Vous êtes dans     
 
 


 
 

Sur le budget Martin


Texte original de Pierre Forest
sous le titre de Budget Martin

 
 
Sur le budget Martin
Bonjour Pierre,

     Pour bien répondre à ton questionnement sur les sommes d'argent reçues d'Ottawa et transmises à Ottawa par tous les citoyens du Québec, je m'interroge également à savoir pourquoi, nos comptables, nos associations nationales de comptables ou nos chercheurs ne peuvent-ils pas faire un maître dans tous ses chiffres qui nous sont livrés de part et d'autre?

    Ne trouves-tu pas qu'on a l'impression que quelqu'un quelque part cherche à berner la population, à tromper NOUS, LE PEUPLE. Peut-on imaginer que nous soyons fiers d'une quelconque magouille qui se ferait avec les chiffres? Qui aurait intérêt à croire cela?

     On vit ensemble dans ce Pays à double nationalité que l'on insiste à ne pas vouloir reconnaître, à double PEUPLE dont l'un se croit tellement supérieur qu'il ne veut absolument pas reconnaître l'autre, et on est devant des chiffres que les deux Ministres des Finances n'analysent pas de la même manière. L'un disant qu'ils sont on ne peut plus justifiés et l'autre les dénonçant comme une injustice de plus. Qui donc pourrait nous faire la preuve de la vraie réalité de tous ces chiffres? Peux-tu me le dire?

     Quand les gens du PEUPLE parlent de politiciens menteurs, tricheurs, c'est que le niveau de confiance n'est pas tellement élevé à l'égard de nos élus, quels qu'ils soient et où qu'ils soient? Et, normallement, les chiffres, ne     devraient pas nous mentir. Où se trouve-t-elle l'élite intellectuelle du domaine de la finance qui pourrait nous faire la preuve, tableaux à l'appui, de ce qui est véritablement vécu?

     Quelles sont les sommes totales versées par le Québec et tous les citoyens du Québec et de toutes provenances du Québec et qui sont versées à Ottawa? Et la contrepartie logique: quelles sont les sommes totales versées par Ottawa aux citoyens du Québec ou au Québec par toutes interventions directes ou indirectes?

     Quand deux Ministres des finances multiplient les interventions, alors qu'ils sont à même la caisse, pour défendre leurs points de vue réciproques, et que NOUS, le PEUPLE, nous ne pouvons même pas tirer une conclusion claire, que faut-il comprendre de tout ce charabia? Quelqu'un nous ment-il en quelque part? quelqu'un nous triche-t-il en quelque part? Et pourquoi le faire?

     C'est avec désolation que l'on doive publiquement s'interroger sur la qualité de leurs propres démonstrations. Ne faut-il pas convenir qu'il y a quelque chose en quelque part qui nous rend interrogateur, qui nous rend songeur et non satisfait de leurs interventions?

     Quant à moi, je dois soumettre que personne ne doit se satisfaire de demi-vérités, de demi-démonstrations, de demi-tableaux de comparaisons. Surtout quand on veut faire une bataille de chiffres!

     Si nos grands spécialistes sont si peu convainquants, il ne faut surtout pas se surprendre de la méfiance des gens qui ont connu, sous d'autres cieux, des malversations, des doubles-jeux et des tricheries et des lâchetés auxquels ils ne veulent pas devenir complices pour aucune considération. Et, à ce moment-là, on peut les comprendre. Pourquoi ne mériterions-nous pas un niveau de clarté à toutes épreuves? Qui a intérêt à cacher quoi que ce soit?

     Et tu me cites, ici, ce que Monsieur Lucien Bouchard a lui-même présenté dans un discours: "Réaction au budget fédéral,Québec Le mercredi 17 février 1999"

(Pierre Forest)  Sur les cinq prochaines années, les Québécois, qui représentent 24 % de la population,
donc 24 % des malades et 24 % des besoins en santé,
ne recevront que 8 % du nouveau financement fédéral en santé.  Seulement 20 % des dépenses courantes de biens
et services du fédéral ?  Seulement 19 % des immobilisations et  investissements du fédéral ?  Seulement 18 % des subventions fédérales aux entreprises ?  Seulement 16 % des laboratoires fédéraux ?  Seulement 14 % de la recherche et développement fédéraux ?  Seulement 13 % du personnel fédéral en science et en technologie ?

Ces chiffres sont éloquents, mais sont-ils suffisamment complet pour convaincre quelqu'un qui n'est pas déja souverainiste?

>Depuis plusieurs années, j'ai l'impression que de part et d'autres on se livre a une campagne de désinformation massive en ne montrant toujours que les éléments susceptibles de promouvoir l'une ou l'autre des options.
N'y-a-t'il pas place pour une argumentation complète et balancée ? Est-ce que de tout mettre dans la balance pourrait mener les gens à penser que, sommes toute, "c'est pas si pire" et qu'en conséquence, les gens choisiraient forcément le statu quo, favorisant la position fédérale.

>Une argumentation ne comportant que des demi-vérités est bonne pour fouetter la motivation des troupes, mais pas a chercher de nouvelles adhésions. Or, sans ces nouvelles adhésions, on en est encore a 49% du vote, ce qui est très insuffisant.

>Je n'accuse pas, je m'interroge.

(Robert Bertrand) Je fais le même constat Pierre, tout en interrogeant les comptables, et les Ministres concernés pour qu'ils présentent les vraies données de part et d'autre. Le PEUPLE leur en saura gré et je suis de ce peuple.

Au plaisir et à bientôt.

Robert Bertrand, rédacteur,
QUÉBEC, Un Pays
http://www.multimania.com/quebecunpays/
http://www.total.net/~qcunpays/
1999-03-07
 
 

Québec un Pays   Accueil    Je me souviens