il soit locataire, squatter ou simple occupant du sol, selon le bon plaisir de Sa Majesté. Il n’y a pas à en rire, car tel est notre cas à nous  Québécois. Au Québec, l’autorité de Madame Lise Thibault dépasse celle de Bernard Landry. Les Canadians du ROC non plus ne sont pas propriétaires en titre du territoire du Canada, pas plus que les aborigènes.  Beaucoup se reconnaissent comme de simples squatters sur le territoire de Sa Majesté britannique, mais de moins en moins de Canadians acceptent ce non statut, ainsi que j’ai pu le constater pendant les 17 années au cours desquelles j’ai enseigné géographie, géopolitique et polémologie à Toronto.  Le Québec même souverainiste ignore l’importance des statuts territoriaux, de droit ou de fait.  Cartésiens à souhait, les Québécois pensent que la souveraineté est une idée et non un statut à faire reconnaître.  Ils ne pensent pas qu’un statut appartient à l’ordre des actes et non des idées. Un statut est ontologique et architectonique à la fois et non logique et rationnel, en ce sens que toute existence réelle est relation en acte et en puissance.  Tel est l’à priori principal. Les formes juridiques et constitutionnelles par lesquelles un statut est effectivement reconnu sont des à posteriori.  Il faut d’abord exister de fait, (de facto) avant d’exister de droit (de jure) et le contraire est arbitraire.

Il est certain que personne à Ottawa ou à Londres ne veut aborder le problème des titres sur le territoire. Au sud de la frontière, le problème des titres sur les propriétés et de la possession territoriale en général a été un des facteurs majeurs qui ont  provoqué la guerre de l’indépendance américaine. Si le « rapatriement de la Constitution » de 1982 avait soulevé la question de la possession territoriale de droit (de jure) comme de fait (de facto), il aurait ouvert une boîte de Pandore potentiellement explosive. Les revendications territoriales des aborigènes du Québec et du Canada s’inscrivent dans ces non titres et ces non dires qui ont probablement causé plus de guerres que les discours les plus belliqueux.  Ces revendications sont maintenant confrontées aux provinces qui, après deux siècles et plus d’existence, sont devenues des États de fait (de facto) mais qu’Ottawa refuse et refusera de reconnaître, à moins d’être forcé de le faire.

Conjectures et certitudes

Dans le texte du juge Emery, la certitude occupe une place centrale, quoique modeste, comme tout ce qui est essentiel. Deux certitudes sont en jeu dans cette affaire: la certitude juridique et la certitude factuelle. Dans les pratiques juridiques et constitutionnelles propres à l'Angleterre et à l'Empire Britannique, dont nous faisons toujours partie, même s'il n'est plus mentionné nulle part, il ne peut y avoir de certitude que lorsque le pouvoir ne peut faire autrement que reconnaître les faits pertinents et les rapports des forces en cause et en présence. Et encore, cette certitude ne peut être opérative que dans la mesure où les conditions qu'elle qualifie se maintiennent intégralement.

Sinon, elle peut rester en veilleuse et être reprise plusieurs générations plus tard, lorsque les rapports de forces désirés par Sa Majesté se seront rétablis en sa faveur. Les Québécois sont incapables de le comprendre, ce qui est tragique, parce qu'à défaut de comprendre le sens, la portée, la signification et la dynamique de ce qui est reconnu comme certitude, la progression du Québec vers les statut reconnu d'État restera entravée.

Toute certitude, métaphysique, juridique, factuelle ou relationnelle, est opérative de nature. Elle rend possible le passage de l'intention à l'acte sans entraves majeures.

La question qui se pose est celle-ci: Dans quel but Ottawa cherche-t-il la certitude juridique en ce qui concerne les Innus et refuse de se livrer au même exercice en ce qui nous concerne? 

Problème de statut d'État

La réponse à cette question n'est ni juridique, ni constitutionnelle, ni même politique, mais géopolitique, science des États comme tels, qu'on peut aussi appeler les pouvoirs continus, qui se transmettent de génération en génération, quels que soient les régimes en place. Certitude veut dire certitude qu'un pouvoir existe et qu'il est possible de s'en servir pour agir comme on l'entend, selon la loi des intérêts, des rapports de forces et selon les principes qui gouvernent l'effectivité des États: appréciation rigoureuse et correcte du contexte et de la situation; détermination d'objectifs praticables et réalisables en termes de temps et d'espace; maintien du moral; concentration de l'effort dans le temps et l'espace; économie de l'effort; simplicité; souplesse; sécurité; surprise (qui consiste à placer l'adversaire devant le fait accompli); coordination; coopération; administration et logistique. 

Ces principes se tiennent d'une pièce comme les doigts de la main et on ne peut en ignorer aucun sans risquer l'échec et la perte de pouvoirs. Ils ne sont pas des théories abstraites mais des axiomes à la fois architectoniques, ontologiques et par conséquent géopolitiques. Les Anglais les connaissent et je les ai appris dans leurs écoles de géopolitique et de stratégie. Les Québécois ne les connaissent pas. En matière de géopolitique, les universités québécoises enseignent des "modèles" qui n'ont aucun rapport avec la réalité. Qui leur interdit d'enseigner le principe de réalité comme fondamental en toutes choses? 

Importance de comprendre ce qui fait le pouvoir

Sans la connaissance exacte et rigoureuse de ce qui fait un pouvoir et un non pouvoir, on ne peut comprendre le sens d'un droit ou d'un privilège. L'appréciation rigoureuse et exacte du contexte et de la situation, premier principe de stratégie en géopolitique, a d'abord pour objet de déterminer où se trouve le pouvoir, quelles en sont les composantes, quelle en sera la durée probable, qui sont les adversaires et quelles sont ses possibilités à court et à long terme. On parlera ensuite de droits et de privilèges, de traités et de signatures qui ne valent souvent pas même l'encre avec lequel elles ont été écrites. L'essentiel, c'est le pouvoir et le reste a pour objet d'en assurer la pérennité. 

Combien de Québécois sont capables de le comprendre? Il est évident, une fois encore parmi tant d'autres, que l'intention anglaise avait pour objet de nous fossiliser avant que nous puissions agir et devenir un peuple, plus tard une nation et finalement un État à reconnaître. La "Suprématie" de l'Angleterre visait à obtenir le pouvoir absolu, sauf que, pour de raisons pratiques, reliées à la géographie du Saint-Laurent, à la situation qui se développait au sud de la frontière, aux tensions qui montaient entre Yankees et Britanniques, aux guerres que devait livrer l'Angleterre en Europe et partout ailleurs, ou presque dans le monde, les moyens d'obtenir cette suprématie n'étaient pas suffisants. 

C'est ce qu'on pourrait définir comme un ordre de faits, par opposition à une intention et les conjectures qui prévalaient sur ces intentions. En somme, malgré l'intention exprimée par les Anglais d'en finir avec nous comme avec les Gaspésiens, les Acadiens, les Irlandais et les Écossais, les conditions telles qu'elles se trouvaient dans le cours naturel des choses nous étaient favorables à nous et non aux Anglais. Leurs mesures pour nous détruire n'étaient que des expédients. 

L'aménagement artificiel d'un État arbitraire, unitaire, centralisateur et définitif au "centre" de gravité d'Ottawa, avait pour mission de poursuivre la même politique après le départ de l'Angleterre, départ de facto bien sûr puisque la Couronne anglaise demeure toujours détentrice des titres de propriété sur tout le territoire du Canada, conformément aux dispositions du traité de Paris du 10 février 1763. Le Canada Act du 17 avril 1982 n'y a rien changé. Ces titres ne sont pas que symboliques. Ils accordent à la Couronne d'Angleterre, par l'entremise de son Gouverneur du Canada et du lieutenant gouverneur des provinces un droit de regard et de désaveu qui s'impose encore partout sur le territoire. Le pouvoir et le poids de l'occupant, ce que nous sommes tous, Québécois et Canadians, est encore inférieur à celui du propriétaire en titre, appelé possédant.  Si quelque chose a changé, ce sont les faits qui les ont changées, non les traités sur papier. Avec ces traités, cependant, la pérennité des pouvoirs de la Couronne britannique et des "maîtres" loyalistes et orangistes du Canada s'est toujours maintenue. On peut le regretter et en pleurer mais les regrets et les pleurs ne font pas l'agir. Ce sont les certitudes et non les sentiments et les opinions qui font agir. 

Depuis plusieurs années maintenant, les tribus aborigènes cherchent à étendre leurs droits et privilèges sur des terres de plus en plus grandes. Pour attirer l'attention, il y a eu et il y aura des crises, sans doute provoquées par la Loyal Orange Lodge, dont font partie plusieurs chefs amérindiens. 

J'y vois un signe qui est peut-être aussi une certitude. Les aborigènes ont toujours profité des divisions de pouvoirs au Canada pour tirer leur épingle du jeu et se hisser en position de force, ce que ne justifie ni leur nombre, ni leurs investissements dans l'aménagement du territoire, comme nous l'avons fait, nous Québécois, et comme l'ont fait les populations des provinces de langue anglaise, qui savent qu'un statut de fait (de facto) s'acquiert par la résidence permanente, la mise en valeur du territoire, le développement d'institutions valables, l'exercice d'un droit local et régional, des pratiques qui rendent la vie collective possible, et, l'acquisition d'un pouvoir d'agir qui finit par faire d'une province un véritable État dans les faits (de facto), apte à être reconnu de droit (de jure). Ottawa ne peut l'approuver car s'il l'approuve, ce sera la fin du régime centraliste, unitaire et arbitraire post-impérial, qui devait se maintenir en place à perpétuité. 

Or, de tels développements de sociétés à pouvoirs se définissent à l'intérieur des régions géographiques les plus oékoumènes, ou régions économiques, systématiquement et mathématiquement organisées pour parvenir à une certaine autarcie, peu importe sa taille, Telle est le premier élément d'un État, qui comprend un territoire, une histoire (de développement et de mise en valeur), un pouvoir, par l'aptitude et la capacité de communiquer effectivement entre proches, un savoir, comprenant instruction générale et compétence administrative et technique, grâce à une langue d'État, dont le français, qui ne le cède en rien à aucune autre langue, et finalement un vouloir, une volonté de se prendre en charge et se gouverner soi-même comme État et non de demeurer inféodé en tant que province subordonnée à un État centralisateur, unitaire et arbitraire. 

Il est évident maintenant que, à la suite du Québec, d'autres provinces, notamment l'Ontario, ont conquis le statut d'État dans les faits et se retrouve maintenant apte à le devenir de plein droit. Les autres comprennent l'Alberta, la Colombie Britannique, la Nouvelle Écosse et maintenant Terre-Neuve.

Ottawa n'a pas d'avenir et les Loyal Orange Lodges sont les premières à le savoir, d'où leur propension à créer des situations problèmes en exploitant le non statut territorial des aborigènes, non statut que confirment des droits, ancestraux ou autres, afin de placer les futurs États dans des situations impossibles et potentiellement explosives. 

Dans cette perspective, les décisions du Québec concernant les aborigènes ne peuvent être que des mesures d'apaisement pour gagner du temps. Mais de telles mesures peuvent aussi créer de dangereux précédents pour l'avenir.

Il faut que les souverainistes le comprennent dès maintenant. Quant aux fédéralistes, qui croient avoir une vie éternelle à Ottawa, ils sont comme l’institution monarchique qu’il représente : désuète. Il faut abolir Ottawa. 
 

René-Marcel Sauvé
Géographe


 

 
 
 
Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  | Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec
 

Site actif depuis novembre 1998