Vous  êtes dans
Sommet de l'information

Recherches sur ce site
 
 

Sommet de l'information
au Québec,
une nécessité, une obligation, une urgence


1
Honte à  Radio-Canada
lundi 24 décembre, 2001 08:34
par Gilles Rhéaume

Un des drames du Québec est sans aucun doute ce qui se passe à la SRC et au RDI.  Je suis de ceux qui croient que les Québécois sont privés depuis longtemps du droit naturel à une information de qualité de cette satanée Radio-Pravda qui lessive les esprits avec ces nouvelles format de poche.  Il suffit de comparer ce qui se fait ailleurs dans la Francophonie pour constater combien l'information est biaisée dans ce cher Canada mensonger et fraudeur.

Je suis en Europe depuis quelques mois et je suis devenu un assidu de TV5.  Je vous assure que RDI fait dur...

Tous les soirs vers minuit et demi, RDI, qui s'adresse en le sachant à un auditoire international, lance un imbécile BONJOUR.

Qui plus est, le Canada est présenté comme un pays ou la langue française fleurit partout.  C'est de la merde !

Tout est fait pour rapetisser le Québec.  Il y a des exemples á la dizaine !

L'ombudsman est une farce !  Les dés sont pipés à l'avance.

Il faut un Sommet de l'information au Québec.  Il faudrait qu'il soit présidé par Norman Lester !

Heureux de pouvoir revenir sur Internet.

Bonne Fêtes à chacune et chacun de vous.

Gilles Rhéaume

==========
2

l'information au Québec
jeudi 27 décembre, 2001 06:03
par Gilles Rhéaume

Le Québec est l'une des sociétés modernes les moins bien informées sur elle-même et aussi sur ce qui se passe dans le monde.

Elles sont rares les communautés nationales modernes qui ne jouissent pas d'un réseau d'information compétent.  Pourtant au Québec, tous les médias, sauf quelques exceptions, sont à solde du pouvoir canadien et de son idéologie essentiellement et existenciellement réductrice de la réalité québécoise.  Et cela dure depuis des décennies...

Les Québécois sont représentés dans les médias comme une espèce de <<lumpennationationalité>> qui ne savent pas qui ils sont et surtout qui ne peuvent aspirer à rien de mieux que ce qu'Ottawa veut bien leur réserver...

Les médias anglophones le plus souvent sont carrément racistes lorsqu'il s'agit du projet québécois.  Racistes et malhonnêtes !  Les exemples appuyant cette affirmation font légion.  Il suffit de consulter sur Internet n'importe lequel des journaux canadiens (anglais) et de faire une recherche sur QUÉBEC (sans l'accent) pour se convaincre non seulement du mauvais goût de ces gens-là mais aussi de leur entêtement maladif (le colonialisme) à rapetisser le Québec, sa langue, son État, ses institutions et ses dirigeants.  Les médias canadiens sont ultranationalistes et donc pervers
(voir à ce sujet sur Vigile et sur Québec un pays le mémoire que nous avons déposé à l'ONU) !  Les vertus canadiennes y sont présentées comme unique au monde, etc.

Malheureusement les médias du Québec sont le plus souvent atteint d'un mal qui s'approche de cette tristes réalité.

Il faut savoir que la SRC et RDI (Radio-Canada) sont serviles au pouvoir canadien et que leurs dirigeants sont choisis en fonction de leur servilité á l'idéologie ultranationaliste canadienne.

Dans les journaux il faut savoir que la plupart sont sous le contrôle immédiat du gendre de Jean Chrétien, potentat de la Famille Desmarais, de Power Corporation et autres pompes et oeuvres funestes au devenir du Québec.   Là aussi la compétence professionnelle des artisans de ces dizaines de médias est secondaire par apport aux opinions politiques et aux capacités de
servir le Canada !

Il faut un Sommet de l'information au Québec.  Il faut aussi utiliser toutes les tribunes internationales afin de faire connaître cette situation inqualifiable qui fait des Québécois une société dépossédée de son droit à une information de qualité.

L'écoeuranterie qu'Ottawa vient de faire à la Revue L'Action Nationale en la privant de facilités fiscales qui remontent à des décennies illustrent tristement notre propos...

La question, le problème de la diffusion de l'information, des idées et des opinions  au Québec doit devenir une des priorités de la prochaine année.  Rien ne doit être ménagé pour que la vérité sur ce scandale soit enfin connue...

Les milliards de dollars (des milliards d'euro) dépensés par Ottawa en propagande au Québec et qui sont directement versés aux médias en <<publicité>> constituent une autre facette de cette ténébreuse affaire canadienne...

Gilles Rhéaume

=====================
3

Info au Québec 2
vendredi 28 décembre, 2001 06:06
par Gilles Rhéaume

Voici l'exemple d'un éditorial que vous ne lirez nulle part et qui portant aurait été partout si le mis en cause avait été le Premier ministre du Québec et non pas celui du Canada :

Jean Chrétien doit donner des réponses !

Le Canada a connu depuis 24 heures une publicité mondiale sans précédent.  En effet, un des bras droits de Oussama Ben Laden est un Canadien !!!

L'un des terroristes les plus recherchés sur la planète est un CANADIEN du beau et merveilleux CANADA.

Qui plus est ce CANADIEN, dans son action TERRORISTE, a pu compter sur l'aide d'un allié de taille :  le Premier ministre du Canada lui-même le Très Honorable Jean Chrétien.

Oui, le Premier ministre du Canada a fait pression en 1996 afin que son sujet CANADIEN soit libéré de geôles pakistanaises où il était incarcéré pour avoir mis une bombe dans l'ambassade d'Égypte.

Le terroriste du CANADA a donc été libéré suite aux pressions personnelles et insistantes de Jean Chrétien auprès des autorités pakistanaises !!!  Rien de moins...

Le terroriste canadien si cher au coeur de Jean Chrétien a donc été remis en liberté et il s'en est allé... REJOINDRE BEN LADEN (son maître) EN AFGHANISTAN.

Le dit terroriste canadien qui a bénéficié des faveurs incommensurables de Jean Chrétien était le dirigeant d'une association caritative á la solde de Ben Laden et dont le siège social était au CANADA.

Voilà les faits qui ont fait le tour du monde depuis plus de 24 heures!  Tous les médias de tous les pays ont diffusé cette nouvelle invraisemblable qui fait passer Jean Chrétien pour ce qu'il est : un deux de pique!!!

Le Premier ministre du Canada doit donc impérativement répondre à certaines questions :

Pourquoi a-t-il fait ces démarches ?

À la demande de qui ?

Quel était le statut au Canada de cette fausse association caritative ?

Quelles sont les données recueillies par les service de renseignements et de police du Canada au sujet de ce terroriste et de son réseau ?

Jean Chrétien se comporte comme une dictateur sans merci á l'égard des Québécois quand il est question de leurs droits en tant que peuple mais il se porte allègrement à la défense d'un des plus éminents terroristes de la planète.  Comment cela se fait-il ?

Il ne faut pas que cette affaire en reste là.  Le Bloc québécois doit
fouiller sérieusement ce dossier !

Si Bernard Landry avait fait ce genre de démarche. il est certain que toute la presse canadienne, y compris celle du Québec qui est colonisée,  aurait attaqué, vilipendé et ostracisé pendant des mois le Premier du Québec...

Mais il s'agit de Jean Chrétien, le patron de Radio-Pravda (CBC<SRC<RDI), le commanditaire de TVA, de TQS et de CTV, du Canal historia et de tous les autres canaux de télévision et de radio...

Jean Chrétien est à l'abri des médias. il les subventionne tous sans
exception.  C'est par centaines de millions de dollars chaque année que Jean Chrétien entretient en propagande tous les médias de ce merveilleux CANADA !

Les médias n'accableront pas Monsieur Chrétien avec cette affaire qui pourtant commanderait le plus grande vigilance tellement c'est grave.

Déjà Radio-Pravda a effacé cette nouvelle des premières informations de son site Internet !

Il faut un Sommet de l'Information au Québec et ce sommet ne doit pas être sous le contrôle des journalistes et des propriétaires de médias, il doit être sous la gouverne du public, des usagers des médias.  Mais les Prix Nobel du Savoir que sont les journalistes s'empresseront d'affirmer que le public n'a pas les connaissances nécessaires...

Jean Chrétien peut dormir tranquille, les médias veillent sur son repos pendant qu'Aline, entre deux bouchées de caviar, lui joue du Brahmns devant la cohorte des serviteurs et des adulateurs qui le bordent de leurs pensées...

Gilles Rhéaume

===========================
4

l'information au Québec -3
samedi 29 décembre, 2001 06:03
par Gilles Rhéaume

Elles sont aussi nombreuses que motivées les raisons qui militent en faveur d'un Sommet de l'information au Québec.  La concentration de la presse entre des mains hostiles voire étrangères au projet québécois en est une parmi les plus déterminantes car la circulation de l'information au Québec est biaisée, réductrice et malhonnête.

Dans les faits il n'y a que Le Devoir qui semble se soucier du fait que plus de 60% de ses lecteurs est favorable à la souveraineté du Québec et qui, par conséquent ne les méprise pas systématiquement comme le font tous ses autres confrères tant ceux de la presse écrite que ceux de la presse électronique.

La Presse de Montréal, la presse de Desmarais, le gendre de Jean Chrétien, est le plus parfait exemple dun organe de désinformation lorsqu'il s'agit du projet québécois.  Rien n'est ménagé afin de nuire à l'image du Premier ministre du Québec, Bernard Landry, du Gouvernement du Parti québécois et de ses ministres, du Bloc québécois et de l'ensemble du mouvement souverainiste.

La page éditoriale de ce quotidien, sauf exception, est remplie de texte qui ne vise qu'à saper le projet québécois et ses défenseurs.  Tout y est présenté comme si les 60% de Francophones du Québec qui ont voté OUI à la souveraineté en 1995, étaient des crétins qui ne savaient pas ce qu'ils faisaient ou encore qu'ils seraient tous disparus depuis.  Chaque fois qu'un éditorial traite de la question québécoise, La Presse en profite toujours pour tenter de faire croire que le projet souverainiste n'a plus d'appui.  Le tout souvent en s'appuyant sur des sondages bidons concoctés par des pseudo sociologues à la solde de Communications Canada ou autres tentacules du pouvoir canadien...

Les Chroniqueurs de La Presse ne sont pas en reste dans cette chasse aux sorcières aux souverainistes qui sont les maudits de la société, des asociaux incapables de voir les choses comme elles sont.  Madame Gagnon, la doyenne des journalistes du Canada depuis que Normand Girard du Journal de Montréal a pris sa retraite, elle aussi met constamment son grain de sel dans la vaste campagne de ses patrons contre les aspirations du Québec.  Son
récent texte sur la nécessaire bilinguisation massive de tous les Québécois n'est pas rien.  Ainsi le Québec se devrait d'être le seul endroit au monde où OBLIGATOIREMENT tous les citoyens devraient apprendre pendant plus de 10 ans la même deuxième langue !  Seule l'ex- URSS était allée aussi loin...

En conclusion, La Presse de Montréal, avec les dizaines de millions de dollars versés chaque année par Ottawa en pure propagande publicitaire, SANS QUE JAMAIS UNE SEULE PERSONNE DU MONDE CANADIEN ET QUÉBÉCOIS DES MÉDIAS NE S'EN ÉMEUVENT, est devenue une feuille de choux au service Jean Chrétien, le vrai patron du journal.

Il serait aisé de relever tous les articles traitant de la souveraineté
depuis 1995, tous les sondages payés par La Presse et tous les éditoriaux et chroniques politiques.  Moins d'un mois de travail !  Quelle preuve nous aurions entre les mains de la mauvaise foi de cette Gazette française.  Quel outil d'information pourrions-nous faire circuler partout dans le monde...  Tout cela avec plus de cent millions de dollars versés par Ottawa depuis 1995 !!!!!!!

Y-a-t-il des volontaires pour faire oeuvre de bénédictin ou de cistercienne pour participer à un  vaste chantier de recherche visant à colliger des données sur le comportement des médias canadiens et québécois vis-à-vis les aspirations québécoises ?

Ensemble nous pouvons tout, y compris révéler la nature et la portée de ce scandale devant les instances internationales comme celle dont Gilles Verrier nous a entretenus et qui se tiendra au Brésil sous peu...

Unissons nos forces et nous pourrons tout !

Gilles Rhéaume

===========================
5

Alfonso Gagliano,
ministre de la propagande canadienne au Québec  vs
l'indépendance des médias face à ce cas troublant

l'information au Québec -4
lundi 31 décembre, 2001 07:53
par Gilles Rhéaume

Alfonso Gagliano est l'homme de confiance Jean Chrétien au Québec, en politique canadienne on doit parler du Lieutenant québécois du Premier ministre canadien.  Il est député de Saint-Léonard, quartier du nord-est de la métropole et en plus ministre des travaux publics dans le cabinet canadien.  Ces fonctions font de lui le plus important guichet automatique
de ce pays sans bons sens...  En effet, chaque année, le ministre de la propagande dispose de plusieurs milliards de dollars qu'il distribue selon son bon plaisir qui tient lieu de critères.

Le même individu a connu une vie qui autorise plusieurs questions...

-Sa firme de comptabilité avait comme clients des gros bonnets de la mafia canadienne et internationale;

-Son bureau de député a tout fait pour venir en aide à un
réfugié politique recherché par les polices internationales pour crimes de meurtres commis pour la mafia;

-Le ministre a attribué, pendant des années, des contrats de plusieurs millions de dollars à une firme de communication de ses amis, et ce en flagrante contradiction avec les règles de son propre ministère;

-Le propre fils du ministre est employé d'une des firmes de
communication qui bénéficient des largesses de son ministère.

Pourtant le dit Gagliano continue d'occuper ses fonctions et d'acheter le silence des médias qui n'osent pas faire enquête sur ce triste personnage...

Comment se fait-il qu'aucun journaliste ne creuse les dossiers de ce ministre.  Il y a bien eu quelques paragraphes dans La Presse, mais rapidement tout a été étouffé...

Imaginons un seul instant que ce fut un ministre du Gouvernement du Québec qui connut le même parcours que le dit Gagliano.  C'est par dizaines que les journalistes et les médias eurent fait de grandes et longues enquêtes.  Cela est certain !  The Gazette, la raciste, aurait investie des sommes énormes pour fustiger le ministre québécois et en aurait profité sans doute pour
salir l'ensemble du Gouvernement péquiste et du mouvement souverainiste.

Mais Quand la crasse provient d'Ottawa, rien, moins que rien...

Si Louise Harel ou Gilles Baril avaient subventionné des entreprises où leurs enfants ou leurs parents travaillent, les esclandres auraient été sans nombre.  RadioPravda n'aurait pas hésité à charger un de ses salauds de service à pourchasser et à pourfendre les deux péquistes.  Mais non c'est Gagliano, un  des caïds de Jean Chrétien qui se vautre dans la boue...  Ce n'est Jean Pelletier, le patron de l'information à Radio-Pravda, fils du
ministre Gérard Pelletier, l'intime de Pierre Elliot Trudeau, qui demandera à un  de ses journalistes lèche cul du Canada et de ses vertus de creuser le Dossier Gagliano.  Bien sûr que non !

Radio-Pravda est dirigé par un ancien secrétaire de Trudeau que personne ne pleure au Québec sauf les parasites d'Ottawa et Gagliano peut dormir en paix...  Son passé ne sera pas scruté à la loupe.  Personne ne vérifiera si il a eu des liens avec la mafia.  Même pas la GRC...

Les autres médias du Canada et du Québec ne feront rien non plus pour connaître les tenants et les aboutissants de ce triste dossier car tous profitent largement de l'argent de ce Tonton en recevant des millions chaque année pour faire la propagande du Canada et de ses vertus et qui n'en finissent plus de lessiver le cerveau des Québécois.

Bravo à Normand Lester pour son courage et  merci pour sa lucidité.  Un jour il devrait publier un ouvrage sur l'attitude de Radio-Pravda à l'égard du Québec.

De sources internes bien placées et généralement bien informées, nous avons appris que des directives précises étaient donnés aux journalistes de la SRC et du RDI.  Une de celles-là leur interdirait de sourire en prononçant les mots Québec et Québécois dans leurs reportages ou dans leurs présentations à la radio et la télévision.

Alfonso Gagliano peut continuer son oeuvre maudite de propagande.  Son passé restera nébuleux et ses pratiques ministérielles au-dessus de tout soupçon.  Il aura droit à toutes les décorations canadiennes pour services rendus à sa patrie...  Les médias continueront encore longtemps de le ménager.  Aussi longtemps que de ses goussets (avec notre argent) il daignera entretenir les médias, les journalistes, les firmes de sondages
etc.

Le Canada est le paradis des mafioseux et de leurs suppôts !!!

Gilles Rhéaume

=============================
6

Lysiane Gagnon vs Michel Venne
lundi 31 décembre, 2001 09:07
par Gilles Rhéaume

Je n'avais pas encore la chronique de Madame Gagnon concernant les livres de Normand Lester et de Michel Venne (La Presse du 1er décembre 2001).

Je ne sais pas ce que la doyenne des journalistes canadiens a bien pu consommer avant de rédiger ce texte mais il semble bien que le vin a tourné vinaigre tant son attitude hautaine et outrecuidante n'est pas sans rappeler les textes jansénistes les plus moralisateurs.  Pourtant venant d'elle, on aurait pu s'attendre à plus circonspection tout au moins à plus de prudence...

Elle interpelle Michel Venne car il est Directeur de l'Information au Devoir.  Cette haute fonction lui interdirait de prendre des positions claires en faveur de la souveraineté.

Tel un sépulcre blanchi Madame Gagnon n'a pourtant jamais rien reprocher à Alain Dubuc, ex-éditorialiste en chef à la Presse, qui n'a jamais cessé de verser son fiel anti-Québec partout où cela lui a été possible.  Elle n'a jamais eu rien à dire non plus contre l'attitude débilitante de Rogerrrrr Di Landriiii, ex-éditeur de même La Presse qui, tel un idiot doublé d'un baveux n'a  fait que vomir sur tout ce qui est Québécois..

Pauvre Madame Gagnon, elle devrait songer à se retirer.  La Dame Patronnesse du Canada et de Power Corporation devrait devenir Sénatrice.  Le beau-père de son patron, le petit Desmarais qui a marié la petite Chrétien, pourrait la nommer.  Le lectorat de La Presse serait ainsi débarrasser d'une brasseuse de merde...

Ce qu'elle dit de Normand Lester est aussi insipide.  Pour qui se prend-elle la chanoinesse du NON ?  À ainsi faire la leçon, Madame nous rappelle les sentences de l'Église pré-concilaire.  Lester doit féliciter pour son ouvrage.

Que Madame Gagnon aille plutôt continuer son sabotage dans les journaux anglais où elle est déjà...

Gilles Rhéaume

=======================
7

Le Gouvernement Landry
L'info au Québec -4
mercredi 2 janvier, 2002 06:23
par Gilles Rhéaume

Les exemples de désinformation pullulent dans la presse canadienne et québécoise.

Il suffit de relire le bilan du gouvernement Landry fait par Norman Delisle, correspondant de la Presse Canadienne à Québec.

Il intitule son texte: 2001 année difficile pour le Gouvernement Landry.

Commentaires :

La Presse canadienne (PC) est une coopérative d'information appartenant aux médias canadiens.  Il y un petit service français, tout le reste est en anglais.  Les propriétaires de la PC sont donc les médias du Canada qui sont, comme ns le savons tous, soit des adversaires annoncés du OUI au Québec, soit des radio et des télés qui doivent leur licence d'exploitation au CRTC. l'organisme d'Ottawa contrôlé par Jean Chrétien qui en nomme les
dirigeants et qui en précise le mandat...

Le texte de Delisle est une litanie des problèmes rencontrés par le
Gouvernement du Québec en 2001...  Aucune relativisation qui permettrait au lecteur de constater que tous les gouvernements connaissent des difficultés.   Rien là-dessus !

De plus ce qui est le plus inquiétant, c'est que le journaliste après avoir fait son travail de serviteur des intérêts canadiens, ne prenne pas le temps de signaler que les derniers sondages montraient non seulement une remontée des intentions de vote en faveur du Parti québécois qui ouvre la porte à une réélection mais également une forte cote de popularité de ce Gouvernement (54%), ce qui est énorme.  Rien non plus sur les 44% de Québécois favorables
à la souveraineté.

Voilà le travail de sape auquel les adversaires du Québec consacre leurs énergies.

Il faut vraiment un Sommet de l'information.  Notre peuple est privé d'un de ses droits fondamentaux parmi les plus importants, celui du droit à une information juste et de qualité.  Les adversaires de la souveraineté du Québec, en contrôlant les médias d'information et l'agence de presse du Canada violent ce droit sacré sans lequel la démocratie devient rapidement un leurre...

Tous les jours les médias déforment la réalité en s'en prenant injustement à tout ce qui touche la québécitude.

Il ne faut pas que les médias encensent le gouvernement du Québec, seulement qu'ils soient justes et complets dans leur compte rendu.

Il y a trop longtemps que cela dure.  Il faut stopper ce déni de justice naturelle qui fait des Québécois des gens sous informés, moins instruits de leur réalité.

Les Québécois sont incapables de se faire une idée juste de leur
gouvernement tellement le miroir déformant des médias maquille le réel, travestit les faits, dénature le vécu et fausse les données.

Tout cela est anti-social, contraire à la justice et parfaitement en
contradiction avec l'éthique journalistique.

Trop souvent les médias du Canada et du Québec se comporte comme le font les journalistes qui travaillent en dictature.  Un Sommet de l'information, organisé et dirigé par le peuple des usagers des médias et non pas par les professionnels du métier,  permettrait au moins d'y voir clair et de faire connaître au monde entier combien et comment les Québécois sont dépossédés des attributs essentiels de la liberté.

Sans une information adéquate, le peuple est manipulé par le médias.

Sylvio BERLUSCONI en Italie est propriétaire des journaux, des radios et des télés.  Maintenant qu'il dirige ce pays, il en fait ce qu'il veut en changeant les lois afin qu'elles servent ses intérêts financiers.  Combien de médias au Canada et au Québec nous ont entretenus de ce scandale et de son influence sur les autres démocraties, comme au Canada par exemple ?

Adam Smith, le philosophe du libéralisme, le dieu de la mondialisation, a écrit dans Richesses des Nations, la bible de la globalisation :

<<Jamais il ne faut laisser le pouvoir politiques aux hommes d'affaires car ils sont incapables de voir autre chose que leurs intérêts financiers personnels.>>

Au Canada les gens d'affaires dirigent le pays.  LA démocratie  se meure au Canada.  Cela est dû, en grande partie à ineptie et á l'incurie des médias qui couchent littéralement avec le pouvoir politique.

Le Québec subit donc les affres de cette décrépitude et ne peut compter que sur lui-même...

Vivement un Sommet de l'information !!!

Gilles Rhéaume
Sur la mer du Nord

============================
8

Mépris de la presse à l'égard des souverainistes
L'info au Québec -5
jeudi 3 janvier, 2002 06:37
par Gilles Rhéaume

Le mépris caractérisé de la presse canadienne et québécoise à l'égard des souverainistes est un des symptômes les plus pervers de la malhonnêteté des médias contrôlés directement par la famille de Jean Chrétien et de ceux régis par les règles du CRTC (haute autorité canadienne en matière de radiodiffusion et de télédiffusion dont les dirigeants sont nommés arbitrairement par Jean Chrétien et dont le mandat est lui aussi précisé par le Premier ministre canadien).

Petit raisonnement de Logique 101:

1- Les sondages sont unanimes à affirmer que plus ou moins 44% des Québécois répondraient OUI à une question sur la souveraineté du Québec;

2- Le 30 octobre 1995 49,5% des Québécois ont répondu OUI à la souveraineté du Québec ;

3- Il a été démontré par recherches dont on peut retracer la source en lisant le mémoire que j'ai eu l'honneur de déposer à l'ONU en 2000 et intitulé :
<<Violations par le Canada des droits politiques des Québécois>>, que l'on peut aisément trouver en se rendant sur les sites de Vigile ou de Québec un pays, qu'Ottawa a volé ce référendum en attribuant, irrégulièrement et dans des circonstances troublantes, des certificats de citoyenneté canadienne prenant en otage ces nouveaux Canadiens.  Il y a pire.  Des millions des et des millions de dollars ont été versés par Ottawa à des comités bidons chargés de boursoufler la liste des ayant droits de vote tandis que
d'autres millions de dollars attribués illégalement ont servi á aider le NON lors de la campagne référendaire.

OR,

Les médias canadiens et québécois n'ont eu de cesse d'affirmer haut et fort depuis près de six ans que les Québécois ne voulaient rien savoir de la souveraineté et que le Parti québécois ferait mieux de renoncer à son objectif premier celui de faire du Québec un pays.

Les médias et les journalistes du Québec sont tombés dans le piège du Conseil pour  l'Unité canadienne, abreuvés de dizaines de millions chaque année par Ottawa, qui est chargé de commander des sondages pipés à des firmes ignobles qui acceptent, en échange d'argent, de maquiller la réalité.   Les résultats de ces sondages sont sans cesse repris par les journalistes sans jamais en citer ni source plus que douteuse, ni la méthodologie carrément contraire aux règles de l'art...

Les éditoriaux et les chroniques, ainsi que les articles, les commentaires et autres fruits du travail des journalistes reprennent effrontément, sans aucune distance et sans aucune critique des données aussi nombreuses que fausses qui ont pour résultat de dés informer la population...

Ceci est le quotidien au Québec.

Les Francophones sont majoritairement favorable à la souveraineté.  Eh bien, croyez-le ou non, tous les médias et tous les journalistes francophones, sauf quelques rares exceptions. écrivent et parlent comme si la souveraineté était une option politique marginale au Québec.

Jamais aucune instance professionnelle, jamais aucune voix autorisée du monde des médias n'a osé remettre en question ce comportement aussi contraire à l'éthique journalistique.

Les faits sont les faits :  49,4% de OUI en 1995, plus de 60% des
Francophones ont voté OUI, en 2002 plus de 44% de Québécois et près de 60% des Francophones voteraient OUI, plus de 54 % des Québécois sont satisfaits du Gouvernement Landry !

Pourtant les médias mésestiment ces données, ils sont réducteurs de l'option du OUI, fustigent le Premier ministre du Québec, ses ministres et les dirigeants des mouvements québécois lorsqu'ils font valoir les avantages, la nécessité et l'urgence de libérer le Québec de la tutelle anglaise qui dénature notre nation...

Les médias sont malhonnêtes lorsqu'il se conduisent ainsi.

Selon eux le PQ devrait renoncer à son option fondamentale.  Les
souverainistes sont méprisés et présentés comme des dinosaures voire des caractériels bafouant ainsi les droits humains les plus fondamentaux qui garantissent la libre opinion politique et le droit à une bonne réputation.

Les Québécois sont les prisonniers, les otages de ces médias qui déshonorent ainsi l'une des professions les plus cruciales, les plus déterminantes en démocratie.

En dénaturant les faits, en faussant la réalité, en pourfendant les partisan du OUI, les médias et leurs artisans font le jeu du Canada qui est leur patron (CBC,SRC,RDI,TVA,TQS, Historia etc. (dont tous les postes de radio qui rendent eux aussi des comptes au CRTC), de leurs commanditaires (Power Corporation (Famille Chrétien Desmarais) avec LA Presse, Le Soleil de Québec, Le Nouvelliste de Trois-Rivières, La Tribune de Sherbrooke, Le
Quotidien de Chicoutimi, La Voix de l'Est de Granby, du Journal de Montréal et de Québec, tous les hebdomadaires distribués gratuitement (il doit y en avoir près de 500 au Québec) qui reçoivent leur part de la centaine de millions de dollars versés par la propagande canadienne aux médias québécois qui diffusent, à la télé, à la radio, dans les quotidiens, les hebdos et les magazines etc. leurs saletés à la Goebbels vingt-quatre heures par jour, sept jour par semaine et cinquante-deux semaines par année.

Voilà où en est l'information au Québec !!!

Il faut qu'un Sommet de l'information fasse savoir combien, comment, pourquoi et par qui les Québécois sont trompés chaque dans leur droit à une information de qualité.

Les partisans de la souveraineté sont majoritaires chez les Francophones mais à cause de la forfaiture des médias, complices d'un Canada corrompu, l'opinion publique est dépossédée de ce fait sociologique irréfutable sauf par la propagande canadienne et les sondeurs à la gomme qui vendent leur âme pour quelques deniers.

Sauf exceptions, les médias du Québec et leurs artisans sont devenus les agents de presse du Canada, d'un Canada sans conscience et sans autres principes, lorsqu'il s'agit des droits politiques des Québécois, que des principes les plus immoraux, les plus vils, les plus autoritaires, les plus intransigeants qui ne sont pas sans rappeler hélas ceux qui prédominaient dans les années trente en Allemagne et aussi ceux qui ont prévalu en
Union Soviétique.

La Chine, l'Algérie de Bouteflika et Cuba aiment beaucoup le Canada de Jean Chrétien...

Gilles Rhéaume

================================
9

Re : L'info au Québec -5
jeudi 3 janvier, 2002 22:53
par Pierre Desgagné

Petit raisonnement de Logique 101:

1- Les sondages sont unanimes à affirmer que plus ou moins 44% des Québécois répondraient OUI à une question sur la souveraineté du Québec;

2- Le 30 octobre 1995 49,5% des Québécois ont répondu OUI à la souveraineté du Québec ;

3- Il a été démontré par recherches dont on peut retracer la source en lisant le mémoire que j'ai eu l'honneur de déposer à l'ONU en 2000 et intitulé :   <<Violations par le Canada des droits politiques des Québécois>>, que l'on peut aisément trouver en se rendant sur les sites de Vigile  ou de Québec un pays, qu'Ottawa a volé ce référendum en attribuant, irrégulièrement et dans des circonstances troublantes, des certificats de citoyenneté canadienne prenant en otage ces nouveaux Canadiens. Il y a pire. Des millions et des millions de dollars ont été versés par Ottawa à des comités bidons chargés de boursoufler la liste des ayant droits de vote tandis que d'autres millions de dollars attribués illégalement ont servi à aider le NON lors de la campagne référendaire.

( Pierre Desgagné)

Content de ce rappel, m. Rhéaume. J'ai déjà écrit sur ce forum que l'on c'était fait voler les deux référendums, et un membre de ce forum m'avait répondu :

« Quant à la tromperie et au vol, il ne dépasse pas officiellement de manière hors de tout doute les fraudes dans les pays les plus « moralement purs » (certainement moins de 5 % du vote »

Un petite rappel de votre mémoire déposé à l'ONU nous permet de situer véritablement les effets dévastateurs des violations des droits politiques des Québécois.

Voir :  http://www.vigile.net/00-9/msq-memoire.html

Michel David à la manière typiquement cynique de nos «journalistes » collabos, nous dit :

http://cf.groups.yahoo.com/group/avant-garde_quebec/message/25373

« Le premier ministre Landry, qui est véritablement obsédé par la
propagande fédérale, risque de faire une rechute de tauromachie en constatant l'ampleur de l'opération qui se prépare à Ottawa. »

Et bien moi je dis tant mieux, il faut que M. Landry garde cette
attitude, la seule convenable en pareille situation. Il doit protéger
la démocratie Québécoise, lors d'un prochain référendum.  Il peut y avoir différentes façons, soit une carte d'électeur, des observateurs étrangers, mais d'aucune façon baisser la garde.

Vigilance et persévérance nous mèneront à la liberté.

Pierre Desgagné
http://www.multimania.com/histoirequebec/
 

=====================================
10

Pensée unique des médias :
celle d'Ottawa et du Conseil pour l'unité canadienne
Re : L'info au Québec -6
vendredi 4 janvier, 2002 04:56
par Gilles Rhéaume

Une autre des multiples facettes de l'amateurisme qui caractérise la vie des médias au Canada et au Québec est celui qu'une poignée d'individus se retrouvent dans tous les médias avec cette tristement célèbre pensée unique  : celle d'Ottawa et du Conseil pour l'unité canadienne.

Combien de fois n'a-t-on pas vu, par exemple, Michel C. Auger du Journal de Montréal et la très canadienne Chantal Hébert réunis sur un même plateau de radio ou de télé afin de pourfendre d'un commun accord le mouvement québécois ! Ils sont partout, à toutes les émissions tant en français qu'en anglais répétant les mêmes platitudes provenant directement des recherches
subventionnées par Ottawa.

Comment des êtres aussi intelligents peuvent-ils se compromettre autant du côté d'Ottawa ?

Les journalistes québécois ont souvent une double carrière.  Une dans leur média d'origine et une autre dans les autres médias.

Ces gens sont présentés comme des Prix Nobel, alors qu'ils ne sont que des perroquets au service du Canada...

Michel C. Auger a commencé sa carrière au quotidien indépendantiste Le Jour, dirigé par Yves Michaud et Evelyn Dumas.  Depuis il a fait son chemin... et c'est là que tout s'est gâté.  Il a du talent bien évidemment, beaucoup même, mais comment peut-il justifier le travail de sape qu'il mène
férocement depuis déjà plusieurs années contre le projet québécois ?

Monsieur Auger connaît pourtant la force des données sociologiques.   Pourquoi s'est-il fait le prometteur du plus grand mensonge politique depuis 1995 à savoir que les Québécois ne seraient plus en faveur de la souveraineté.  Il a répété cette fausseté partout.  Très souvent chez les Anglais où il est devenu très populaire...

Comment un individu qui sait pertinemment qu'il y a à peine 5 ans, plus de 60% des FRancophones a répondu OUI au Québec, peut-il honnêtement affirmer que tout cela est fini et que le Parti québécois est prisonnier de ses éléments les plus extrémistes ?  Il sait très bien que cela est faux.  Comme il sait très bien que la grande de ses lecteurs et auditeurs francophones sont en faveur du OUI.  Comment peut-il prétendre le contraire de la vérité ?

Cela dépasse l'entendement.  Il faut. naturellement, prêter la bonne foi, mais il faut admettre qu'il est fois ou c'est plus difficile que d'autres.

Selon ce Prix Nobel, le PQ devrait abandonner la souveraineté et ne pas le faire est non seulement politiquement suicidaire mais le fruit des magouilles des fanatiques.

Cela n'est pas sérieux.

Au lieu de tenter de plaire à ses commanditaires du Canada Anglais, ce savant journaliste, qui parle et écrit comme les moralistes d'autrefois convaincu qu'il est de posséder en propre la vérité, devrait plutôt se remettre en question et cesser de servir un maître qui, au fond le méprise.  Les études de Stéphane Dion, du Conseil pour l'Unité canadienne et des autres officines d'Ottawa ne doivent être prises pour des vérités éternelles.

La paresse finit par jouer des vilains tours.  Il faut rechercher, critiquer ce qu'Ottawa fournit comme facilités à nos chers scribes...

Nous reviendrons sur le cas de Chantal Hébert qui travailla, entre autres, à La Presse de Montréal et qui oeuvre aujourd'hui à Télé QUébec, au Devoir et aussi chez les Anglais.  Il a eu  au moins le mérite dans son texte de fin d'année, reconnaître ses erreurs d'appréciation concernant Bernard Landry qu'elle a toujours jugé très sévèrement et aussi ceux concernant Jean Chrétien qu'elle reconnaît avoir toujours surestimé.  Saluons ce courage !  N'empêche qu'elle demeure l'une des artisans de la propagande canadienne selon laquelle le OUI serait en chute libre, que les Québécois ne seraient plus souverainistes etc.  Ce mensonge est désormais repris partout et passe pour une vérité...

Qu'est ce qu'Ottawa et le Canada anglais peuvent bien leur offrir pour que des gens au demeurant intelligents et compétents puissent aussi "veulement" sombrer dans le mensonge ?

Gilles Rhéaume

====================

Bernard Landry poursuit
deux médias montréalais.
Radio-Canada

En juillet 1998, Lorraine Laporte-Landry, la compagne de Bernard Landry, est admise au Centre hospitalier Pierre-Boucher pour recevoir des traitements contre le cancer qui l'afflige. Quelques jours plus tard, l'animateur Jim Duff soutient sur les ondes de la radio anglaise CIQC de Montréal que Bernard Landry, qui était alors vice-premier ministre, a fait pression sur le personnel de l'hôpital pour que sa femme obtienne des privilèges.

Sur la foi de sources non identifiées, l'animateur ajoute que M. Landry a même tenté de convaincre des patients de lui céder une chambre privée. Scandalisé, Bernard Landry nie furieusement avoir tenu de tels propos. La direction de l'hôpital convoque une conférence de presse pour dire que le couple s'est comporté de façon discrète et tout à fait correcte.

Malgré le démenti, Jim Duff a continué à alimenter la controverse. (...)

=============================

[A-g.Qc] Bernard Landry poursuit deux médias montréalais
Benoît St-Denis
vendredi 4 janvier, 2002 22:39

========================

 
Québec un Pays  | Accueil  |  Je me souviensGilles Rhéaume| Institutions Nationales | Émeutes au Québec en 1918Les Patriotes 1837-1838  | Les milliards $  | Les régions du Québec  | Québec - International  |  Recherches sur ce site  |  Vous cherchez un emploi ?  |  Partis politiques du Québec  | Québec un Pays rend hommage à | René Lévesque  | Andrée Ferretti  |  Maurice Richard  | Jacques Parizeau  |  Félix Leclerc  |  Gilles Vigneault  | Rosaire Morin  |  Michel Chartrand et Simone Monet - Chartrand  |  Gaston Miron  | Lionel Groulx  | 22è Régiment  | Charles De Gaulle  |  Louis Riel pendu  | Raisons historiques, politiques, économiques, et sociologiques de faire l'indépendance du Québec | La question référendaire
 

Site actif depuis novembre 1998