Vous  êtes dans
Je me souviens

Recherches sur ce site


 
 
 
 

 


Bienvenue au Pays du Québec.

Québec un Pays

Un Pays auquel la Nation Québécoise
et les Gens du Pays
s'identifient collectivement comme Peuple.

Parce que nous voulons nous réaliser nous-mêmes
pour mieux servir le monde dans lequel on vit.

Pour ce faire,
il nous faut la maîtrise des outils économiques
pour qu'ils soient à notre service collectif.

Un Peuple égal aux autres Peuples de la terre.

Je me souviens

Dans les années 50,
Maurice Duplessis consacrait ses énergies
à l'Autonomie Provinciale.

Je me souviens

En 1960,
Jean Lesage nous a enrichi collectivement
autour de l'idée de Maître chez nous.

Je me souviens

En 1966,
Daniel Johnson, le père, conviait le Peuple du Québec à
l' Égalité ou l'Indépendance.

Je me souviens


 

René Lévesque et le Parti Québécois
ont sollicité un mandat du Peuple du Québec
pour franchir, ensemble, l'étape de la Souveraineté-Association.

Je me souviens


 

Robert Bourassa de son siège de l'Assemblée Nationale
et de sa position très claire est venu confirmer
tous nos efforts antérieurs
comme collectivité et comme Peuple.

Je me souviens


 

En 1990, Robert Bourassa a solennellement déclaré:

 « Le Canada anglais doit comprendre d’une façon très claire que, quoi qu’on dise et quoi qu’on fasse, le Québec est aujourd’hui et pour toujours, une société distincte, libre et capable d’assumer son destin et son développement. »

Je me souviens


 

 Et Jacques Parizeau,
avant l'élection, durant la campagne électorale,
et après son élection,
 a convié le Peuple du Québec à se prendre en mains
pour établir la Souveraineté du Québec
 avec ou sans Partenariat.

Je me souviens


 

  Maintenant, Lucien Bouchard,
nous parle de la confiance en nous-mêmes
pour créer les conditions gagnantes
pour accéder finalement
à la réalisation concrète
de notre Pays
  égal à tous ceux qui se retrouvent
à la table des Nations-Unies.

  Travaillons, ensemble,
pour réaliser le Pays du Québec,
notre Pays.

Personne d'autre ne pourra le faire à notre place.

  Gens du Pays, c'est votre tour...
 

Robert Bertrand,
rédacteur

QUÉBEC un Pays

LA DEVISE «JE ME SOUVIENS»

Gaston Deschênes
Directeur, Direction des études documentaires
Assemblée nationale, Québec

Courriel: gdeschenes@assnat.qc.ca
 

De :  Alain LaBonté
alb@iquebec.com
Date :  LUN 11, MAR 2002  21:55
Objet :  Re: Texte intéressant sur la devise du Québec


Je me souviens
Denise Bombardier
Édition du samedi
17 et du dimanche 18 mai 2003 


 


Un jour où je décrivais à un ami, célèbre sociologue américain juif, la baisse subite et brutale du taux de pratique religieuse au Québec, il eut ce commentaire spontané: «Mais si vous abandonnez la religion, vous perdez la moitié de votre identité.» La religion et la langue, les deux mamelles de notre moi collectif traditionnel qui nous assure notre distinction au sein du Canada, se voient confirmées par les statistiques publiées cette semaine.

En effet, malgré le fait qu'ils ont déserté les églises, 83 % des Québécois s'identifient toujours à la religion catholique romaine. Une statistique incomparable à celles des autres provinces. Qui plus est, à l'exception de Terre-Neuve, c'est au Québec que l'on retrouve le moins de personnes qui revendiquent le statut d'incroyant (5,6 %). 

Il fallait entendre les commentaires, frileux, embêtés ou biaisés des spécialistes cette semaine. Il y avait les déçus, ceux qui considèrent à l'instar de Marx que la religion est l'opium du peuple. Il y avait les idéologues multiculturels qui tentaient d'atténuer la portée de la statistique en mettant en évidence l'apport des immigrants catholiques (ce qui n'est pas entièrement faux). Il y avait aussi des militants religieux (un imam, entre autres) qui trouvaient là matière à revendications afin que, dans l'avenir, la religion retrouve sa place dans la sphère publique. 

Or, cette statistique indique avant tout que les Québécois d'aujourd'hui veulent se souvenir qu'ils ont été des Canadiens français et plus anciennement des Canadiens, c'est-à-dire qu'ils se situent dans la filiation de leurs ancêtres. On ne joue pas avec l'identité impunément. On ne rompt pas avec nos repères historiques sans conséquences. Le film génial de Denys Arcand Les Invasions barbares nous le rappelle douloureusement. S'affirmer catholiques romains c'est revendiquer une appartenance à un passé qui nous a construits, heurtés certes, mais aussi qui nous a permis de nous révolter, de créer et d'être fiers. 
 
 

Nous sommes catholiques romains, disons-nous, mais nous nous comportons en protestants, donnant préséance à notre libre arbitre plus qu'aux dogmes et aux préceptes de l'Église. Nous voulons baptiser nos enfants, comme nous avons été baptisés nous-mêmes, s'échangeant les robes de baptême d'une génération à l'autre. Les enfants des boomers à qui leurs parents ont évité les fonds baptismaux font même des démarches parfois pour entrer dans l'Église, car ils rêvent de mariages religieux et de première communion pour leurs enfants. Car nous sommes affamés de rites, de structures, d'identification, isolés que nous sommes par l'individualisme triomphant et l'amnésie collective. Lorsque les vieilles tantes sortent les photos de famille, des baptêmes, des premières communions, des mariages d'antan, les enfants d'aujourd'hui les regardent ébahis, fascinés et trop souvent dépaysés. Dépaysé est le mot juste, car la rupture avec le pays de notre mémoire, de notre héritage sentimentalo-religieux, spirituel, voire patrimonial a été si brutale. 

Lorsque les églises et les couvents deviennent des lofts ou des salles de concert, les centres commerciaux se trouvent sacralisés (en tous cas pendant les heures d'ouverture). Lorsque les idéaux du christianisme, comme l'amour du prochain et l'oubli de soi, que l'on nous a transmis même à travers le fatras de péchés mortels, ne donnent plus de sens à la vie, l'argent prend le relais. Le film d'Arcand le montre bien d'ailleurs à travers le personnage du fils joué magnifiquement par Stéphane Rousseau. 

Notre identité construite sur le catholicisme extrême (comme on dit sport extrême) s'inscrit aussi fortement dans notre langage. Les jeunes qui ignorent ce que sont les ciboires, les calices, les tabernacles, n'ont que ces mots à la bouche et les conjuguent même au passé et bien sûr à l'imparfait. Ils n'ont pas connu les cierges et les lampions, mais ils s'entourent de bougies dans des bains moussants aux vapeurs d'huiles essentielles plutôt que d'encens. Et on peut penser que s'ils refusent l'athéisme, c'est aussi pour garder le lien avec ceux dont ils sont les descendants, ces familles qu'ils ne connaissent qu'éclatées ou chaotiquement reconstituées. Quant aux boomers, eh bien l'âge aidant, ils retrouvent quelques vertus à l'appartenance à cette Église, seule institution qui a peu (certains diront hélas !) changé. Du moins officiellement. Lorsqu'il leur arrive d'entrer dans une église, la plupart du temps pour des funérailles, ils sont mal à l'aise, marmonnent les prières qui ne sont plus celles qu'ils ont apprises, mais en même temps, ils éprouvent une vieille familiarité avec le lieu. Parfois, l'émotion les rejoint. Une émotion dont la source est ancienne, qui a moins à faire avec la Foi qu'avec les liens qui les unissaient à ce que l'on appelait jadis, la race canadienne-française. Si 83 % des Québécois se définissent toujours comme catholiques romains, c'est qu'ils ont compris que l'appartenance culturelle est un leurre sans des lieux historiques de rassemblement. L'adhésion à la religion institutionnelle prend valeur de symbole. Je suis aussi ce que «je me souviens» d'avoir été. Et je refuse de brader la moitié de ce qui me définit et me permet l'ouverture vers ces autres avec lesquels je partage désormais le titre de Québécois. 

Notre identité construite sur le catholicisme extrême (comme on dit sport extrême) s'inscrit aussi fortement dans notre langage. Les jeunes qui ignorent ce que sont les ciboires, les calices, les tabernacles, n'ont que ces mots à la bouche et les conjuguent même au passé et bien sûr à l'imparfait. Ils n'ont pas connu les cierges et les lampions, mais ils s'entourent de bougies dans des bains moussants aux vapeurs d'huiles essentielles plutôt que d'encens. Et on peut penser que s'ils refusent l'athéisme, c'est aussi pour garder le lien avec ceux dont ils sont les descendants, ces familles qu'ils ne connaissent qu'éclatées ou chaotiquement reconstituées. Quant aux boomers, eh bien l'âge aidant, ils retrouvent quelques vertus à l'appartenance à cette Église, seule institution qui a peu (certains diront hélas !) changé. Du moins officiellement. Lorsqu'il leur arrive d'entrer dans une église, la plupart du temps pour des funérailles, ils sont mal à l'aise, marmonnent les prières qui ne sont plus celles qu'ils ont apprises, mais en même temps, ils éprouvent une vieille familiarité avec le lieu. Parfois, l'émotion les rejoint. Une émotion dont la source est ancienne, qui a moins à faire avec la Foi qu'avec les liens qui les unissaient à ce que l'on appelait jadis, la race canadienne-française. Si 83 % des Québécois se définissent toujours comme catholiques romains, c'est qu'ils ont compris que l'appartenance culturelle est un leurre sans des lieux historiques de rassemblement. L'adhésion à la religion institutionnelle prend valeur de symbole. Je suis aussi ce que «je me souviens» d'avoir été. Et je refuse de brader la moitié de ce qui me définit et me permet l'ouverture vers ces autres avec lesquels je partage désormais le titre de Québécois. 
 

 

 
Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  | Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec

Site actif depuis novembre 1998