Vous êtes dans     
 
 
 


 

Les devanciers... on s'en inspire.
Par Robert Bertrand,
QUÉBEC, Un Pays
1998-12-19


Réponse à Monsieur Richard Gervais sur le
forum Avant-Garde Québec
1998-12-19
 

Bonjour Monsieur Gervais,

Notre objectif, quel est-il ? La réalisation concrète du Pays. Vous en êtes et j'en suis. Les quarante dernières années nous ont permis de connaître différents thèmes exploités par nos divers partis politiques pour se faire élire.

La raison d'être de mon propre site en fait état de façon on ne peut plus claire. Il s'agit de lire, sous le thème JE ME SOUVIENS, l'évolution des mots employés. Les uns n'enlèvent rien aux autres. Ils marquent simplement une évolution. Et, vous me le permettrez, personne n'est diminuée parce que les mots ont changé. Ces mots ont eu leur valeur en leur temps. Vous l'admettrez, l'évolution se fait ainsi.

Je vous transmets, ici, le texte suivant que l'on retrouve sous la plume du rédacteur:

Bienvenue au Pays du Québec.  Québec un Pays.

Un Pays auquel on s'identifie collectivement comme Peuple. Parce que nous voulons nous réaliser nous-mêmes pour mieux servir le monde dans lequel on vit.

Pour ce faire, il nous faut la maîtrise des outils économiques pour qu'ils soient à notre service collectif.

Un Peuple égal aux autres Peuples de la terre.

Je me souviens

Dans les années 50, Maurice Duplessis consacrait ses énergies à l'Autonomie Provinciale.

Je me souviens

En 1960, Jean Lesage nous a enrichi collectivement autour de l'idée de Maître chez nous.

Je me souviens

En 1966, Daniel Johnson, le père, conviait le Peuple du Québec à l'Égalité ou l'Indépendance.
 

Je me souviens


René Lévesque et le Parti Québécois ont sollicité un mandat du Peuple du Québec pour franchir, ensemble, l'étape de la Souveraineté-Association.

 Je me souviens

Robert Bourassa de son siège de l'Assemblée Nationale et de sa position très claire est venu confirmer tous nos efforts antérieurs comme collectivité et comme Peuple.

Je me souviens

En 1990, Robert Bourassa a solennellement déclaré:

 « Le Canada anglais doit comprendre d’une façon très claire que, quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, le Québec est aujourd’hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement. »

Je me souviens

Et Jacques Parizeau, avant l'élection, durant la campagne électorale, et après son élection, a convié le Peuple du Québec à se prendre en mains  pour établir la Souveraineté du Québec avec ou sans Partenariat.

Je me souviens

Maintenant, Lucien Bouchard, nous parle de la confiance en nous-mêmes pour créer les conditions gagnantes pour accéder finalement à la réalisation concrète de notre Pays égal à tous ceux qui se retrouvent à la table des Nations-Unies.

Travaillons, ensemble, pour réaliser le Pays du Québec, notre Pays.

Personne d'autre ne pourra le faire à notre place.

     Gens du Pays, c'est votre tour...

      Robert Bertrand, rédacteur,
     QUÉBEC, Un Pays

Et vous me soulignez:

  « N'est-ce pas là jouer sur les mots? Les expressions " accéder à la souveraineté "  et  " s'approprier le pays " sont elles différentes au point d'en faire le plat que vous faites? »

Alors, si on dit la même chose avec des mots différents, on ne s'emportera pas. Et si nous gagnons de nouveaux adeptes avec des nouveaux mots, n'est-ce pas là un objectif qu'il nous faut atteindre?

On a déjà exploité "J'ai le goût du Québec" et c'était bien. Et maintenant, on pourrait exploiter "J'ai le goût du Pays" et ce serait également bien. Il y a une évolution, il y a une étape.

Et, avec raison, vous me le soulignez:

 «  Le pays, nos aïeuls en parlaient déjà : un Canada français mythique, sans frontière  déterminée, ethnique (sans péjoration), spirituel... C'est récemment dans notre histoire que la revendication du pays s'est précisée en celle, politique, du Québec souverain.  »

Il m'apparaît que je suis en parfait accord avec ce que vous me dites. Et vous le semblez bien également.

«  Enfin ! Si vous voulez mettre en avant l'idée de « s'approprier le pays », allez-y. J'embarque d'ailleurs volontiers. »

Dans ce forum dit "avant-garde", je veux croire qu'il ne sera pas rejeté du revers de la main, ou du clavier, des idées possiblement anciennes ou possiblement neuves, des idées dans un emballage nouveau, je pourrais dire, des idées qui ne feront que mieux faire avancer et progresser l'objectif commun que nous avons.

«  Mais ne supposez pas dépassés ceux qui mettent en avant l'idée de faire l'indépendance nationale. C'est blanc bonnet, bonnet blanc; sinon, peut-être un tantinet méprisant pour les devanciers des années soixante et soixante-dix... »

Un objectif de mon texte est de bien faire ressortir ce que je viens tout juste de lire.   Je ne vous connais pas personnellement, donc je ne fais aucune référence ni à vous, ni à d'autres qui pourraient participer dans ce forum, et j'insiste, dit "avant-garde".

Si l'objectif de ce forum c'est d'entendre et de voir toujours les mêmes choses, il ne faut surtout pas faire appel à des nouveaux venus pour participer. Ces nouveaux venus peuvent présenter de nouveaux éclairages, de nouvelles avenues pour finaliser la question de Pays que nous voulons.

Est ce que Jean Lesage a été moins ou plus important que Daniel Johnson, le père? Ou vice-versa ? Vous me comprenez bien, « les devanciers des années soixante et soixante-dix... » ont autant de valeur sinon plus que les nouveaux venus ou vice-versa. L'Histoire nous le confirmera en son temps.
 

Robert Bertrand, rédacteur,
QUÉBEC, Un Pays
http://www.multimania.com/~quebecunpays
http://www.total.net/~qcunpays
 
 

Québec un Pays    Accueil   Je me souviens