Vous êtes dans     
 
 


 
 

Re-Vivre son PAYS, affirmer son PAYS
Robert Bertrand, rédacteur,
QUÉBEC, Un Pays
1999-01-10



 
 
 

Lettre adressée à:
Monsieur Bernard Frappier,
Vigile@smartnet.ca
 

Je viens de visiter votre site et c'est avec beaucoup de plaisir et, également, d'émotion que je vois mon texte à la une de vos pages.

Depuis le 20 décembre, j'ai travaillé sur la présentation des pages différentes sur mon propre site et, ce faisant, je me trouvais constamment en étroite relation avec le thème principal de mon site:  QUÉBEC un Pays.

Et tout juste précédemment à la mise en place de la nouvelle présentation de tous les liens que l'on trouvera sur
http://www.multimania.com/quebecunpays/
http://www.total.net/~qcunpays/    je m'étais permis d'écrire le texte en question.

Au premier abord, lorsque l'on compose, vous le savez bien, on formule nos idées, nos sentiments, notre émotion, notre vision des choses, nos désirs, notre volonté de voir les éléments se mettre en place pour la concrétisation de nos objectifs.

À la lecture du texte, maintenant, un certain nombre d'objectifs ont été atteints en fonction de la sensibilisation de tous ceux qui ont comme objectif principal de faire du Québec, Un Pays.

Votre site présente diverses facettes de nos intellectuels favorables, plus ou moins favorables, réticents et très réticents.  J'ai le sentiment, parfois, que nous réalisons plus des monologues que des dialogues.

En intervenant, ici, c'est en quelque sorte une interpellation que je fais tout haut.  Avez-vous une idée sur ce qu'il nous faudrait faire concrètement pour faire dialoguer les intervenants.  Oui, le forum avant-garde existe.

Faudrait-il un lieu de rencontre pour permettre aux intervenants de se voir de se parler, de voir si des liens communs peuvent s'établir pour aller dans une même direction?

J'ai reçu quelques témoignages à la suite de ce texte, et je constate que nos interlocuteurs sont d'accord sur le fond.  Ils croient plus ou moins les politiciens qui sont en place.

Mais les politiciens, eux, doivent se faire élire.  Le processus électoral a des contraintes.  Je me rends compte que nos politiciens, habituellement, se sont fait élire grâce à un pas en avant qu'ils ont fait franchir par la populaition.

Cette fois-ci, c'est juste une élection pour se faire élire qui me semble être le résultat.  C'est bien, mais il n'y a pas eu, à mes yeux, de pas plus grand de franchi vers l'affranchissement, si on me le permet, de notre peuple.

Parler d'un référendum possible, c'est une chose.  Mais l'objectif à atteindre par le référendum n'est-ce pas la concrétisation factuelle du Pays à réaliser? Quoi d'autre voudrait-on grâce à un référendum gagnant?

Vous l'avez compris, j'avais le goût de partager des choses avec vous.

Au plaisir de vous lire, Monsieur Frappier.

Robert Bertrand, rédacteur,
QUÉBEC un Pays
1999-01-10

N.B.:  Je transmets publiquement ce texte à tous nos visiteurs.  Vos réactions sont les bienvenues.  C'est ensemble que l'on va réaliser le Pays du Québec.

Québec un Pays  Accueil  Je me souviens